Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FNA restructure ses rangs
dans la perspective de La présidentielle de 2009
Publié dans La Tribune le 26 - 07 - 2008

Le Front national algérien (FNA) semble résolument engagé sur le chemin de la présidentielle de 2009. Pour ce parti ayant désigné son candidat en la personne de son président Moussa Touati, qui a été également plébiscité à son poste, les préparatifs passent d'abord par la restructuration de la base militante. Ce qu'a affirmé jeudi dernier M. Touati en estimant qu'«il est temps de mettre en pratique les recommandations du congrès du parti en procédant à [sa] restructuration».
S'adressant aux militants de sa formation politique regroupés dans une rencontre régionale à Tlemcen, Moussa Touati a, en outre, souligné la nécessité de l'«ouvrir aux citoyens pour avoir une assise populaire solide qui nous donnera plus de force lors des prochaines échéances électorales».
Réitérant les principes de base de son parti, il indiquera que «le FNA n'est pas un parti élitiste, ni régionaliste, ni un parti qui fait de l'opposition pour l'opposition».
Le FNA, a-t-il affirmé, est un parti qui «a ses principes et ses valeurs, et croit fermement en la volonté populaire et en la démocratie». Mais il est temps pour lui «de se réorganiser, de se restructurer et de s'ouvrir à toutes les personnes intègres qui veulent construire le pays», a-t-il ajouté. A la veille de son université d'été, cette volonté de s'engager dans la restructuration du parti a pour origine les élections législatives passées qui ont propulsé le FNA au rang de troisième force politique du pays, de quoi ravir la vedette à des partis comme le MSP, et battre en brèche d'une fort belle manière toute allégation de confusion de sigle dont il aurait bénéficié, comme il en a été affublé par le passé. Par la grâce d'une stratégie d'ouverture tous azimuts, qui l'a vu aligner dans la course électorale des compétences issues des autres partis, le parti de Touati, il est vrai, a confirmé son ascension en améliorant son score, mais aussi s'est attiré des ennuis. Le tableau idyllique qui s'offrait au monde extérieur était d'apparence seulement, car le revers de la médaille n'avait pas tardé à se faire jour. Les cadres et militants d'horizons divers allaient introduire de nouvelles sensibilités, au point d'affecter l'homogénéité et la cohésion du parti. Ainsi, au moment où Moussa Touati, affichait nettement ses ambitions présidentielles, et tergiversait au sujet de la révision constitutionnelle, un courant d'«exclus» du conseil national, en dissidence ouverte, a émergé des entrailles du FNA. Dans leur quête de «redressement» de la ligne politique, les réfractaires exigent pas moins qu'une position de soutien à un troisième mandat du président de la République, et à la probable révision de la loi fondamentale. Loin de constituer la majorité au sein des instances du parti, les «redresseurs» du FNA, bien que n'étant pas à même de créer une situation analogue à celle d'autres partis comme le FLN ou El Islah, tant bien que mal continuent à faire l'effet de «trouble-fêtes». M. Touati, quant à lui, persévère dans sa ligne contre vents et marées, tout en modulant ses positions au gré des questions de l'heure. Il s'en tient toujours aux éléments qui ont fait recette chez lui, en se réclamant de la famille révolutionnaire, tout en ratissant large auprès des couches défavorisées : les «zawalias, mahgourines», même si ce parti accuse un déficit en matière d'adhésion de la gent féminine qui représente seulement 10% de ses adhérents. Ainsi, le FNA s'oppose à l'UPM, la vente de terres, et au bradage des entreprises publiques.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.