Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens rappellent à la France son passé colonial
Commémorant le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945
Publié dans La Tribune le 10 - 05 - 2010

Des conférences-débats, des expositions photos, et des témoignages de moudjahidine rappelant l'atrocité de la répression de l'armée coloniale étaient au programme hier pour commémorer les massacres du 8 mai 1945. La répression de la marche pacifique d'alors s'est imposée comme thème majeur des festivités organisées à travers le pays, mais aussi par notre communauté à l'étranger. Tout le monde s'accorde à dire que la répression de la marche pacifique du 8 mai 1945, qui s'est soldée par un bilan de 45 000 morts, est un crime contre l'humanité pour lequel la France doit s'excuser.
Après la grandiose «marche de la fidélité» organisée la veille à Sétif, c'était au tour d'un colloque international sur le 8 mai 1945 d'être organisé à Guelma, hier, avec la participation de personnalités de renom, des moudjahidine et des historiens.
La commémoration du soixante-cinquième anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a également été le thème abordé à l'ouverture des quatrièmes «okadiade» de la poésie arabe. En France, au moment où le film Hors-la-loi, du metteur en scène algérien Rachid Bouchareb, fait polémique, un documentaire et une rencontre-débat ont été proposés samedi soir au Centre culturel algérien de Paris pour marquer le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma, Kherrata et dans d'autres villes du pays.
Mémoires du 8 Mai 1945, est le nom du documentaire de Mariam Hamidat et de François Nemata, présenté en ouverture de la commémoration de cette date historique de l'Algérie contemporaine. A travers les témoignages de rescapés de ces terribles massacres, la réalisatrice remonte le temps pour restituer toute la barbarie et la sauvagerie de ces événements qui se sont poursuivis jusqu'au mois de septembre de la même année.
La rencontre-débat a été animée par deux historiens français, Gilles Manceron et Jean-Louis Planche, connus pour les travaux qu'ils ont effectués autour de la colonisation française et des massacres du 8 mai 1945. En parlant du déroulement de cette tuerie, qui s'est prolongée quatre mois durant dans la région du Constantinois, Jean-Louis Planche a constaté, que «ce jour-là, la folie meurtrière s'est emparée des populations européennes».
Il a rappelé en s'appuyant sur des rapports et des témoignages vérifiés qu'«en septembre 1945, près de cent camions ont déchargé des cadavres d'Algériens qui allaient être ensevelis dans des fosses communes, dans la banlieue de Constantine».
Cet historien a également indiqué que le nombre de 30 000 morts a été annoncé à Paris dès la fin de mai 1945, non sans préciser que «le bilan doit être obligatoirement supérieur à ce chiffre puisque les massacres se sont poursuivis quatre mois durant».
Gilles Manceron a, pour sa part, souligné que les événements du 8 mai 1945 ont été un tournant important dans l'histoire de l'Algérie. «Le souvenir de ces massacres a été très longtemps présent auprès des militants du PPA-MTLD, ceux-là même qui déclencheront la révolution armée le 1er novembre 1954», a-t-il dit. Le 65ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945 a été commémoré samedi dernier, pour la première fois, à Montpellier, par la projection suivie d'un débat du film documentaire l'Autre 8 Mai 45. D'autre part, le Musée central de la police a commémoré hier à l'Ecole supérieure de la police à Châteauneuf (Alger) le 65ème anniversaire des
massacres du 8 mai 1945, en organisant une exposition de photos. Des moudjahidine ont été honorés à cette occasion.
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.