Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Ligue 1: le CR Belouizdad tient bon, le RC Arba respire mieux    Serie A : Bennacer champion avec le Milan AC !    Météo: des températures au-dessus des moyennes saisonnières    L'actrice Chafia Boudrâa s'est éteinte à l'âge de 92 ans    Hausse des températures: le ministère de la Santé prodigue des conseils préventifs    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Benbouzid préside les travaux de la 57e session ordinaire du Conseil des ministres arabes de la Santé    Sahara occidental: le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Industrie: prioriser le rendement économique lors de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans le secteur de Smara    "Andaloussiates El Djazair" : prestation de l'association "Mezghenna" d'Alger    Football - Ligue 2: Le MCEB et l'USMK champions, le MOB, la JSMB et le CRBAO rétrogradent    ES Sétif: Une lacune impardonnable    LIRF - Inter-régions: Une fin de saison entachée par la violence    Fertial: Asmidal reprend les 17% du groupe «ETRHB Haddad»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Tlemcen: Quatre morts par noyade sur les plages de Bider et Moscarda    Pour la quatrième année consécutive: Mort massive de poissons au lac Oum Ghellaz    A quelques semaines des jeux Méditerranéens: Des invasions de moustiques enveniment le quotidien des Oranais    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Réfugiés climatiques    La pression jusqu'en 2023 ?    15 hôtels réservés aux journalistes    La FSF épingle la FFF    Accord avec Mbappé?    «L'heure de l'unification arabe a sonné»    Dialogue national sans partis politiques    Les forces sionistes ont tué un jeune de 17 ans    La déclaration devant l'APN en septembre    Quelle place pour les partis?    Comment sauver les récoltes?    Les recasés de Saket s'impatientent    La grande inquiétude!    Les serments de Belaribi aux ingénieurs    34 milliards pour la zone d'activité    Le pari vital de Tebboune    Un grand homme s'en va!    Formation au ciné-concert    «Nous sommes ouverts à tous les Algériens»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    Une manœuvre dissuasive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Evocation-Zerrouki Allaoua : Il était une voix
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2008

Trois journées en hommage à un chanteur d'expression kabyle, Zerrouki Allaoua, ont été organisées à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou du 15 au 17 avril.
Pathé Marconi, célèbre éditeur parisien, l'a surnommé le rossignol. Doté d'une voix envoûtante, Zerrouki Allaoua (1915-1968) est considéré parmi les pionniers de la chanson kabyle. Les jeunes mélomanes d'aujourd'hui savent peu de choses sur lui. Pour faire connaître son parcours artistique, un hommage lui a été rendu à la maison de la culture Mouloud Mammeri du 15 au 17 avril. L'initiative est de MAS-Production, une boîte privée spécialisée dans l'organisation de spectacles, sous l'égide de la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou. Le coup d'envoi de ces journées évocatrices a été donné, mardi dernier, en présence de Akila, la fille de Zerrouki Allaoua, et de nombreux invités et d'admirateurs de cet artiste racé, décédé à l'âge de 53 ans. S'en est suivie l'ouverture d'une exposition d'objets, de photographies et d'articles de presse relatifs à la biographie et à la discographie du chanteur. Dans l'après-midi, une conférence sur la vie et l'œuvre de Zerrouki Allaoua a été animée par le journaliste écrivain, Rachid Mokhtari, suivie d'une vente dédicace de son livre intitulé Slimane Azem, Allaoua Zerrouki chantent Si Muhand u Mhand paru aux éditions APIC. Le conférencier s'est longuement étalé sur la biographie et l'œuvre de l'artiste disparu. « À l'écouter, on n'a pas besoin de le comprendre. On le délecte. Zerrouki était l'un des meilleurs représentants de la chanson kabyle par la voix et l'introduction de nouveaux instruments. Il était en avance sur son temps », a témoigné en substance ce spécialiste de la chanson kabyle. Sur un autre plan, Rachid Mokhtari a mis en relief l'engagement de ce chanteur, en faveur de la guerre de Libération nationale. « Allaoua Zerrouki a vendu ses biens pour aider la fédération FLN de France et fustigeait constamment les harkis », a-t-il révélé à ce propos. Des projections vidéos, des récitals poétiques, une chorale présentée par la troupe Anzar de la maison de la culture Mouloud Mammeri et un spectacle artistique étaient également prévus au programme de ces journées. Né le 5 juillet 1915 à Amalou dans la région de Béjaïa, Zerrouki Allaoua a flirté avec l'art dès son jeune âge. La chanson andalouse fut son premier penchant qui marquera ses débuts dans la chanson. Au milieu des années 40, il quitte le pays à destination de la France où il sort son premier disque en 1948 chez Pathé Marconi. Tilifun sonni sonni, Ya lahbab el youm kifah. C'est le début d'une grande carrière artistique. Ses compositions ont pour thématique générale les affres de l'exil, la séparation avec les siens, sa bien-aimée et cousine maternelle Nouara qu'il épousera en 1953 et la nostalgie du pays. En 1965, accompagné par l'orchestre de Cheikh Missoum, il fera une tournée dans plusieurs villes algériennes. Zerrouki a composé une vingtaine de chansons. Les plus connues sont El babur (ô bateau), Atasekurt (ô perdrix), Sidi Aïch, Tskhilek attir (je t'en prie oiseau), Daçu igerbeh ? (Qu'a-t-il gagné ?), Lewjeb nwassen (supplice de l'autre jour), Ay aâziz attas itezhidh (aimé, tu t'es trop amusé !), Zhar ulach (pas de chance), ou encore Ayakal ourthetsgheyir (terre préserve son visage), en hommage au colonel Amirouche Aït Hamouda tombé au champ d'honneur en mars 1959. Il décède en France le 17 novembre 1968 où il repose à ce jour au cimetière du Père La Chaise à Paris.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.