Réactions aux discours de Gaïd Salah: Même le FLN ne croit pas à une présidentielle le 4 juillet    Ils ont été aspergés de lacrymogène: Les étudiants ont marché vers le palais du Gouvernement    France: Le trafic aérien vers l'Algérie en baisse    Le verbe et la bonne foi    Les sinistrés d'Aïn El Turck en appellent au wali: Plus de 200 familles recasées attendent un relogement depuis 20 ans    Le chantier des logements ruraux d'Oued Tlelat passé au peigne fin: Des instructions pour lever toutes les contraintes sur les bénéficiaires    Des vendeurs de grillades à chaque coin de rue: Un commerce nocturne éphémère... mais florissant    Dans ma tête un rond-point !    FLN et TAJ appuient    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une unité d'oncologie pédiatrique est nécessaire»
Le Dr Chems Eddine Smahi, chef de service pédiatrie au CHU de Tlemcen :
Publié dans La Tribune le 01 - 11 - 2008


Entretien réalisé par notre correspondant
à Tlemcen Mohammed Medjahdi
LA TRIBUNE : De nombreux enfants souffrent de leucémie en Algérie. Quelle est exactement cette maladie ?
Dr Smahi : Il s'agit d'un cancer du sang qui survient au niveau de la moelle osseuse, là où se fabriquent les cellules sanguines (globules blancs, rouges, plaquettes). Environ 40 à 45% des cancers de l'enfant sont des leucémies. En cas de leucémie aiguë, des cellules sanguines anormales apparaissent (des blastes) qui empêchent la formation de cellules saines. De ce fait, il n'y a plus assez de globules rouges (d'où une anémie) ni de globules blancs (les défenses immunitaires baissent, favorisant les infections).
Les plaquettes sanguines, elles aussi, sont en nombre insuffisant, ce qui entraîne des hémorragies. On distingue deux grands types de leucémies. Le premier type, les leucémies aiguës lymphoblastiques qui représentent 80% des leucémies de l'enfant et qui surviennent à tout âge mais avec un pic de fréquence entre 3 et 4 ans. Elles sont plus graves avant 1 an et après 10 ans. Elles intéressent la lignée lymphocytaire des globules blancs.
Le deuxième type, les leucémies aiguës myéloblastiques, sont plus rares chez l'enfant. Elles intéressent la lignée granuleuse des globules blancs (polynucléaires). Le pronostic est moins bon.
Quelle est la cause de cette leucémie aiguë ?
La cause de la leucémie aiguë lymphoblastique est une atteinte de l'ADN des cellules en développement dans la moelle osseuse. Certains gènes de notre ADN appelés oncogènes provoquent la division cellulaire. D'autres gènes, appelés gènes suppresseurs de tumeur, ralentissent la division cellulaire et provoquent la mort des cellules cancéreuses. La leucémie peut se produire lorsque des dommages subis par l'ADN activent les oncogènes ou désactivent les gènes suppresseurs de tumeur. Les mutations à l'origine de la leucémie sont généralement acquises -plutôt qu'héritées- mais les chercheurs ne comprennent pas exactement ce qui cause ces mutations.
Y a-t-il des sujets prédisposés à ce type de leucémies ?
La leucémie aiguë lymphoblastique est plus fréquente dans la petite enfance, avec un pic entre 2 et 5 ans, et elle affecte plus les garçons que les filles. Les facteurs de risque possibles comprennent, entre autres, la thérapie anticancéreuse où les enfants et les adultes qui avaient reçu certains types de chimiothérapie et de radiothérapie ou de traitement pour d'autres types de cancer ont un risque plus important de développer une leucémie aiguë lymphoblastique par rapport à la population générale. Pour l'exposition aux rayonnements, il est à noter que les personnes exposées à des niveaux très élevés de rayonnement, comme les survivants d'une bombe atomique ou d'un accident du réacteur nucléaire, ont un risque accru de développer la leucémie aiguë lymphoblastique. Cela inclut les enfants qui ont été exposés à des rayonnements pendant les premiers mois du développement prénatal. Cependant, les enfants qui ont un frère ou un jumeau atteint de leucémie sont légèrement plus susceptibles de développer la maladie. Toutefois, la plupart des gens atteints de leucémie aiguë lymphoblastique n'ont pas de facteurs de risque connus.
