"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Harbi renvoie Alger et Paris dos à dos
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 05 - 2010

L'historien Mohamed Harbi ne croit pas que les opinions algérienne et française sont dans la guerre des mémoires.
Les crispations entre les deux pays sont dominées selon lui par les «jeux politiques des Etats». Une analyse qui risque de déplaire, ici comme là-bas.
Le rôle des historiens est «d'établir la vérité historique», a estimé l'historien algérien Mohamed Harbi, dans un entretien publié par le journal Le Monde. A une question sur la difficulté de réconcilier entre les mémoires algérienne et française, Mohamed Harbi considère que rien ne peut se construire sur l'oubli et qu'il revient aux historiens de «dépouiller les relations entre les deux pays des interprétations nationalistes chauvines et ne pas craindre la vérité, si cruelle fût-elle». Sur cette crispation permanente autour de l'histoire, Mohamed Harbi pointe du doigt des «jeux politiques propres à chaque Etat». On est, a-t-il dit, «dans le registre émotionnel, on rejoue la guerre». Pour lui, les acteurs politiques qui ne veulent pas que la vérité historique s'ouvre un chemin ont un «poids démesuré dans les institutions par rapport à celui qu'ils ont dans l'opinion». En clair, les crispations et affrontements mémoriels sont moins le fait des sociétés que des appareils politiques. Ce constat s'applique, selon Harbi, autant à l'Algérie qu'à la France.
Il note que les historiens ne sont pas ceux qui occupent le devant de la scène en Algérie et qu'ils sont interdits «par divers procédés» d'accéder aux archives. «Les Algériens se passionnent pour le rapatriement de leurs archives qui sont encore en France et à quelques voix près, on omet de dire que les archives disponibles en Algérie sont sous scellés», a-t-il indiqué. Selon lui, «l'histoire est sous surveillance» depuis l'indépendance du pays alors que les historiens sont contraints à l'autocensure et accusés «cyniquement de lâcheté comme l'a fait récemment l'ancien président du HCE (Haut Comité d'Etat), le colonel Ali Kafi».
L'historien reproche aux pouvoirs successifs en Algérie de croire qu'ils peuvent «consolider le lien social en occultant nos déchirements passés et présents et en taisant nos errances et nos crimes, ce qui permet à nos adversaires de les mettre sur le même pied que ceux de la colonisation».
Kouchner se trompe
Pour Mohamed Harbi, la loi du 23 février 2005 n'explique pas à elle seule que le «dégel» des relations entre l'Algérie et la France entamé avec l'arrivée de Bouteflika au pouvoir se soit arrêté « brusquement en chemin. Je dois dire que ses ouvertures n'étaient pas toujours appréciées par la nomenclature. Certes la loi de février 2005, en France, a bloqué le dégel mais on se tromperait en laissant croire qu'elle est seule en cause».
Du côté du pouvoir français, Mohamed Harbi estime que Bernard Kouchner «se trompe» en déclarant que les choses iraient mieux entre l'Algérie et la France après le départ de la génération de l'indépendance. Outre que cette intervention «légitime les crispations», l'historien souligne que «si les jeunes ont un autre regard sur le passé que leurs aînés (…) cela ne va pas jusqu'à sacrifier la mémoire. La légende noire des Algériens dans la culture coloniale les en dissuaderait et cette légende noire est aujourd'hui portée à la connaissance de la jeunesse universitaire».
Mohamed Harbi note également que le réveil en France d'une «droite hostile à l'Algérie empêche ce pays de reconnaître ses responsabilités». Sans compter, selon lui, que l'institution militaire française reste un tabou « difficile à toucher». Il cite à cet effet «la mise au placard du travail confié au professeur Charles Jauffret par le Service historique de l'armée de terre (SHAT)».
Il revient, selon Mohamed Harbi, aux historiens algériens et français de «ne pas céder aux exigences des nationalismes d'Etat et de coopérer entre eux. Leur travail en direction de l'opinion finira par prévaloir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.