Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le ministre de la santé répond personnellement à des appels sur le numéro vert 3030    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les explications du ministère de la Santé: Le coronavirus arrive en Algérie    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le journal français Le Monde consacre un Hors-série à la guerre d'Indépendance nationale
Publié dans La Tribune le 24 - 02 - 2012

Le journal français Le Monde a consacré un Hors-Série à la guerre d'indépendance nationale sous le titre générique «Guerre d'Algérie, Mémoires parallèles», relevant que cinquante ans après ce conflit force est de reconnaitre qu'il n'y a pas d'«équivalence» de la violence qui renverrait dos à dos les deux adversaires. «Le prix humain payé par l'Algérie pour son indépendance est dix fois plus élevé que celui que la France a consenti pour tenter de maintenir son pouvoir sur la colonie», écrit l'éditorialiste, dans un avant-propos où il estime que si la guerre a dressé une barrière entre les deux pays, celle des «mémoires parallèles et du ressentiment, des volontés d'apaisement existent sur les deux rives» de la Méditerranée. Evoquant une «sale guerre», il soutient que celle-ci a opposé des nationalistes à l'Etat français, tous gouvernements confondus, sûr du «rôle positif» de la colonisation. Sous le titre «Mémoires sous tension», l'historien Benjamin Stora observe qu'au moment où un travail de réconciliation pouvait commencer à la faveur notamment de l'année de l'Algérie en France en 2003, un «basculement» s'opère en 2005 et une «guerre des mémoires» s'installe ouvertement avec l'adoption par l'Assemblée française de la loi du 23 février 2005 glorifiant les «bienfaits d'une colonisation positive». Il estime que si les historiens aident à l'accomplissement du processus de sortie de la tension mémorielle par l'écriture de l'histoire, il appartient aux hommes politiques d'accomplir des «gestes politiques forts, significatifs, pour que se tourne la page de ce passé douloureux». Le militant et historien Mohammed Harbi soutient, dans un long entretien, que cinquante après, il est «trop tôt» pour aller vers une histoire commune. «Mais, nous pouvons aller vers une histoire partagée», a-t-il dit, citant la réaction des historiens algériens et français qui, au lendemain de la loi de février 2005, ont travaillé de concert lors d'un colloque à Lyon. «C'est bon signe. Mais rien ne peut se fonder sur l'oubli d'un côté comme de l'autre. L'important est de sortir de l'approche émotionnelle et du discours moral», a indiqué M. Harbi, un des acteurs de la lutte pour l'indépendance nationale, aujourd'hui établi en France où il est professeur à l'université Paris VIII. Sur 100 pages, le numéro spécial (Février-Mars 2012) du journal
Le Monde publie des reportages et des entretiens sur la guerre d'indépendance nationale, dont un témoignage d'Henri Alleg, directeur du quotidien Alger républicain, sur la torture dont il a fait l'objet en 1955 et à propos de laquelle il consacra un ouvrage La Question, rédigé alors qu'il était détenu à la prison Barberousse (Serkadji). Dans un autre entretien, l'historienne Raphaelle Branche soutient que la torture permettait de «terroriser la population et de lui rappeler la toute-puissance de la France». «La torture était l'arme-clé de cette guerre : elle n'était pas fondamentalement utilisée parce qu'elle aurait permis de faire parler (qui dit la vérité sous la torture ?), mais parce qu'elle permettait de terroriser la population, de lui rappeler ainsi la toute-puissance de la France», explique-t-elle, signalant que les méthodes utilisées étaient elles-mêmes le signe de cette intention et la «gégène» la symbolise très exactement.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.