Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamné à mort : «Ne me pleurez pas et soyez fiers de moi»
Les rescapés de la guillotine, mémoire vivante de l'atrocité du joug colonial
Publié dans La Tribune le 20 - 02 - 2010

«Je vous écris sans savoir si cette lettre sera la dernière et cela, Dieu seul le sait. Si je subis un malheur quel qu'il soit, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu car la mort pour la cause de Dieu est une vie qui n'a pas de fin, et la mort pour la patrie n'est qu'un devoir […] Ne me pleurez pas et soyez fiers de moi». On se souvient tous de la lettre écrite de la main d'un homme qui n'a pas tremblé alors qu'il s'apprêtait à mourir. Fièrement. Ahmed Zahana a bravé courageusement le joug colonialiste. Condamné à mort en avril 1956, il fut le premier martyr depuis le déclenchement de la guerre de libération nationale à monter sur l'échafaud, le 19 juin 1956, dans l'enceinte de la prison de Barberousse. Son exécution avait été réclamée à cor et à cri par les milieux colonialistes. Mais son cri à lui a été dominant : «Tahya El Djazaïr» retentit toujours dans les couloirs sombres de la prison. Exposée au Musée central de l'armée, la guillotine qui a fait tomber la tête du héros de la guerre de libération rappellera jusqu'à la fin des temps l'atrocité coloniale. Cette machine de la mort restera un témoin irremplaçable des crimes commis par le colonialisme pendant la révolution algérienne. Près de 200 militants de la cause nationale, sur les 2 000 condamnés à mort, ont été exécutés entre 1956 et 1962 car les autorités judiciaires
coloniales avaient jugé «juste» de leur couper la tête avec une lame de plus de 70 kg lancée d'une hauteur de 3,5 mètres. Mais c'était sans compter avec la détermination des femmes et des hommes algériens, et, pour l'éternité, le nom du martyr Ahmed Zabana restera rattaché à l'usage de la guillotine en Algérie. Le 19 juin 1956 se souviendra également de l'exécution de Abdelkader Ferradj, un autre martyr de l'Algérie. D'autres Algériens comme des Français solidaires de la cause nationale furent tout aussi impitoyablement étêtés. Selon des chiffres fournis par d'anciens condamnés à mort, il y eut en tout 69 exécutions de cette façon à Alger, 56 à Constantine, 51 à Oran et 22 en France. Plus nombreux sont ceux qui, condamnés à mort, ont eu la vie sauve. Ils ne peuvent oublier, aujourd'hui encore, cette attente de l'exécution.
Ils gardent encore l'amer souvenir des moments passés à la prison de Barberousse, des moments chargés de souffrances, d'humiliations et de terreur. Mostefa Boudina, un rescapé de la guillotine, est aujourd'hui le président de l'Association des condamnés à mort.
Traqué pendant six mois par les services de sécurité français et arrêté dans une cité habitée par les Nord-Africains à Lyon, M. Boudina, condamné à mort suite à un jugement «expéditif» du tribunal militaire de Lyon, a révélé dans son livre Un rescapé de la guillotine que, dans la prison de Fort Montluc, il a vécu l'exécution de trois militants de la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN), à savoir Bouguendoura Miloud, Lekhlifi Abderrahmane et Makhlouf Abdelkader.
Dans son témoignage, Mustapha Boudina a longuement parlé de son compagnon de cellule, Lakhlifi Abderrahmane, arrêté à l'âge
de 19 ans. Lakhlifi qui subira les sévices du couloir de la mort avant de passer à la guillotine a adressé un dernier message à la génération de l'indépendance. «Aimez l'Algérie comme nous l'avons aimée», a-t-il crié avant d'être exécuté.
D'autres rescapés de la guillotine ont retracé les moments terribles de l'attente. Comme Ali Drafli, condamné à mort en 1957 alors qu'il n'avait que 21 ans, qui a admis avoir été «terrifié» à l'idée de mourir la tête coupée, mais le fait que le sacrifice en valait la peine a «beaucoup atténué» sa peur. «L'attente de la mort était insupportable. Nous vivions chaque minute qui passait en attendant l'aube comme une éternité car nous ne savions pas, de surcroît, qui d'entre nous allait être exécuté», a témoigné M. Drafli dans les colonnes d'un confrère. Il y a aussi le témoignage de M. Ould Hammou, ancien condamné à mort, qui a évoqué les derniers moments passés avec le premier condamné exécuté dans la prison de la Santé de Paris le 26 septembre 1958 à l'aube. Il s'agit de Bellil Abdallah, mort très jeune pour avoir aimé sa patrie et défendu sa cause.
Très jeunes aussi, des femmes courage de l'Algérie colonisée ont été capturées, torturées et condamnées à mort. Les Djoher Akrour, Jacqueline Guerroudj, Zahia Khalfallah, Djamila Bouazza, Djamila Bouhired, Baya Hocine, Djamila Boupacha et d'autres ont voué leur jeunesse à la patrie et sacrifié leur vie pour elle, donnant une leçon de courage à leurs bourreaux.
Certaines n'avaient que 16 ans comme Bouhired alors que Jacqueline Guerroudj était maman de cinq enfants et l'épouse de Abdelkader Guerroudj, condamné à mort également. Toutes ces femmes se rappellent les «Allah ô Akbar !» crié par leurs frères de combat en partant vers la guillotine. Elles se rappellent leur réveil en sursaut pour chanter, agrippées aux barreaux : «Ikhouani la tensaou echouhada» ou encore «Min djibalina».
Aujourd'hui, ces femmes et ces hommes sont immortalisés dans la mémoire de chaque Algérien. Tous ont défoncé la porte de l'Histoire pour s'y éterniser. Ils sont nombreux, ces glorieux de la révolution, à s'être engagés tout naturellement dans le combat libérateur. Ces femmes et ces hommes, autant celles et ceux médiatisées que les anonymes qui sont légion, ont affronté tous les dangers et subi les pires sévices dans les geôles coloniales. Ces condamnés à mort, autant que d'autres, se sont donnés corps et âme à la cause nationale.
Aux martyrs et à tous les moudjahidine, la génération d'après l'indépendance doit beaucoup. Aujourd'hui, il ne reste qu'un millier de ces condamnés à mort. Ces derniers doivent bénéficier d'un statut particulier et hissés au rang de cadres de la nation. Ce ne sera que peu de reconnaissance pour ceux qui se sont offerts âme et corps à ce pays.
Quant à la France coloniale qui refuse jusqu'à aujourd'hui de présenter des excuses pour ses crimes contre l'humanité, elle ne pourra échapper à l'histoire qui retiendra que les Français ont utilisé la guillotine pour la première fois en Algérie en 1843, treize ans seulement après le début de l'invasion. Est-ce là une image des «aspects positifs» de la colonisation ?
H. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.