Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La connaissance de la biologie des arbres fruitiers demeure impérative
Développement de l'arboriculture en Algérie
Publié dans La Tribune le 08 - 07 - 2012

L'arboriculture fruitière fait partie intégrante de la vie économique et sociale de l'Algérie. Ce pays, de par sa position géographique privilégiée et ses diverses conditions pédoclimatiques, a en effet le privilège de pouvoir mettre en culture plusieurs espèces fruitières et de produire des fruits frais tout au long de l'année.La culture des arbres fruitiers se justifie par la lutte contre l'érosion du sol, la mise en valeur des terres, la création d'emplois, le développement de l'industrie agroalimentaire, ainsi que par un apport de devises à partir de l'exportation des fruits.Ainsi, à travers toutes les régions du pays, jusqu'au Sud, des investissements sont faits pour développer cette filière. Les plantations d'arbres fruitiers se poursuivent à travers le pays. Et le soutien de l'Etat aux agriculteurs s'accentue pour développer davantage l'arboriculture.Dans les zones rurales, l'arboriculture est l'activité la plus répandue. A Annaba, à titre d'exemple, plus de 1 400 ha de plantations arboricoles fruitières dans les zones de montagne sont projetés au titre de la période 2009-2025. La superficie retenue englobe 700 ha d'oliviers, 200 ha de figuiers, 200 ha de pruniers et poiriers, en plus d'autres plantations arboricoles fruitières (amandiers, grenadiers, abricotiers, noisetiers, etc.). A Batna, l'arboriculture fruitière a enregistré ces dernières années un développement notable avec la progression de sa superficie.L'extension des terres consacrées à cette spéculation s'est accompagnée d'une croissance de la production.Ce développement de la filière est dû au soutien de l'Etat aux paysans dans le cadre du Plan national de développement agricole (Pnda).Le verger arboricole a pris ainsi de l'ampleur et de la diversité en quelque dix ans d'investissements. L'aide prodiguée par les différents fonds agricoles qui se sont relayés a amélioré nettement le verger composé d'oliviers et d'arbres fruitiers. Des surfaces non négligeables sont consacrées à la culture de pommiers, de pêchers. De même qu'avec l'introduction de moyens d'irrigation appropriés, la culture d'agrumes commence à prendre de l'ampleur.Néanmoins, les professionnels du secteur insistent sur la valorisation des récoltes par l'amélioration des capacités de stockage en froid.Ils mettent également l'accent sur l'opportunité d'ouverture de nouvelles unités de transformation.Les arboriculteurs espèrent, de leur côté, que pareilles unités puissent prendre toutes les variétés de fruits produites (pommes, poires, pêches, figues, etc). Aussi, le vieillissement des plantations, la diminution des disponibilités en eau, la rareté de la main-d'œuvre et des moyens de production et, enfin, la méconnaissance de certaines espèces fruitières, sont autant de contraintes qui continuent de faire barrage au développement de l'arboriculture.La solution, selon les professionnels du secteur, est de faire des études sur les plantes et de connaître leur comportement.Autrement dit, il est nécessaire d'approfondir les connaissances, notamment en ce qui concerne les espèces fruitières dites performantes.L'enjeu de ces études est très important pour l'avenir des cultures fruitières en Algérie et amène alors à essayer de faire le point sur deux fonctions essentielles dans la vie d'un arbre fruitier: la croissance végétative (ou formation du bois), et les processus de fructification (ou mise à fruit).Ces deux fonctions occupent une grande place, voire la plus importante, dans la biologie des arbres fruitiers. Elles se produisent avec des changements de rythmes à des moments particuliers, généralement réguliers et limités, selon la tranche d'âge de l'arbre et son cycle évolutif annuel.Selon ces professionnels, une production fruitière satisfaisante est le miroir qui reflète fidèlement une connaissance parfaite de la biologie des arbres fruitiers, un bon choix du milieu de culture et des techniques culturales appropriées.

B. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.