Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    De nombreux pays comptent sur le rôle de l'Algérie pour hisser la coopération en Afrique    Une organisation équatorienne dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme au Sahara occidental    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Déclin du RND et recul du MSP    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Libye : la présidentielle en équation    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Evocation-Zerrouki Allaoua : Il était une voix
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2008

Trois journées en hommage à un chanteur d'expression kabyle, Zerrouki Allaoua, ont été organisées à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou du 15 au 17 avril.
Pathé Marconi, célèbre éditeur parisien, l'a surnommé le rossignol. Doté d'une voix envoûtante, Zerrouki Allaoua (1915-1968) est considéré parmi les pionniers de la chanson kabyle. Les jeunes mélomanes d'aujourd'hui savent peu de choses sur lui. Pour faire connaître son parcours artistique, un hommage lui a été rendu à la maison de la culture Mouloud Mammeri du 15 au 17 avril. L'initiative est de MAS-Production, une boîte privée spécialisée dans l'organisation de spectacles, sous l'égide de la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou. Le coup d'envoi de ces journées évocatrices a été donné, mardi dernier, en présence de Akila, la fille de Zerrouki Allaoua, et de nombreux invités et d'admirateurs de cet artiste racé, décédé à l'âge de 53 ans. S'en est suivie l'ouverture d'une exposition d'objets, de photographies et d'articles de presse relatifs à la biographie et à la discographie du chanteur. Dans l'après-midi, une conférence sur la vie et l'œuvre de Zerrouki Allaoua a été animée par le journaliste écrivain, Rachid Mokhtari, suivie d'une vente dédicace de son livre intitulé Slimane Azem, Allaoua Zerrouki chantent Si Muhand u Mhand paru aux éditions APIC. Le conférencier s'est longuement étalé sur la biographie et l'œuvre de l'artiste disparu. « À l'écouter, on n'a pas besoin de le comprendre. On le délecte. Zerrouki était l'un des meilleurs représentants de la chanson kabyle par la voix et l'introduction de nouveaux instruments. Il était en avance sur son temps », a témoigné en substance ce spécialiste de la chanson kabyle. Sur un autre plan, Rachid Mokhtari a mis en relief l'engagement de ce chanteur, en faveur de la guerre de Libération nationale. « Allaoua Zerrouki a vendu ses biens pour aider la fédération FLN de France et fustigeait constamment les harkis », a-t-il révélé à ce propos. Des projections vidéos, des récitals poétiques, une chorale présentée par la troupe Anzar de la maison de la culture Mouloud Mammeri et un spectacle artistique étaient également prévus au programme de ces journées. Né le 5 juillet 1915 à Amalou dans la région de Béjaïa, Zerrouki Allaoua a flirté avec l'art dès son jeune âge. La chanson andalouse fut son premier penchant qui marquera ses débuts dans la chanson. Au milieu des années 40, il quitte le pays à destination de la France où il sort son premier disque en 1948 chez Pathé Marconi. Tilifun sonni sonni, Ya lahbab el youm kifah. C'est le début d'une grande carrière artistique. Ses compositions ont pour thématique générale les affres de l'exil, la séparation avec les siens, sa bien-aimée et cousine maternelle Nouara qu'il épousera en 1953 et la nostalgie du pays. En 1965, accompagné par l'orchestre de Cheikh Missoum, il fera une tournée dans plusieurs villes algériennes. Zerrouki a composé une vingtaine de chansons. Les plus connues sont El babur (ô bateau), Atasekurt (ô perdrix), Sidi Aïch, Tskhilek attir (je t'en prie oiseau), Daçu igerbeh ? (Qu'a-t-il gagné ?), Lewjeb nwassen (supplice de l'autre jour), Ay aâziz attas itezhidh (aimé, tu t'es trop amusé !), Zhar ulach (pas de chance), ou encore Ayakal ourthetsgheyir (terre préserve son visage), en hommage au colonel Amirouche Aït Hamouda tombé au champ d'honneur en mars 1959. Il décède en France le 17 novembre 1968 où il repose à ce jour au cimetière du Père La Chaise à Paris.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.