JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    Gamouh sera-t-il promu au badge Fifa ?    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Algériens rappellent à la France son passé colonial
Commémorant le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945
Publié dans La Tribune le 10 - 05 - 2010

Des conférences-débats, des expositions photos, et des témoignages de moudjahidine rappelant l'atrocité de la répression de l'armée coloniale étaient au programme hier pour commémorer les massacres du 8 mai 1945. La répression de la marche pacifique d'alors s'est imposée comme thème majeur des festivités organisées à travers le pays, mais aussi par notre communauté à l'étranger. Tout le monde s'accorde à dire que la répression de la marche pacifique du 8 mai 1945, qui s'est soldée par un bilan de 45 000 morts, est un crime contre l'humanité pour lequel la France doit s'excuser.
Après la grandiose «marche de la fidélité» organisée la veille à Sétif, c'était au tour d'un colloque international sur le 8 mai 1945 d'être organisé à Guelma, hier, avec la participation de personnalités de renom, des moudjahidine et des historiens.
La commémoration du soixante-cinquième anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a également été le thème abordé à l'ouverture des quatrièmes «okadiade» de la poésie arabe. En France, au moment où le film Hors-la-loi, du metteur en scène algérien Rachid Bouchareb, fait polémique, un documentaire et une rencontre-débat ont été proposés samedi soir au Centre culturel algérien de Paris pour marquer le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma, Kherrata et dans d'autres villes du pays.
Mémoires du 8 Mai 1945, est le nom du documentaire de Mariam Hamidat et de François Nemata, présenté en ouverture de la commémoration de cette date historique de l'Algérie contemporaine. A travers les témoignages de rescapés de ces terribles massacres, la réalisatrice remonte le temps pour restituer toute la barbarie et la sauvagerie de ces événements qui se sont poursuivis jusqu'au mois de septembre de la même année.
La rencontre-débat a été animée par deux historiens français, Gilles Manceron et Jean-Louis Planche, connus pour les travaux qu'ils ont effectués autour de la colonisation française et des massacres du 8 mai 1945. En parlant du déroulement de cette tuerie, qui s'est prolongée quatre mois durant dans la région du Constantinois, Jean-Louis Planche a constaté, que «ce jour-là, la folie meurtrière s'est emparée des populations européennes».
Il a rappelé en s'appuyant sur des rapports et des témoignages vérifiés qu'«en septembre 1945, près de cent camions ont déchargé des cadavres d'Algériens qui allaient être ensevelis dans des fosses communes, dans la banlieue de Constantine».
Cet historien a également indiqué que le nombre de 30 000 morts a été annoncé à Paris dès la fin de mai 1945, non sans préciser que «le bilan doit être obligatoirement supérieur à ce chiffre puisque les massacres se sont poursuivis quatre mois durant».
Gilles Manceron a, pour sa part, souligné que les événements du 8 mai 1945 ont été un tournant important dans l'histoire de l'Algérie. «Le souvenir de ces massacres a été très longtemps présent auprès des militants du PPA-MTLD, ceux-là même qui déclencheront la révolution armée le 1er novembre 1954», a-t-il dit. Le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a été commémoré samedi dernier, pour la première fois, à Montpellier, par la projection suivie d'un débat du film documentaire l'Autre 8 Mai 45. D'autre part, le Musée central de la police a commémoré hier à l'Ecole supérieure de la police à Châteauneuf (Alger) le 65ème anniversaire des
massacres du 8 mai 1945, en organisant une exposition de photos. Des moudjahidine ont été honorés à cette occasion.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.