Grève et sit-in des avocats à Béjaïa    La Journée nationale du tourisme célébrée    25 plages autorisées à la baignade    20 hectares ravagés par les flammes    EN : Belmadi ne fait pas de différence entre Baldé et Mané    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans la fuite d'argent vers l'étranger    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Dialogue de sourds    Hanane Ashrawi dénonce    Un remplaçant pour Ouyahia    En l'absence des titulaires    Sikazwé au sifflet    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer «à 100%»    L'AG des actionnaires reportée pour jeudi    Les étudiants ne désarment pas    «La transition démocratique est incontournable !»    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    Côtelettes d'agneau marinées au four    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    La Fondation Casbah condamne    Drame à Azeffoun : Trois adolescents meurent noyés à Aït Chaffaâ    L'inflation à 3,6%    Coupe d'Afrique des nations: La vente des récepteurs satellitaires et des téléviseurs boostée    CAF - Supporters expulsés d'Egypte: La FAF écope d'une sanction financière    LA PRIMEUR A L'HISTOIRE    Tribune - Les discours de haine embrasent le monde    La démocratie est la solution    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    D'énormes potentialités    Assassinat d'un jeune homme    Les propriétaires d'exploitation agricole réclament l'électrification agricole    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Djellab à Dakar: "L'Algérie continuera à jouer un rôle primordial pour l'intégration économique intra-africaine"    Salon du Bourget : L'A321 XLR, le " game-changer " d'Airbus débute sa carrière en fanfare    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    Les étudiants toujours mobilisés    Gaïd Salah en visite, à partir d'aujourd'hui    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage au poète Djamel Amrani
Organisé par l'établissement Arts et Culture
Publié dans La Tribune le 28 - 09 - 2008

«C'était un homme bon, généreux et un homme de culture», exprimeront la plupart des amis et hommes de culture du poète, écrivain, homme de la radio, journaliste, Djamel Amrani, lors d'une conférence organisé par l'Etablissement Arts et Culture, dans la soirée de vendredi dernier, en hommage à l'homme aux multiples facettes.
Un poète ne meurt jamais, il est éternel à travers sa poésie. Ce témoignage s'inscrit dans le cadre de la série des hommages tracés par les responsables de l'établissement, durant le mois sacré. Pour que nul n'oublie l'homme, qui a tant donné à la culture algérienne, les quelques amis qui ont répondu à ce rendez-vous ont fait une esquisse sur l'œuvre et la vie de Djamel Amrani.
Après avoir rappelé les qualités de l'homme que fut le poète, Rachid Mokhtari a, lu à l'assistance, peu
nombreuse, des textes écrits par Jean Dejeux, critique et spécialiste de la littérature maghrébine d'expression
francophone, sur les œuvres de Djamel Amrani. Cédant ensuite la parole à Mme Leila Boutaleb, cette dernière, amie de longue date du poète, a retracé en quelques minutes sa rencontre avec l'homme qui devint son compagnon de parcours. En ce sens, elle raconte avec un air nostalgique : «On s'est rencontrés dans les années 60 à Saint-Eugène, ce jour-là, la rencontre y était indifférente, je ne connaissais pas l'homme, il m'a parlé de sa poésie, et c'est grâce à lui que, plus tard, je suis allée vers cet art. en 1965. On a créé un duo à la Radio. Il a été pour moi un ami, un compagnon et un frère. Je me souviens encore de notre dernier voyage en Roumanie et en Turquie, avec Amine Zaoui. C'était dans le cadre d'une rencontre avec les poètes, et on a rencontré beaucoup d'hommes de l'art et de la culture.» Amrani a toujours encouragé les jeunes auteurs. «Cétait un homme bon, un être simple, il connaissait presque tous les chauffeurs de taxi, il taquinait les gens dans la rue, c'était un homme qui avait un humour féroce», souligne l'amie de toujours.
Dans sa communication, Mme Djoher Amhis a parlé du parcours et de l'œuvre du poète. Né le 29 août 1935 à Sour El Ghozlane, Djamel Amrani a interrompu ses études lors de la grève des étudiants en 1955 et fut arrêté en 1957. Après un séjour à Paris puis à Oujda, il rejoint l'état-major de l'ALN. Après l'indépendance, il fera partie du premier cercle des poètes francophones, avec un passage à l'ambassade d'Algérie à Cuba en qualité
de conseiller culturel.
De ses œuvres, Mme Amhis citera Bivouac des certitudes (SNED, 1969), Aussi loin que mes regards se portent, (SNED, 1972), Jours couleur de soleil, (SNED, 1978), Entre la dent et la mémoire, (SNED, 1981), L'été de ta peau, (SNED, 1982), la Plus Haute Source (ENAL, 1983), Au jour de ton corps, (ENAL, 1985), ou Déminer la mémoire, (ENAL, 1986) Ensuite, l'écrivaine a parlé de l'œuvre le Témoin paru aux éditions de Minuit en France. «Dans ce document, Djamel Amrani nous livre une expérience personnelle, où il dénonce l'armée française», précise la conférencière. Tout en ajoutant que «son œuvre, c'est aussi un cri d'alarme, où l'auteur fait face à une perte des illusions quant au modèle de la France glorieuse».
Mme Amhis reprend un passage du livre : «Je prenais conscience du camp auquel j'appartenais», écrit Amrani dans le Témoin.
L'oratrice confie à l'assistance : «Quand j'ai lu ce livre, j'ai pleuré, car l'auteur a donné l'image de plusieurs familles algériennes qui ont vécu le colonialisme, et il faudrait que ce livre soit enseigné à l'école.»
Quant à Amine Zaoui, directeur de la Bibliothèque nationale, il dira dans son intervention qu'Amrani était un enfant terrible, très intelligent, intellectuel et critique. Il s'est vu attribué le prix Pablo Neruda en 2004. Pour conclure, le directeur de la BN émet le souhait de nommer un prix de poésie Djamel Amrani.
Répondant à une question sur l'absence de l'auteur durant la décennie noire, Leila Boutaleb, a dit : «Djamel
a passé 4 ans chez monseigneur Tessier, mais il n'a jamais quitté l'Algérie.» A la fin de la conférence, un petit récital de chants du patrimoine donné par Fatma Flora Mouheb, cantatrice de chants kabyles et achawik, rituels berbères, dans lequel elle reprend un poème de Jean Amrouche.
T. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.