Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Defla s'efforce de bien gérer ses déchets ménagers
Des décharges sauvages existent encore
Publié dans La Tribune le 02 - 06 - 2010


De notre correspondant à Aïn Defla
Madani Azzeddine
La protection de l'environnement est devenue depuis plusieurs années l'une des préoccupations de l'ensemble des pays du monde et de nombreuses politiques ont été entreprises selon les moyens financiers et l'état de l'environnement à protéger.
L'Algérie à travers la politique engagée par le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire a mis en place une batterie de lois encadrant l'environnement dans lequel vit l'être humain. Ces dispositions comptent également renforcer l'aménagement du territoire, lequel accorde une attention particulière à la protection de l'environnement et ce, depuis que les villes se sont développées d'une manière rapide influant par la suite sur l'espace urbain et rural.
Cette forme d'urbanisation a, en effet, eu des conséquences négatives sur le fonctionnement et la gestion des villes. Cette situation a contribué à l'apparition d'un milieu urbain très pollué marqué, entre autres, par une mauvaise gestion des déchets ménagers
qui enlaidissent le paysage des villes et particulièrement des grands quartiers et des périphéries des agglomérations. Même les terres agricoles n'ont pas échappé à cette pollution qui, dans leur cas, a un impact sur la qualité de la production agricole.
L'apparition de nombreuses décharges sauvages a obligé les autorités à réfléchir davantage pour instaurer une bonne gestion de ce volet très important.
La mise en œuvre du Programme national de gestion des déchets solides municipaux (PROGDEM) introduit graduellement par le ministère de l'Environnement vise l'application de la nouvelle politique environnementale urbaine, laquelle s'articule sur l'éradication des décharges sauvages, l'organisation de la collecte et le transport de ce genre de déchets d'une manière permettant la protection de l'environnement.
Cela se fait par la réalisation des centres technique d'enfouissement dans l'ensemble des wilayas du pays. Ce programme, financé également par la conversion de la dette italienne en projets d'investissement publics, a permis de lancer des opérations portant sur la réalisation d'études de schémas communaux de gestion des déchets ménagers et assimilés ainsi que des centres techniques d'enfouissement de différents types. Il est prévu aussi la réalisation de déchetteries, de centres de tri et l'acquisition des moyens de collecte et de transport.
Les objectifs de ce programme consistent à assurer la préservation de l'hygiène publique et la propreté des agglomérations, l'amélioration du cadre de vie du citoyen et la protection de sa santé, l'élimination saine et écologique des déchets et la valorisation des déchets recyclables. Il prévoit, entre autres, la création de postes d'emploi dans ce secteur. Il est également question de procéder à la fermeture et à la réhabilitation des décharges sauvages lors de l'application de ce grand programme. Mais si le contenu de ce programme est prometteur d'une gestion efficiente des déchets ménagers, il semble que, sur le terrain, il reste encore à faire, et ce, malgré l'engagement de quelques actions.
La wilaya de Aïn Defla où le nombre des décharges sauvages a atteint 160 à travers son vaste territoire durant l'année 2007, s'efforce depuis un certain temps de concrétiser ce programme. 35 décharges contrôlées sont recensées dans cette wilaya et les autorités
locales travaillent à adapter leur gestion et organisation aux normes. S'agissant des communes comptant le plus de décharges sauvages, on trouve la commune de Miliana avec 15 décharges, suivie de celle de Arib et de Bordj Emir Khaled avec 13 décharges alors que le nombre varie entre 1 et 10 décharges dans le reste des communes.
Cette situation justifie donc l'application du PROGDEM qui a permis aux services de l'environnement de lancer la réalisation d'un centre technique d'enfouissement au niveau de la sortie ouest de la ville de Aïn Defla.
Ce centre dont les travaux sont presque finalisés et qui, d'après les services concernés, devra être opérationnel prochainement,
permettra l'enfouissement des déchets de nombreuses communes. Mais, il n'est en fait qu'une solution partielle, car, pour l'instant, ce centre est lui-même une source de pollution pour les habitants de la localité de Souaike, d'autant qu'une décharge sauvage a vu le jour tout près.
La fumée qu'elle dégage à chaque fois que des inconnus y mettent le feu suscite la colère des riverains, lesquels ne cessent de revendiquer des mesures pour préserver leur santé.
Des schémas de gestion des communes ont également été lancés par les services concernés, déterminés plus que jamais à mettre en application toutes les orientations prises par la tutelle. En somme, dans cette wilaya les dispositions de ce programme national sont appliquées par les autorités locales, cependant les objectifs tardent encore à apparaitre d'autant que ce genre de projet nécessite
plus de temps pour mettre en place les structures d'accompagnement permettant son fonctionnement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.