Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage au poète Djamel Amrani
Organisé par l'établissement Arts et Culture
Publié dans La Tribune le 28 - 09 - 2008

«C'était un homme bon, généreux et un homme de culture», exprimeront la plupart des amis et hommes de culture du poète, écrivain, homme de la radio, journaliste, Djamel Amrani, lors d'une conférence organisé par l'Etablissement Arts et Culture, dans la soirée de vendredi dernier, en hommage à l'homme aux multiples facettes.
Un poète ne meurt jamais, il est éternel à travers sa poésie. Ce témoignage s'inscrit dans le cadre de la série des hommages tracés par les responsables de l'établissement, durant le mois sacré. Pour que nul n'oublie l'homme, qui a tant donné à la culture algérienne, les quelques amis qui ont répondu à ce rendez-vous ont fait une esquisse sur l'œuvre et la vie de Djamel Amrani.
Après avoir rappelé les qualités de l'homme que fut le poète, Rachid Mokhtari a, lu à l'assistance, peu
nombreuse, des textes écrits par Jean Dejeux, critique et spécialiste de la littérature maghrébine d'expression
francophone, sur les œuvres de Djamel Amrani. Cédant ensuite la parole à Mme Leila Boutaleb, cette dernière, amie de longue date du poète, a retracé en quelques minutes sa rencontre avec l'homme qui devint son compagnon de parcours. En ce sens, elle raconte avec un air nostalgique : «On s'est rencontrés dans les années 60 à Saint-Eugène, ce jour-là, la rencontre y était indifférente, je ne connaissais pas l'homme, il m'a parlé de sa poésie, et c'est grâce à lui que, plus tard, je suis allée vers cet art. en 1965. On a créé un duo à la Radio. Il a été pour moi un ami, un compagnon et un frère. Je me souviens encore de notre dernier voyage en Roumanie et en Turquie, avec Amine Zaoui. C'était dans le cadre d'une rencontre avec les poètes, et on a rencontré beaucoup d'hommes de l'art et de la culture.» Amrani a toujours encouragé les jeunes auteurs. «Cétait un homme bon, un être simple, il connaissait presque tous les chauffeurs de taxi, il taquinait les gens dans la rue, c'était un homme qui avait un humour féroce», souligne l'amie de toujours.
Dans sa communication, Mme Djoher Amhis a parlé du parcours et de l'œuvre du poète. Né le 29 août 1935 à Sour El Ghozlane, Djamel Amrani a interrompu ses études lors de la grève des étudiants en 1955 et fut arrêté en 1957. Après un séjour à Paris puis à Oujda, il rejoint l'état-major de l'ALN. Après l'indépendance, il fera partie du premier cercle des poètes francophones, avec un passage à l'ambassade d'Algérie à Cuba en qualité
de conseiller culturel.
De ses œuvres, Mme Amhis citera Bivouac des certitudes (SNED, 1969), Aussi loin que mes regards se portent, (SNED, 1972), Jours couleur de soleil, (SNED, 1978), Entre la dent et la mémoire, (SNED, 1981), L'été de ta peau, (SNED, 1982), la Plus Haute Source (ENAL, 1983), Au jour de ton corps, (ENAL, 1985), ou Déminer la mémoire, (ENAL, 1986) Ensuite, l'écrivaine a parlé de l'œuvre le Témoin paru aux éditions de Minuit en France. «Dans ce document, Djamel Amrani nous livre une expérience personnelle, où il dénonce l'armée française», précise la conférencière. Tout en ajoutant que «son œuvre, c'est aussi un cri d'alarme, où l'auteur fait face à une perte des illusions quant au modèle de la France glorieuse».
Mme Amhis reprend un passage du livre : «Je prenais conscience du camp auquel j'appartenais», écrit Amrani dans le Témoin.
L'oratrice confie à l'assistance : «Quand j'ai lu ce livre, j'ai pleuré, car l'auteur a donné l'image de plusieurs familles algériennes qui ont vécu le colonialisme, et il faudrait que ce livre soit enseigné à l'école.»
Quant à Amine Zaoui, directeur de la Bibliothèque nationale, il dira dans son intervention qu'Amrani était un enfant terrible, très intelligent, intellectuel et critique. Il s'est vu attribué le prix Pablo Neruda en 2004. Pour conclure, le directeur de la BN émet le souhait de nommer un prix de poésie Djamel Amrani.
Répondant à une question sur l'absence de l'auteur durant la décennie noire, Leila Boutaleb, a dit : «Djamel
a passé 4 ans chez monseigneur Tessier, mais il n'a jamais quitté l'Algérie.» A la fin de la conférence, un petit récital de chants du patrimoine donné par Fatma Flora Mouheb, cantatrice de chants kabyles et achawik, rituels berbères, dans lequel elle reprend un poème de Jean Amrouche.
T. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.