Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage au poète Djamel Amrani
Organisé par l'établissement Arts et Culture
Publié dans La Tribune le 28 - 09 - 2008

«C'était un homme bon, généreux et un homme de culture», exprimeront la plupart des amis et hommes de culture du poète, écrivain, homme de la radio, journaliste, Djamel Amrani, lors d'une conférence organisé par l'Etablissement Arts et Culture, dans la soirée de vendredi dernier, en hommage à l'homme aux multiples facettes.
Un poète ne meurt jamais, il est éternel à travers sa poésie. Ce témoignage s'inscrit dans le cadre de la série des hommages tracés par les responsables de l'établissement, durant le mois sacré. Pour que nul n'oublie l'homme, qui a tant donné à la culture algérienne, les quelques amis qui ont répondu à ce rendez-vous ont fait une esquisse sur l'œuvre et la vie de Djamel Amrani.
Après avoir rappelé les qualités de l'homme que fut le poète, Rachid Mokhtari a, lu à l'assistance, peu
nombreuse, des textes écrits par Jean Dejeux, critique et spécialiste de la littérature maghrébine d'expression
francophone, sur les œuvres de Djamel Amrani. Cédant ensuite la parole à Mme Leila Boutaleb, cette dernière, amie de longue date du poète, a retracé en quelques minutes sa rencontre avec l'homme qui devint son compagnon de parcours. En ce sens, elle raconte avec un air nostalgique : «On s'est rencontrés dans les années 60 à Saint-Eugène, ce jour-là, la rencontre y était indifférente, je ne connaissais pas l'homme, il m'a parlé de sa poésie, et c'est grâce à lui que, plus tard, je suis allée vers cet art. en 1965. On a créé un duo à la Radio. Il a été pour moi un ami, un compagnon et un frère. Je me souviens encore de notre dernier voyage en Roumanie et en Turquie, avec Amine Zaoui. C'était dans le cadre d'une rencontre avec les poètes, et on a rencontré beaucoup d'hommes de l'art et de la culture.» Amrani a toujours encouragé les jeunes auteurs. «Cétait un homme bon, un être simple, il connaissait presque tous les chauffeurs de taxi, il taquinait les gens dans la rue, c'était un homme qui avait un humour féroce», souligne l'amie de toujours.
Dans sa communication, Mme Djoher Amhis a parlé du parcours et de l'œuvre du poète. Né le 29 août 1935 à Sour El Ghozlane, Djamel Amrani a interrompu ses études lors de la grève des étudiants en 1955 et fut arrêté en 1957. Après un séjour à Paris puis à Oujda, il rejoint l'état-major de l'ALN. Après l'indépendance, il fera partie du premier cercle des poètes francophones, avec un passage à l'ambassade d'Algérie à Cuba en qualité
de conseiller culturel.
De ses œuvres, Mme Amhis citera Bivouac des certitudes (SNED, 1969), Aussi loin que mes regards se portent, (SNED, 1972), Jours couleur de soleil, (SNED, 1978), Entre la dent et la mémoire, (SNED, 1981), L'été de ta peau, (SNED, 1982), la Plus Haute Source (ENAL, 1983), Au jour de ton corps, (ENAL, 1985), ou Déminer la mémoire, (ENAL, 1986) Ensuite, l'écrivaine a parlé de l'œuvre le Témoin paru aux éditions de Minuit en France. «Dans ce document, Djamel Amrani nous livre une expérience personnelle, où il dénonce l'armée française», précise la conférencière. Tout en ajoutant que «son œuvre, c'est aussi un cri d'alarme, où l'auteur fait face à une perte des illusions quant au modèle de la France glorieuse».
Mme Amhis reprend un passage du livre : «Je prenais conscience du camp auquel j'appartenais», écrit Amrani dans le Témoin.
L'oratrice confie à l'assistance : «Quand j'ai lu ce livre, j'ai pleuré, car l'auteur a donné l'image de plusieurs familles algériennes qui ont vécu le colonialisme, et il faudrait que ce livre soit enseigné à l'école.»
Quant à Amine Zaoui, directeur de la Bibliothèque nationale, il dira dans son intervention qu'Amrani était un enfant terrible, très intelligent, intellectuel et critique. Il s'est vu attribué le prix Pablo Neruda en 2004. Pour conclure, le directeur de la BN émet le souhait de nommer un prix de poésie Djamel Amrani.
Répondant à une question sur l'absence de l'auteur durant la décennie noire, Leila Boutaleb, a dit : «Djamel
a passé 4 ans chez monseigneur Tessier, mais il n'a jamais quitté l'Algérie.» A la fin de la conférence, un petit récital de chants du patrimoine donné par Fatma Flora Mouheb, cantatrice de chants kabyles et achawik, rituels berbères, dans lequel elle reprend un poème de Jean Amrouche.
T. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.