Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Six wilayas paralysées
Grève des postiers dans l'est du pays
Publié dans La Tribune le 25 - 04 - 2011

De notre correspondant à Annaba
Mohamed Rahmani
Hier, les postiers étaient en grève à Annaba, paralysant ainsi tous les services de cette institution au niveau de toutes ses structures implantées dans les différentes agglomérations et localités de cette wilaya. Ainsi, 790 employés répartis sur les 59 bureaux de poste, direction de wilaya, unités postales et guichets ont suivi en masse le mot d'ordre de grève auquel a appelé la fédération, et ce, malgré l'inexistence d'un syndicat au sein des structures d'Annaba. Un syndicat dont les instances avaient été dissoutes et qui devaient être renouvelées le 27 du mois courant. Devant la Grande-Poste, beaucoup de personnes, particulièrement des retraités, étaient venues tôt le matin pour retirer leurs pensions qu'ils attendaient depuis le 24 du mois passé. Les portes étaient restées désespérément closes et, apparemment, personne n'était au courant du mouvement de grève. Ce n'est que vers 9 heures du matin que les usagers ont appris que la poste restera fermée durant toute la journée pour cause de grève. Ensuite, ce fut la ruée sur les guichets automatiques ; des bousculades qui ont quelquefois dégénéré en disputes avec échange d'insultes entre les usagers réduits à s'en prendre les uns aux autres. Devant les guichets vidés en moins d'une heure, les retraités, dont la plupart n'ont pu retirer leur argent, ont organisé un mouvement de protestation pour dénoncer cette situation, tout en appelant l'intervention des responsables. Des employés que nous avons rencontrés se disent déterminés à aller jusqu'au bout pour que leurs revendications soient prises en charge : «Nous avons longtemps attendu et personne ne nous a pris au sérieux. Aujourd'hui, nous confie l'un d'entre eux, il faut qu'ils nous entendent et nous ne reprendrons le travail que si nos demandes sont prises en considération et totalement satisfaites.» Les revendications des postiers ont trait à l'augmentation des salaires, au versement des primes de rendement individuel et collectif qu'ils n'ont pas touchées depuis quatre ans, à la prime de scolarité des enfants, à l'indemnité relative à la femme au foyer et la révision des postes, des grades et des échelons. La grève qui touche l'ensemble des six wilayas - Annaba, Souk Ahras, Guelma, El Tarf, Tébessa et Skikda - où travaillent 2 500 postiers a totalement paralysé les quatre premières ; quant aux deux dernières, elle a été suivie à 50%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.