Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les plaidoiries de Farouk Ksentini
Droits de l'Homme
Publié dans La Tribune le 25 - 10 - 2008

Farouk Ksentini continue à plaider la cause des repentis. Lors de son passage, jeudi dernier, sur les ondes de la Chaîne II de la radio nationale, le président de la Commission nationale pour la protection et la promotion des droits de l'Homme a rappelé à l'Etat les engagements pris lors de l'adoption de la loi portant réconciliation nationale en septembre 2005.
Indiquant avoir reçu les représentants des repentis –qui, selon lui, n'envisagent pas de reprendre les armes-, Me Ksentini a affirmé qu'il «soutient et continue à soutenir» cette frange, délaissée à ses yeux. Pour mieux plaider la cause, l'avocat a précisé que plusieurs repentis n'ont pas réussi à s'intégrer dans le circuit du travail et n'ont pas accès aux pensions promises par l'Etat.
Contrairement aux repentis, le président de la CNPPDH a révélé que la majorité des familles des disparus ont accepté les indemnisations proposées par l'Etat dans le cadre de la commission ad hoc mise en place par le chef de l'Etat en 2006. Toujours dans le domaine de la justice, Farouk Ksentini a réitéré son appel en faveur de la suppression de la peine de mort, gelée depuis 1993 sans qu'elle soit supprimée. L'avocat a, d'ailleurs, constaté une incohérence dans le domaine, ce qui suscite sa réaction. «L'abolition de la peine de mort est un combat qu'il faut mener pacifiquement.»
Pour ce qui est de l'état des prisons, M. Ksentini a estimé que leur situation «s'améliore nettement» et que la construction de nouvelles prisons, en voie d'achèvement, «réglera» le problème de la surpopulation
dont elles souffrent actuellement, selon les propos rapportés par l'APS.
Il a également estimé que «le respect de la dignité des détenus, garanti par la législation, est une réalité dans nos prisons», estimant que «le fait que nos prisons soient gérées par le ministère de la Justice et non par celui de l'Intérieur est très significatif en matière de respect des droits de l'Homme dans les prisons».
En plus de la justice, l'invité de la radio a déclaré avoir préparé un rapport sur les droits sociaux qu'il compte transmettre à la fin de l'année en cours au président de la République. Ce texte concerne essentiellement le droit à la santé où la commission a constaté des insuffisances. Il a expliqué dans ce sens que, concernant l'état des hôpitaux, la commission a constaté «la vétusté des infrastructures, des insuffisances imputables au manque de moyens, notamment l'appareillage, et à la mauvaise prise en charge». «Dans l'ensemble, nos hôpitaux ne sont pas dans un état satisfaisant même si des efforts louables ont été entrepris pour les améliorer», a estimé M. Ksentini, relevant néanmoins : «Nous avons des ambitions, des médecins et des professeurs en mesure de donner beaucoup à la médecine et à la science.» C'est un constat auquel la commission des droits de l'Homme compte apporter des propositions.
Pour ce qui est de l'affaire des détenus algériens en Libye, Farouk Ksentini a indiqué qu'un accord doit être signé entre les deux pays prochainement dans ce sens.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.