Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    Le combat douteux du syndicat    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Plus de 200 migrants illégaux secourus    L'épreuve de l'été    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La 4e commission de l'ONU entame ses travaux par un appui fort aux Sahraouis
Alors que la SADC et le groupe de RIO apportent leur soutien à la cause sahraouie
Publié dans La Tribune le 08 - 10 - 2008

Le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination était au centre de tous les débats lundi dernier lors du début des travaux de la quatrième commission de l'ONU chargée de la décolonisation. Des interventions en série de pays et d'organisations appuyant le droit du peuple du Sahara occidental à l'autodétermination monopolisaient par là même, les débats. Ainsi la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le Groupe de Rio, qui regroupe 22 pays d'Amérique latine et des Caraïbes, l'Ouganda, le Venezuela et les îles Fidji ont clairement exprimé lors du débat général leur soutien au droit des Sahraouis à l'autodétermination. D'autres, comme Cuba (au nom des pays non alignés) et la Chine ont appelé plus généralement à débarrasser le monde définitivement du colonialisme. «L'autodétermination est la seule solution à la situation au Sahara occidental», a notamment déclaré l'ambassadeur sud-africain à l'ONU, M. Dumisani Shadrack Kumalo, dans une allocution au nom de la SADC.
La SADC «appuie l'adoption d'une résolution sur le Sahara occidental par la 4e commission, qui réitère les principes d'autodétermination et de décolonisation. C'est le moins que le peuple sahraoui puisse attendre de nous», a-t-il ajouté. «Le problème jusque-là a été que le Maroc a essayé d'imposer son projet d'autonomie au peuple du Sahara occidental, auquel il dénie le droit à l'autodétermination, pourtant garanti par la Charte des Nations unies», a-t-il analysé. Le représentant de la SADC a rappelé que le Sahara occidental, qui «reste la dernière colonie sur le continent africain, a été inscrite par l'ONU depuis 1963 sur la liste des territoires non autonomes. «De ce fait, a expliqué M. Kumalo, la persistance de l'occupation coloniale du Sahara occidental par le Maroc constitue un défi aux principes de la Charte des Nations unies, ainsi qu'à la crédibilité et l'autorité de cet organe, et c'est pour cette raison que la SADC ne peut rester silencieuse sur ce sujet.» «Jusqu'à ce jour, ni les Nations unies, ni aucune organisation internationale ou régionale, ni aucun pays au monde, n'a reconnu les prétentions marocaines de souveraineté sur le Sahara occidental», a-t-il également rappelé. Fondée en 1990, la SADC regroupe
14 pays : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, République démocratique du Congo, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe. De son côté, le Groupe de Rio a «réaffirmé son espoir qu'avec le soutien des Nations unies, le peuple sahraoui pourra finalement exercer son droit à l'autodétermination», a déclaré l'ambassadeur du Mexique à l'ONU, M. Pablo Macedo.
Cela doit se faire «sur la base d'une solution juste, durable et mutuellement acceptable par les parties impliquées, conformément aux principes de la Charte des Nations unies», a-t-il ajouté, au nom du Groupe de Rio.
Pour rappel, quatre rounds de négociations directes entre le Front Polisario et le Maroc ont eu lieu depuis juin 2007 à Manhasset, près de New York, sans parvenir à une avancée, en raison de l'obstination de Rabat à refuser de parler d'autres solutions que son plan d'autonomie au Sahara occidental, rejeté par les Sahraouis.
La Cour internationale de justice (CIJ) en 1975 et le Département juridique des Nations unies en 2002 ont également rejeté les prétentions marocaines, a-t-il relevé, mentionnant aussi la résolution 34/37 de l'Assemblée générale des Nations unies, adoptée en 1976, qui qualifie la présence marocaine au Sahara occidental d'«occupation continue».
G. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.