« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mina Zerrouk, une battante jusqu'au bout
Elle a été enterrée hier au cimetière de Bouzaréah
Publié dans La Tribune le 19 - 07 - 2008


Photo : Sahel
Par Amirouche Yazid
Décédée lundi dernier en France, la journaliste Yamina Zerrouk, appelée affectueusement Mina par les gens de son milieu, a été enterrée hier en début d'après-midi au cimetière Sidi M'hamed, à Bouzaréah. En plus de la famille de la défunte, on notait la présence de quelques professionnels des médias, éditeurs et journalistes, qui ont tenu à accompagner Mina à sa dernière demeure. Côté officiel, il n'y avait que le ministre dela Solidarité M. Djamel Ould Abbes, arrivé sur les lieux quelques minutes avant l'enterrement.
Une cérémonie de recueillement a été organisée au niveau de l'aéroport d'Alger en présence d'un représentant du ministère de la Culture. Dans la cour de la maison des Zerrouk, la douleur et la tristesse n'ont pas eu raison des membres de la famille, restés dignes. Son frère racontait les péripéties de son déplacement à Paris pour être au chevet de sa sœur. «Elle s'est rendue en France pour une courte mission. Alors qu'elle a eu un malaise, elle n'a rien laissé paraître au point que, quand je l'ai eue au téléphone, elle dégageait de la bonne humeur et une bonne forme.» C'était ça son caractère, elle ne reculait devant rien, témoigne un proche
de Mina. Les funérailles de l'ancienne journaliste de la Chaîne III de la radio nationale et fondatrice de la revue Ounoutha, au début des années 90, étaient entourées de marques de reconnaissance, de respect et de considération que s'échangeaient les présents. Ses proches, ses voisins et ses anciens amis de classe au lycée comme à l'université ne disent que du bien à propos de Mina Zerrouk.
Des paroles et des témoignages qui confirment la valeur, la droiture et l'engagement sans faille de la femme. Un engagement qui a amené Mina à exercer le métier de journaliste à la radio nationale pendant 15 ans, de 1974 à 1989, après avoir obtenu une licence en sciences de l'information.
Attachée également au milieu universitaire, Mina Zerrouk était titulaire d'un magistère en sciences politiques et relations internationales.
Mina avait également défendu les droits de la femme, en Algérie et ailleurs. Son parcours de militante de la condition féminine est riche avec ses nombreuses participations à des séminaires et autres conférences traitant de ce sujet.
Jusqu'au bout, elle était restée celle qui ne fléchissait devant aucun obstacle. Pas même devant sa maladie que personne n'avait devinée. Seule la mort a eu raison d'elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.