Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    L'ambassade de France s'explique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La mafia du foncier dénoncée    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ou la face cachée des atrocités coloniales françaises en Algérie
L'Autre 8 mai 1945
Publié dans La Tribune le 29 - 04 - 2009


Synthèse de la rédaction nationale
L'Autre 8 mai 1945, un documentaire projeté hier à Alger, relate les atrocités commises par l'armée coloniale française contre le peuple algérien sorti, ce jour-là, revendiquer son indépendance au moment même où les alliés célébraient leur victoire contre l'Allemagne nazie. Réalisé par Mme Yasmina Adi, une Algérienne née en France, ce documentaire lève le voile, à travers des témoignages illustrés par des photos et vidéos inédites, sur les mécanismes et conséquences de cette répression coloniale commise dans plusieurs villes d'Algérie, notamment Sétif, Guelma et Kherrata en mai 1945. La cinéaste s'est basée également sur des documents et archives de l'administration française, des services de renseignement anglais et américains, ainsi que sur le témoignage d'un reporter
américain, arrivé le premier sur les lieux et de personnes ayant survécu à ces tueries massives, parmi lesquelles des rescapés de la guillotine. Ce documentaire révèle aussi la manière dont la machine meurtrière coloniale a été mise en branle pour mater le soulèvement des Algériens qui réclamaient le droit à la liberté et l'indépendance. Il montre comment les militaires français ont créé une milice composée de civils, dont l'un d'eux s'est même vanté d'avoir abattu «83 merles», nom donné aux Arabes qu'il croisait «lors des différentes battues organisées dans les villages et hameaux indigènes» les semaines ayant suivi le 8 mai 1945. Parmi les témoins majeurs figurent Chawki Mostefaï, le confectionneur du drapeau algérien brandi lors des manifestations du 8 mai 1945, Aïssa Chéraga le porteur du drapeau de la manifestation de Sétif et des condamnés à mort en 1945 qui ne retrouveront finalement la liberté qu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962. «En Algérie, on parle de 45 000 Algériens tués, alors que les autorités françaises reconnaissent 7 000 morts. Des deux côtés de la Méditerranée, ce bilan a une valeur très symbolique : d'un côté, les traces d'une répression coloniale que l'on aimerait cacher, de l'autre, des massacres qui symbolisent le début d'une volonté d'indépendance nationale», a expliqué la réalisatrice à l'APS. L'Autre 8 mai 1945, réalisé avec la participation de France 2, a été présenté, il y a près d'une année, à une heure tardive, par cette chaîne publique. Il a été programmé lors de différents festivals en Italie, en Espagne, en Belgique et au Burkina Faso. En Algérie, il sera diffusé dans une quinzaine de wilayas, à l'occasion de la commémoration de ces massacres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.