BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TAJ, la nouvelle vitrine politique d'Amar Ghoul
Le parti a tenu hier sa conférence nationale pour préparer son congrès constitutif
Publié dans La Tribune le 25 - 08 - 2012

«J'adresse à partir de cette tribune un salut respectueux au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, initiateur du processus de la réconciliation nationale ; un processus que nous voulons voir continuer.» C'est l'une des phrases phares prononcées, hier à Alger, par le président du nouveau parti politique TAJ (Tajamoû Amel al Djazaïr), Amar Ghoul, à l'ouverture des travaux de la conférence nationale de préparation du congrès constitutif du parti, nouvellement créé. Né à la suite de la dissidence de l'ancien ministre des Travaux publics d'avec le Mouvement pour la société et la paix (MSP) et d'un groupe de militants, le parti TAJ serait-il la nouvelle vitrine politique de M. Ghoul, entré en disgrâce avec son ancienne chapelle politique au lendemain de ce qui a été qualifié de «débâcle» de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV), lors des législatives du 10 mai 2012 ? C'est le cas de le dire. Ladite alliance, qui regroupe outre le MSP de Bouguerra Soltani, les partis Islah de Hamlaoui Akkouchi et Ennahda de Fateh Rebaï, s'est déclarée «choquée» par les résultats obtenus, elle qui misait sur un raz-de-marée électoral dans le sillage du «printemps arabe» qui a porté des islamistes au pouvoir (Tunisie et Egypte). Dénonçant ces résultats, le MSP de Bouguerra Soltani a pris la décision, à travers sa plus haute instance, de se retirer du gouvernement au sein duquel il détenait quatre portefeuilles (Commerce, Tourisme, Pêche et Travaux publics). À la surprise générale, Amar Ghoul fait faux bond et refuse de suivre l'orientation du parti. C'est le clash. S'ensuit alors une guerre de mots entre Ghoul le dissident et la direction nationale du parti islamiste, par médias interposés, avant que l'ancien ministre des Travaux publics ne décide de claquer la porte à la direction du MSP et de prononcer le divorce. Aujourd'hui, Amar Ghoul auquel des observateurs politiques prêtent des ambitions politiques, notamment un retour probable (d'où le clin d'œil au président Bouteflika ?) dans la composante du prochain gouvernement qui, par ailleurs, se fait toujours attendre. «Nous croyons en la démocratie comme idée mais aussi comme comportement et une culture favorisant une alternance au pouvoir», a déclaré le président «provisoire» de TAJ, qui prépare son congrès constitutif. Amar Ghoul qui s'adressait à ses partisans et militants venus de différentes régions du pays, en présence de certaines figures nationales, a insisté tout au long de son allocution sur la notion de démocratie «constructive, (qui) ne se départit pas de ses spécificités et (qui) n'exclut personne, soucieuse de la stabilité du pays». Le parti TAJ se fait un point d'honneur d'œuvrer à la «refondation de la bonne gouvernance» qu'il conditionne toutefois par le retour de la confiance entre le citoyen et les institutions de l'Etat. Concernant les principales orientations de TAJ, Amar Ghoul en a énuméré huit. La plus importante de toutes, la valorisation de la ressource humaine. «Nous croyons fermement que tout changement passe par la prise en charge de la ressource humaine», a dit Ghoul. Autre axe non moins important pour TAJ : la réhabilitation de ce que le tribun a appelé le «concept de la performance» chez les responsables. Notons par ailleurs qu'à l'ordre du jour de la conférence nationale de Taj figure la préparation des prochaines élections locales du 29 novembre.
Y. D.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.