Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Blida en bref    24 heures    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    Isolation thermique des bâtiments: La solution «Airium» de LafargeHolcim validée    L'opposition piégée ?    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    MC Oran - Réunion demain avec Hyproc: Est-ce la fin du suspense ?    JS Kabylie 21: L'équilibre enfin retrouvé    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Un taux de plus de 56% selon l'Intersyndicale: Suivi mitigé de la grève dans l'Education    Un phénomène inquiétant selon le conseil de l'ordre: L'exode des médecins algériens vers l'étranger s'accélère    Notre photographe Benhalima porté disparu en mer    Le rêve et la chaloupe    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    L'économie administrée est en échec    Coupe d'Algérie (8es de finale) : ESS-USMA et NAHD-MCA éclipsent tout    Le TP Mazembe se souviendra du pont suspendu de Constantine    Qualification méritée pour les «Sang et Or»    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    Ouverture des travaux des Assises nationales du tourisme à Alger : Tout pour valoriser l'image de l'Algérie    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    Y a-t-il un lien avec l'affaire el-Bouchi ?    Un instituteur devant la justice à Sétif    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    «L'Algérie signifie clairement qu'elle se construit dans la démocratie»    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Un assortiment de poèmes déclamés en ouverture de la manifestation    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    La démarche prudente de Ali Benflis    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    "Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Abdelkader Ferradj
IL A ETE GUILLOTINE LE 19 JUIN 1956
Publié dans L'Expression le 16 - 06 - 2010

Le chahid a été guillotiné trois minutes après Ahmed Zabana.
«Très chers parents, chère mère, je vous écris cette lettre, je ne sais si c'est la dernière, Dieu seul le sait. Toutefois, s'il m'arrive quoi que ce soit, il ne faut pas croire que c'est fini, parce que mourir pour la cause de Dieu, c'est croire à la vie éternelle, et mourir pour sa patrie, ce n'est qu'un devoir. Et votre devoir, c'est d'avoir sacrifié l'être le plus cher. Il ne faut pas me pleurer mais au contraire, il faut être fier, de moi. Enfin, recevez peut-être le dernier bonjour du fils et frère qui vous a toujours chéris. Le bonjour à toi, mère, à papa, à mon frère Houari, à toi cher frère Abdelkader ainsi qu'à tous ceux qui partageront votre peine.»
C'était la dernière lettre du chahid Ahmed Zabana à ses parents. Il l'écrivit de la prison de Serkadji où il fut guillotiné un certain 19 juin 1956 quelques minutes avant 4h du matin. Le souvenir de cet homme, qui s'est sacrifié pour la patrie, est selon l'Association nationale des condamnés à mort, l'occasion pour sortir de l'ombre un autre homme mort sous la même guillotine, le même jour, à la même heure, par le même bourreau et par le même ennemi. Pour la même cause devrait-on le signaler. En effet, le 19 juin à 4h du matin, trois minutes après l'exécution du chahid Zabana, a été guillotiné le prisonnier numéro 1791, condamné à mort pour les mêmes chefs d'inculpation. Cet homme s'appelait Abdelkader Ferradj. Né dans une famille paysanne très pauvre le 2 avril 1921 à Oued Aïssa, douar de Bourouta, commune de Kadiria, dans la wilaya de Bouira, Ferradj travaillera comme civil chez l'administrateur après des études coraniques à la mosquée du village. Contraint à s'enrôler dans l'Armée française, il désertera au déclenchement de la Révolution pour rejoindre les rangs de l'Armée de libération nationale. Arrêté le 26 mars 1956, Abdelkader Ferradj sera, à l'issue d'un procès expéditif, condamné à mort, le 3 mai de la même année, pour avoir pris des armes de la caserne pour les acheminer vers le maquis par le biais de son beau-frère et pour avoir commis des attentats dont celui du 25 février 1956 contre un convoi de paras. L'homme aura le même sort que Zabana pour les mêmes raisons, aussi. C'est pour rétablir cette vérité que l'Association nationale des condamnés à mort a entamé depuis 2004, un travail de recherche et de réhabilitation. Ce 19 juin, un hommage sera rendu à ces deux personnages repères. Cette occasion permettra aussi de réhabiliter Abdelkader Ferradj après un oubli qui a duré depuis l'Indépendance et que rien ne justifie. Aussi, exhumer de l'oubli ce combattant, participera sans nul doute à l'écriture de l'Histoire de la glorieuse guerre de Libération nationale. C'est aussi une façon de faire connaître certaines vérités qui échappent aux préoccupations des générations post-indépendance. Connaître son histoire, est l'unique voie pour aborder le futur d'une nation. En fait, le devoir de mémoire pour Abdelkader Ferradj concerne aussi certains hommes dont les faits d'armes sont légendaires et qui méritent d'être tirés de l'oubli. Dans chaque village, les vieux et les vieilles parlent encore de batailles, de personnages emblématiques et de faits d'armes pour lesquels les enfants ne trouvent pas de traces dans les livres d'école.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.