Real Madrid : Les conditions sont fixées pour ce flop de Zidane !    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Relance des travaux    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lazio se relance en corrigeant la Roma dans le derby    L'AG ordinaire de la FAC le 23 janvier à Alger    Le lait en sachet, une denrée rare    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les avocats plaident l'innocence    Réunion extraordinaire du BF pour trancher la question    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    300 millions de centimes dérobés    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Lentement ou sans précipitation ?    LOURDE CHARGE    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kessas Nessin pour marcher dans les pas de Alloula
Hommage au dramaturge et homme de théâtre
Publié dans La Tribune le 10 - 08 - 2013

Un hommage a récemment été rendu, à Oran, au grand dramaturge et homme de théâtre algérien Abdelkader Alloula, tragiquement disparu sous les balles assassines de l'obscurantisme en 1994 au Théâtre régional d'Oran, qui porte le nom du regretté disparu.
Cet hommage, initié par la Fondation Abdelkader-Alloula a été rendu notamment à travers la représentation de la pièce théâtrale Kessas Nessin, devant un public nombreux et en présence de Raja Alloula, veuve du dramaturge et présidente de la fondation, rapporte l'APS.
La pièce, adaptée du texte de Alloula et inspirée de l'œuvre du romancier turc Aziz Nesin, se compose de deux nouvelles intitulées El Wajib el Watani (le devoir national) et El Wissam (la médaille ou la récompense).
Il est à noter que la Fondation Abdelkader-Alloula œuvre, depuis sa création en 1999, à soutenir les projets de création de jeunes troupes théâtrales tout en mettant son fonds documentaire à la disposition des universitaires et des chercheurs. Elle a créé dans ce cadre un centre de documentation et d'archives théâtrales qui compte plus de 800 ouvrages spécialisés dans le théâtre, les arts et la culture ainsi qu'un fonds audiovisuel sur l'expérience de Alloula. La présidente de la Fondation, a annoncé que l'œuvre, le parcours et la dimension humaine de ce grand nom du 4e art algérien seront également mis en relief lors d'un colloque international prévu à Oran en mars 2014, date coïncidant avec la 20e année de sa disparition. Pour rappel, Abdelkader Alloula est né le 8 juillet 1939 à Ghazaouet. Après des études secondaires à Oran, il débute au théâtre en 1956 avec la troupe Echabab.
En 1962, il met en scène Les Captifs de Plaute avec l'Ensemble théâtral oranais.
Il est appelé en 1963 à faire partie de la troupe naissante du Théâtre national algérien (TNA) et participe à de nombreux spectacles. Il est également acteur de cinéma. Il met en scène entre 1964 et 1968 plusieurs textes d'auteurs contemporains, dont Rouiched, Tewfik
El Hakim, Gorki et Cervantès.
Il écrit et se met en scène pour le théâtre, entre autres dans El Aleg (Les Sangsues) en 1969, El Khobza (Le Pain) en 1970, Homq Salim adapté du Journal d'un fou de Gogol en 1972, Lagouel (Les Dires) en 1980, El Ajouad (Les Généreux) en 1985, El Lithem (Le Voile) en 1989, Arlequin valet de deux maîtres en 1993 (adaptation de Carlo Goldoni) et Etteffah (Les Pommes) en 1994, devenant ainsi, l'un des auteurs majeurs de sa génération en Algérie.
Abdelkader Alloula a été assassiné le 10 mars 1994 à Oran, à la sortie de son domicile par un soir de Ramadhan, rue Mohamed-Boudiaf (ex-de Mostaganem).
Au delà de sa disparition, le grand du théâtre a su transmettre la passion du 4e art à toute une génération d'artistes qui ont fait des planches une tribune d'engagement pour le rayonnement de la culture et la transmission des valeurs humaines.
Ainsi, cet hommage était d'autant plus émouvant, que Kessas Nessin (nouvelles de Nessin) a été interprétée par de jeunes comédiens sous la direction de Jamil Benhamamouch neveu de Alloula, assisté de Rihab Alloula, la propre fille du regretté disparu, qui perpétue l'œuvre de son père au-delà de la tragédie qui a marqué sa famille et tout le monde artistique.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.