Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



TAJ, une naissance avec 40 députés
Le parti de Ghoul tient son congrès constitutif
Publié dans La Tribune le 21 - 09 - 2012


Photo : Riad
Par Amirouche Yazid
Le parti TAJ tient, depuis jeudi, son congrès constitutif, qui s'achevera aujourd'hui avec l'adoption des statuts et de la politique générale du parti. Né, pas uniquement suite à une dissidence partisane, le nouveau parti d'Amar Ghoul, membre du gouvernement Sellal, compte s'imposer à l'occasion des élections locales du 29 novembre prochain. Le TAJ annonce d'ores et déjà sa présence dans les 48 wilayas du pays. Mais, fait inédit, «Tajamoû Amel el Djazair» (TAJ), compte, avant même sa première participation à une échéance électorale, un nombre important d'élus. Ils viennent de l'AAV, du RND, du FNA et des Indépendants. Résultat : avant même que le parti ne se structure et obtienne son agrément, il est, déjà, composé d'une pléthore de députés. «Une quarantaine à peu près», nous annonce Mohamed Djemaâ, président de la commission préparatoire du congrès. Ce dernier est un transfuge du MSP, comme l'est Amar Ghoul et la quasi-totalité des «supporters» présents avant-hier à la coupole du complexe du 5-Juillet, lieu de la naissance administrative du parti. M. Djemaâ explique son imprécision. «Il y a ceux qui sont déjà avec nous, il y a ceux qui ont l'intention et ceux qui hésitent encore à nous rejoindre», dira-t-il à quelques heures du discours de Ghoul.Une chose est sûre : le parti TAJ est né composé d'environ quarante députés, issus des élections législatives du 10 mai 2012. Un fait qui n'est pas sans rappeler la création monstrueuse, en 1997, du RND (Rassemblement national démocratique). Créé, en effet, en février 1997, quatre mois avaient suffi au RND pour «gagner» 156 sièges aux législatives du mois de juin de la même année. A la différence, de taille, que le TAJ n'a pas eu besoin de naître quatre mois avant les élections du 10 mai 2012, pour avoir une quarantaine de députés au Parlement. Sa couronne, il l'a gagne, lui, quatre mois… plus tard.Interrogé à ce propos, Mohamed Djemaâ désapprouve et refuse cette similitude. Pour lui, «la comparaison n'est pas appropriée». Il renvoie l'émergence de l'idée de TAJ à la «forte adhésion des populations pour le candidat Amar Ghoul», à l'occasion des récentes législatives. Notre interlocuteur se montra fier que «Amar Ghoul ait créé la surprise en offrant 13 sièges à l'AVV sur la liste d'Alger, alors qu'ailleurs la coalition n'a pas dépassé le seuil des trois sièges». Mais le profil des quelques invités de TAJ - où ne figurent pas des personnalités politiques ou intellectuelles de premier plan-, accrédite davantage la thèse d'un nouveau parti qui ne va pas, nécessairement, faire de la politique. Ce n'est pas un hasard si le lot des invités du jour est dominé par des personnes affiliées au RND et à divers postes. Des ministres en poste, en les personnes de Cherif Rahmani, et de Belkacem Mellah, nommé récemment secrétaire d'Etat auprès du MJS chargé de la Jeunesse. Un parlementaire, en la personne de Seddik Chihab. Il y avait également une autre aile du RND, celle qui n'approuve pas la gestion Ouyahia, incarnée par Nouria Hafsi. Le préposé à l'animation révélera néanmoins la présence d'autres «acteurs» de la scène politique nationale. Il s'agit d'Abdelkader Merbah, Naïma Salhi, Ali Boukhazna et bien d'autres représentants de «la société civile», des comédiens, en l'occurrence Bahia Rachedi et Mohamed Adjaimi, l'ancien footballeur, Mokhtar Kalem. Naït Abdelaziz Mohand Saïd, de la confédération nationale du patronat algérien (Cnpa) et Nacerddine Baghdadi, ex- président de la FAF, étaient aussi parmi les invités du congrès.L'assistance a dû alors patienter jusqu'à 18h20 pour voir Amar Ghoul, en déficit de charisme politique, faire son apparition. Dans un discours orphelin de quintessence politique, le président annoncé de TAJ n'a fait que reprendre les termes vagues du programme du gouvernement. Amar Ghoul insistait à dire que «c'est le parti du rassemblement et de la coexistence». Estimant qu'il s'agit de «moment historique», Ghoul réaffirme la détermination de TAJ «à participer dans toutes les institutions de l'Etat».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.