Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité d'en finir avec le bricolage et les actions tardives
Prévention des inondations en milieu urbain à Bouira
Publié dans La Tribune le 05 - 11 - 2008


Photo : S. Zoheïr
De notre correspondant à Bouira
Nacer Haniche
Au début de chaque automne, avec l'arrivée des premières pluies qui annoncent la nouvelle saison agricole pour les agriculteurs, le citoyen constate l'état déplorable de la voie publique. Au niveau de la commune de Bouira, les ruelles de l'ancien quartier bordées par des trottoirs qui ne cessent de subir des travaux de réfection de la part des propriétaires de magasins ou autres usagers, suscitent souvent le mécontentement des piétons qui sont
éclaboussés et salis, à chaque averse, par l'eau boueuse éjectée par le pavé et le carrelage.
Ce désagrément est, bien sûr, loin de faire réagir les autorités locales, car, durant les intempéries, elles ont beaucoup à faire. Tous les moyens humains et matériels sont consacrés à éviter les inondations des habitations et des édifices publics et aussi au dégagement des routes pour la circulation. Cette situation est due à la prise en charge non efficace de l'état des voiries par les APC.
L'absence d'un plan périodique d'entretien des avaloirs et autres bouches d'égout pour l'évacuation des eaux fluviales fait que les agents communaux interviennent tardivement au niveau des voiries et parfois après la catastrophe. Heureusement que la majorité des communes de la wilaya n'ont pas encore enregistré de grandes intempéries causant des dégâts bien que certains quartiers soient bâtis sur des sites situés dans le lit d'un ancien oued. Les récentes chutes de pluie sur la région ont causé au niveau du chef-lieu de la wilaya l'immersion des chaussées et des trottoirs dans plusieurs quartiers de la ville.
Dans d'autres, des infiltrations dans des habitations ont nécessité le déplacement des services de la Protection civile. Cette situation est engendrée par la saturation des avaloirs, qui sont déjà obstrués par des déchets de toutes sortes tels que des sachets et bouteilles en plastique, de la boue, du papier et des herbes sèches qui se sont entassés en durant la période estivale. Certains citoyens en attribuent la responsabilité aux éboueurs qui ne nettoient pas les bordures des trottoirs après l'enlèvement des ordures ménagères. De leur côté, les agents chargés du nettoyage accusent les citoyens qui jettent les détritus partout, sans se soucier de la propreté des espaces. En effet, ce phénomène récurrent a été abordé jeudi dernier lors d'une rencontre de travail des membres de l'APC et les responsables de l'exécutif de la wilaya.
Après avoir fait le point sur les conséquences des intempéries du mois d'octobre dernier, le wali a clairement mis l'accent sur le rôle et la responsabilité des autorités communales dans les opérations périodiques d'écurage des avaloirs et d'entretien des réseaux d'assainissement.
Des intervenants ont indiqué que les constructions illicites causent dans certains quartiers des obstructions des avaloirs ce qui a engendré la stagnation des eaux et causé des inondations mettant péril la vie des citoyens. Ces derniers ont évoqué les dizaines de constructions érigées sans le permis de construire et sans le respect des normes de l'urbanisme. Certaines constructions non autorisées ont été bâties sur des réseaux d'assainissement et d'autres sur la bande de passage du réseau de l'énergie électrique de moyenne tension.
En somme, toutes sortes d'irrégularités qui ont poussé le responsable de l'administration à adresser plusieurs mises en garde aux responsables locaux, afin qu'ils prennent les dispositions nécessaires et mettent au point un plan d'intervention dans le but de se prémunir contre des inondations et d'empêcher la survenance des catastrophes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.