Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les cours accélérés, le nouveau filon
Examens de fin d'année
Publié dans La Tribune le 29 - 05 - 2010


Photo : Riad
Par Abderrahmane Semmar
Les examens de fin d'année angoissent nos élèves et nos étudiants. C'est un rendez-vous important de l'année scolaire qui déterminera l'avenir de chacun dans le cursus de toute une vie. Dans ce sens, chacun fait de son mieux pour se préparer à cette échéance incontournable. Et à ce sujet, ils sont nombreux à opter pour des cours accélérés dans un établissement privé. La tendance est devenue, avec le temps, un véritable phénomène de société. Il est donc loin le temps où tout le monde révisait chez soi en
s'enfermant dans sa chambre. Aujourd'hui, face à la charge de travail, la réussite scolaire n'est plus à la portée de tout le monde. Pour avoir de bonnes notes, il faut surtout ne pas passer à côté des examens. Dans ce contexte, l'aide et l'assistance d'un professeur sont plus que jamais utiles. «Réviser tout seul, ce n'est plus une méthode efficace. Les matières sont tellement denses et les cours brassent plusieurs axes. Avec l'aide d'un enseignant, on est mieux guidé et orienté. On travaille aussi dans la sérénité et on est nettement moins brouillé. En ce qui me concerne, les cours accélérés m'ont beaucoup apporté l'année dernière. C'est pour cela que j'ai réitéré l'expérience cette année», raconte Salim, 21 ans, qui s'apprête à passer ses EMD à la faculté dans quelques semaines. Pour parer à tous les risques d'échec, Salim a décidé de recourir aux services d'une école privée spécialisée dans les cours accélérées.
Des langues étrangères aux mathématiques, biologie et chimie, cette école, située à Ben Aknoun, propose un accompagnement pédagogique à tous les étudiants désireux de passer le cap des examens sans dégâts. Comme Salim, ils sont nombreux à jeter leur dévolu sur cet établissement. «C'est très pratique. On s'inscrit dans une session d'une durée d'une semaine. Avec l'aide d'un professeur qu'on connaît très bien on révise rapidement et efficacement tous nos cours. De cette manière, on se présente aux examens avec beaucoup de concentration», affirme, de son côté, Hanane, 20 ans, étudiante en gestion et économie. Elle nous fait savoir aussi qu'elle réitère cette expérience pour la deuxième fois : «L'année dernière, j'ai fait aussi des cours accélérés. Et les résultats étaient au rendez-vous.» Néanmoins, il convient de signaler que ces cours accélérés reviennent assez cher pour les étudiants et les élèves. A raison de 4 000 DA et jusqu'à 8 000 DA, le prix de la session de cours intensifs est incontestablement un luxe que beaucoup ne peuvent se permettre. En dépit de cela, les écoles privées spécialisées dans les cours accélérés sont en train de fleurir un peu partout dans le pays. Et l'affluence dans ces établissements est telle que beaucoup de parents estiment que c'est la solution pour la réussite de leurs enfants. Qu'adviendra-t-il de celle ou de celui qui ne peut avoir recours aux cours intensifs ? Que l'on se rassure car cela ne signifie pas pour autant l'échec. La réussite scolaire ne dépend aucunement de ces cours. Pour preuve, les meilleurs étudiants et élèves obtiennent des notes excellentes sans recourir aux cours accélérés. C'est dire enfin si rien ne remplace le sérieux dans le
travail et l'effort individuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.