Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il est nécessaire de réécrire l'histoire en tenant compte des vérités refoulées»
Lors de sa conférence au CCF sur «l'écriture de l'histoire mémoire», l'historien Mohamed Harbi déclare :
Publié dans La Tribune le 18 - 10 - 2008

Le Centre culturel français d'Alger a accueilli, jeudi dernier, une conférence de l'historien algérien Mohammed Harbi qui a abordé le thème «écriture de l'histoire et mémoire», en présence d'un public nombreux.
Dès l'abord, M. Harbi soutiendra que les historiens algériens ont bâti une histoire basée sur le dogme islamique. Il ajoutera qu'il s'agit d'un dénigrement des origines et que l'historiographie produite par les historiens algériens durant la période coloniale «est à l'origine de l'abandon d'une partie de notre patrimoine». L'historien affirma que la colonisation se justifiait comme une continuation de la civilisation romaine. A ce propos, il soulignera l'intelligence des historiens qui sont arrivés à révéler les manipulations historiques commises par les colonialistes.
Il accentuera son discours après, en s'attaquant aux historiens de la période coloniale. «L'histoire a été mise au service de la révolution, ce qui a engendré une histoire manipulée à l'origine du trou noir national.». «Il faut accorder une importance au refoulement de la vérité et à ses conséquences», ajoutera M. Harbi en citant l'exemple de l'assassinat de Abane Ramdane, un fait sur lequel il dira qu'il était impossible de déceler un langage commun chez les historiens. «L'écriture de l'histoire doit avoir une vision plus conforme à la réalité», affirmera-t-il.
Le conférencier s'étalera ensuite sur l'histoire transmise par l'Association des ouléma musulmans, en citant l'exemple de Tawfik El Madani qui, d'après Mohammed Harbi, a donné une version de l'histoire basée sur le folklore, l'oralité et l'identité musulmane, une histoire qui donne l'image d'une Algérie identitaire dont l'unique référent est l'islam.
On retrouve la même démarche dans les œuvres d'Ibn Badis. S'attardant sur les explications des écrits sur l'histoire parus pendant la période coloniale, l'historien dira qu'ils sont à l'origine de «la clôture du nationalisme». Il appuiera sa pensée en déclarant que «l'idée de la clôture n'existe pas dans la pensée religieuse».
Après avoir fait le point sur les différents courants d'écriture de l'histoire, Mohmed Harbi exprimera son souhait que les historiens aillent au-delà de la récolte des témoignages. «La corporation des historiens ne doit pas avoir le monopole de l'écriture, l'historien doit être pluraliste.» Il ajoutera aussi qu'«il est nécessaire de réécrire l'histoire en tenant compte des vérités refoulées. Il y a eu des tentatives de réaménagement, mais ces tentatives ne se sont jamais attaquées à l'histoire nationale», soutient M. Harbi.
Ce thème de réécriture de l'histoire cher à Mohammed Harbi est partagé par de nombreux historiens algériens et français. Le dernier à avoir pris position et à s'être exprimé sur le sujet est Olivier Le Cour GrandMaison, auteur de l'ouvrage 17 octobre 1961 : un crime d'Etat à Paris, qui a déclaré être «prêt à mener une bataille pour la
reconnaissance officielle des massacres du 17 octobre 1961» et «l'abrogation de la loi scélérate du 23 février 2005» qui est toujours en vigueur en France. «La France a donc le sinistre privilège d'être le seul pays démocratique et la seule ancienne puissance coloniale à sanctionner ainsi une interprétation officielle, positive et mensongère de la colonisation», dira l'historien français.
W. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.