Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    L'hommage de Messi à Maradona    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    Sabri Boukadoum fait le ménage au MAE    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    Projet de loi sur la lutte contre l'enlèvement: des membres du Conseil de la nation saluent la teneur du texte    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    Le DGSN évoque avec l'ambassadeur suisse la coopération dans les domaines de police    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    «Nous jouerons le haut du tableau»    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens rappellent à la France son passé colonial
Commémorant le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945
Publié dans La Tribune le 10 - 05 - 2010

Des conférences-débats, des expositions photos, et des témoignages de moudjahidine rappelant l'atrocité de la répression de l'armée coloniale étaient au programme hier pour commémorer les massacres du 8 mai 1945. La répression de la marche pacifique d'alors s'est imposée comme thème majeur des festivités organisées à travers le pays, mais aussi par notre communauté à l'étranger. Tout le monde s'accorde à dire que la répression de la marche pacifique du 8 mai 1945, qui s'est soldée par un bilan de 45 000 morts, est un crime contre l'humanité pour lequel la France doit s'excuser.
Après la grandiose «marche de la fidélité» organisée la veille à Sétif, c'était au tour d'un colloque international sur le 8 mai 1945 d'être organisé à Guelma, hier, avec la participation de personnalités de renom, des moudjahidine et des historiens.
La commémoration du soixante-cinquième anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a également été le thème abordé à l'ouverture des quatrièmes «okadiade» de la poésie arabe. En France, au moment où le film Hors-la-loi, du metteur en scène algérien Rachid Bouchareb, fait polémique, un documentaire et une rencontre-débat ont été proposés samedi soir au Centre culturel algérien de Paris pour marquer le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma, Kherrata et dans d'autres villes du pays.
Mémoires du 8 Mai 1945, est le nom du documentaire de Mariam Hamidat et de François Nemata, présenté en ouverture de la commémoration de cette date historique de l'Algérie contemporaine. A travers les témoignages de rescapés de ces terribles massacres, la réalisatrice remonte le temps pour restituer toute la barbarie et la sauvagerie de ces événements qui se sont poursuivis jusqu'au mois de septembre de la même année.
La rencontre-débat a été animée par deux historiens français, Gilles Manceron et Jean-Louis Planche, connus pour les travaux qu'ils ont effectués autour de la colonisation française et des massacres du 8 mai 1945. En parlant du déroulement de cette tuerie, qui s'est prolongée quatre mois durant dans la région du Constantinois, Jean-Louis Planche a constaté, que «ce jour-là, la folie meurtrière s'est emparée des populations européennes».
Il a rappelé en s'appuyant sur des rapports et des témoignages vérifiés qu'«en septembre 1945, près de cent camions ont déchargé des cadavres d'Algériens qui allaient être ensevelis dans des fosses communes, dans la banlieue de Constantine».
Cet historien a également indiqué que le nombre de 30 000 morts a été annoncé à Paris dès la fin de mai 1945, non sans préciser que «le bilan doit être obligatoirement supérieur à ce chiffre puisque les massacres se sont poursuivis quatre mois durant».
Gilles Manceron a, pour sa part, souligné que les événements du 8 mai 1945 ont été un tournant important dans l'histoire de l'Algérie. «Le souvenir de ces massacres a été très longtemps présent auprès des militants du PPA-MTLD, ceux-là même qui déclencheront la révolution armée le 1er novembre 1954», a-t-il dit. Le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a été commémoré samedi dernier, pour la première fois, à Montpellier, par la projection suivie d'un débat du film documentaire l'Autre 8 Mai 45. D'autre part, le Musée central de la police a commémoré hier à l'Ecole supérieure de la police à Châteauneuf (Alger) le 65ème anniversaire des
massacres du 8 mai 1945, en organisant une exposition de photos. Des moudjahidine ont été honorés à cette occasion.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.