REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La 4e commission de l'ONU entame ses travaux par un appui fort aux Sahraouis
Alors que la SADC et le groupe de RIO apportent leur soutien à la cause sahraouie
Publié dans La Tribune le 08 - 10 - 2008

Le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination était au centre de tous les débats lundi dernier lors du début des travaux de la quatrième commission de l'ONU chargée de la décolonisation. Des interventions en série de pays et d'organisations appuyant le droit du peuple du Sahara occidental à l'autodétermination monopolisaient par là même, les débats. Ainsi la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le Groupe de Rio, qui regroupe 22 pays d'Amérique latine et des Caraïbes, l'Ouganda, le Venezuela et les îles Fidji ont clairement exprimé lors du débat général leur soutien au droit des Sahraouis à l'autodétermination. D'autres, comme Cuba (au nom des pays non alignés) et la Chine ont appelé plus généralement à débarrasser le monde définitivement du colonialisme. «L'autodétermination est la seule solution à la situation au Sahara occidental», a notamment déclaré l'ambassadeur sud-africain à l'ONU, M. Dumisani Shadrack Kumalo, dans une allocution au nom de la SADC.
La SADC «appuie l'adoption d'une résolution sur le Sahara occidental par la 4e commission, qui réitère les principes d'autodétermination et de décolonisation. C'est le moins que le peuple sahraoui puisse attendre de nous», a-t-il ajouté. «Le problème jusque-là a été que le Maroc a essayé d'imposer son projet d'autonomie au peuple du Sahara occidental, auquel il dénie le droit à l'autodétermination, pourtant garanti par la Charte des Nations unies», a-t-il analysé. Le représentant de la SADC a rappelé que le Sahara occidental, qui «reste la dernière colonie sur le continent africain, a été inscrite par l'ONU depuis 1963 sur la liste des territoires non autonomes. «De ce fait, a expliqué M. Kumalo, la persistance de l'occupation coloniale du Sahara occidental par le Maroc constitue un défi aux principes de la Charte des Nations unies, ainsi qu'à la crédibilité et l'autorité de cet organe, et c'est pour cette raison que la SADC ne peut rester silencieuse sur ce sujet.» «Jusqu'à ce jour, ni les Nations unies, ni aucune organisation internationale ou régionale, ni aucun pays au monde, n'a reconnu les prétentions marocaines de souveraineté sur le Sahara occidental», a-t-il également rappelé. Fondée en 1990, la SADC regroupe
14 pays : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, République démocratique du Congo, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe. De son côté, le Groupe de Rio a «réaffirmé son espoir qu'avec le soutien des Nations unies, le peuple sahraoui pourra finalement exercer son droit à l'autodétermination», a déclaré l'ambassadeur du Mexique à l'ONU, M. Pablo Macedo.
Cela doit se faire «sur la base d'une solution juste, durable et mutuellement acceptable par les parties impliquées, conformément aux principes de la Charte des Nations unies», a-t-il ajouté, au nom du Groupe de Rio.
Pour rappel, quatre rounds de négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc ont eu lieu depuis juin 2007 à Manhasset, près de New York, sans parvenir à une avancée, en raison de l'obstination de Rabat à refuser de parler d'autres solutions que son plan d'autonomie au Sahara occidental, rejeté par les Sahraouis.
La Cour internationale de justice (CIJ) en 1975 et le Département juridique des Nations unies en 2002 ont également rejeté les prétentions marocaines, a-t-il relevé, mentionnant aussi la résolution 34/37 de l'Assemblée générale des Nations unies, adoptée en 1976, qui qualifie la présence marocaine au Sahara occidental d'«occupation continue».
G. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.