Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'amour loin du douar….
Fatima, celle qui a trouvé l'âme sœur malgré le poids des traditions
Publié dans La Tribune le 17 - 10 - 2009


Photo : Riad
Par Abderrahmane Semmar
A lui seul, le regard sombre résume toute l'intensité de sa personne. Fatima, 22 ans, étudiante en psychologie à la faculté de Bouzaréah dégage beaucoup de fierté par la grâce de sa démarche et le charme de son sourire. Depuis deux ans, le voile brumeux qui jusqu'alors la tenait en lisière de l'existence s'est déchiré, laissant affluer en elle rêve, passion et émotion.
Originaire d'un douar situé à quelques encablures de Beni Slimane, dans la wilaya de Médéa, Fatima, étudie et réside à Alger depuis 3 ans. Son bac décroché, elle quitte son douar, pleine d'espoir, pour découvrir la capitale et les nouveaux horizons que la mythique Alger allait lui offrir. Cette nouvelle étape de sa vie, Fatima l'a vécue comme une réelle et profonde libération. Et pour cause, libérée, rendue à elle-même et à la vie, comme elle aime à le dire, Fatima se laisse à Alger envahir peu à peu par un désir violent, impétueux, palpable à chaque moment de sa nouvelle vie, à chaque journée de son existence estudiantine. Bien plus que ses rencontres imprévues, ce sont les mots, les regards, les clins d'œil échangés avec des hommes tombées sous son charme envoûtant qui se font étreintes dans cette longue montée du désir que Fatima nous dépeint admirablement. C'est à travers une valse lente et impatiente, où, au fil de rendez-vous dans un Alger miroitant de lumières chatoyantes, que Fatima et son petit ami se retrouvent, se frôlent, éprouvent d'un regard, d'un baiser, d'une caresse fugitive, l'évidence du désir, d'un amour secret.
Une romance qu'elle vit au jour le jour avec un autre étudiant originaire de Djelfa. Grâce à cet amour, sa vie a cessé d'être une forme de sécheresse, confie-t-elle sans aucun détour. Devenue creuse, vidée de toute substance, de toute illusion, de toute fantaisie, la Fatima du douar avait perdu le lien avec sa féminité, avec ses rêves, avec ses désirs. «J'étais un désert. Ma famille, mes cousins, les voisins, tout le monde épiait mes moindres faits et gestes. Les interdits, mon milieu ne cultivait que cela. Pour moi, tout était impossible à faire. La vie, je ne la connaissais qu'à travers les yeux et la mentalité de mes parents. Aujourd'hui, Dieu merci, je me sens épanouie.
A Alger, je suis libre. Personne ne peut m'interdire de vivre ma vie. Personne ne vient m'étouffer comme par le passé», raconte-t-elle sur un ton passionné. «D'où je viens, je n'aurais jamais pu rencontrer un garçon et sortir avec lui. C'était quasiment inimaginable. Les mentalités sont très arriérées dans un douar. Heureusement que j'avais la chance d'étudier. Autrement dit, on m'aurait casé depuis longtemps avec un homme que je ne connais même pas. C'est le destin tragique de mes sœurs et de plusieurs de mes cousines. Moi, j'ai tout fait pour échapper à cette fatalité», poursuit-elle.
N'éprouvant jamais de peur pour aimer et vivre, Fatima a compris que les voies de la liberté s'ouvriraient à elle pendant son cursus universitaire.
Les hommes, elle a appris à les connaître en surmontant péniblement ces complexes. «Au début, je n'arrivais pas à m'adapter. Mais à la résidence universitaire, une convivialité s'est installée rapidement entre nous, les filles de l'intérieur du pays. On est toutes animées d'une curiosité et d'une soif de vie insatiables. Lorsqu'un homme nous plaisait, on en parlait toute la nuit. Chacune racontait ses aventures galantes à l'autre. Il était impensable de partager ces moments chez soi», assure Fatima. Petit à petit, Fatima la bovaryste va se détacher de son présent vertigineux fait d'attente, de ruptures, de retrouvailles, de fêlures et de meurtrissures, de honte, de duperie, de tromperie, mais aussi de réminiscences heureuses ou douloureuses. En foulant le sol de la faculté de Bouzaréah, Fatima inscrit le second acte de sa vie dans la passion.
Ou plutôt dans une quête amoureuse dans laquelle elle savoure la naissance du désir, le bonheur d'aimer, de vivre. Avec son copain, Djamel, elle repousse les frontières imposées par la tradition. Dans ses bras, elle se découvre femme. Pour les années à venir, Fatima et son copain rêvent de vivre ensemble. Mais là, c'est une autre histoire. A travers le murmure caressant d'une voix qui enveloppe, étreint et résonne intimement bien, Fatima cherche à profiter d'abord de sa jeunesse. Une jeunesse qui aurait été gâchée si elle était restée dans son douar…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.