Quels sont les signes et les symptômes qui doivent attirer l'attention ?
Les signes cliniques traduisent soit l'insuffisance de la production de la moelle osseuse, soit l'infiltration viscérale par les cellules anormales. L'insuffisance médullaire entraîne une baisse des globules rouges, donc une anémie (pâleur, asthénie, amaigrissement, altération de l'état général, une baisse des globules blancs et donc une fragilité vis-à-vis des infections, angines traînantes, fièvre inexpliquée, une baisse des plaquettes, hémorragies, épistaxis, pétéchies, purpura, ecchymoses…). Les hémorragies rétiniennes visibles au fond d'œil sont annonciatrices d'hémorragies cérébro-méningées. L'infiltration des organes par les cellules leucémiques provoque, entre autres, une augmentation du volume du foie et/ou de la rate, une augmentation du volume des ganglions lymphatiques, des douleurs osseuses ou ostéo-articulaires, des douleurs abdominales et une hypertrophie hémorragique des
gencives (gingivite).
Comment fait-on le diagnostic des leucémies aiguës ?
Avec des analyses de sang car la plupart des enfants atteints de leucémie aiguë ont trop de globules blancs, pas assez de globules rouges et de plaquettes. La présence de «blastes» -cellules immatures habituellement trouvées dans la moelle osseuse, mais pas en circulation dans le sang- est un autre indicateur de leucémie aiguë.
Comment traite-t-on ces leucémies aiguës ?
Avec de la chimiothérapie. Les leucémies aiguës sont traitées par une chimiothérapie intensive qui nécessite généralement une hospitalisation assez longue. Le but est de détruire les cellules anormales (les blastes), mais les cellules «normales», en particulier certaines d'entres elles (cellules de la moelle osseuse, du cuir chevelu, du tube digestif), y sont aussi sensibles.
Après une cure intensive, le patient, en particulier, ne peut plus renouveler seul les cellules de son sang et de son système immunitaire : on dit que le malade est alors en phase d'aplasie.
Pendant cette phase, il a besoin de nombreux soins complémentaires et en particulier d'un support transfusionnel général. Le traitement de la leucémie lymphocytaire aiguë se divise en trois phases, à savoir la phase d'induction, la phase de consolidation et, enfin, la phase d'entretien qui empêche les cellules leucémiques de régénérer.
Les traitements utilisés dans cette étape sont souvent donnés à des doses beaucoup plus faibles, pendant 18 mois à 2 ans.
Quelles sont les chances de succès du traitement ?
Dans les conditions optimales de prise en charge, les chances de succès du traitement sont variables selon l'âge et le type de leucémie avec des chances de guérison qui sont pour les leucémies aiguës lymphoblastiques de l'enfant de 80% (autour de 40 % chez les adultes).
Comment se fait la prise en charge de ces leucémies aiguës de l'enfant à Tlemcen ?
L'incidence du cancer de l'enfant dans la wilaya de Tlemcen est de 11,48/100 000 enfants. Notre service de pédiatrie assure depuis quelques années la prise en charge de nombre de ces enfants (0,5% des hospitalisations au niveau du service, soit en moyenne 20 à 25 nouveaux cas par an). Il s'agit dans plus de la moitié des cas de leucémies aiguës.
Cependant, l'activité oncologique du service n'est pas représentative de la situation réelle du cancer dans notre wilaya : certains enfants étant adressés d'emblée au centre anticancéreux d'Oran, soit en raison des périodes de pénurie de chimiothérapie, soit par insuffisance du plateau technique (par exemple : les culots plaquettaires indispensables en périodes de thrombopénies ne sont pas disponibles au centre de transfusion sanguine).
Toutefois, même si l'activité oncologique pédiatrique est devenue une réalité dans notre service, beaucoup de chemin reste à parcourir pour arriver à prendre en charge correctement le maximum d'enfants et diminuer le taux d'échec thérapeutique et, de là, la mortalité. Ce qui souligne la nécessité de créer et surtout d'équiper une unité d'oncologie pédiatrique à Tlemcen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.