A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kessas Nessin pour marcher dans les pas de Alloula
Hommage au dramaturge et homme de théâtre
Publié dans La Tribune le 10 - 08 - 2013

Un hommage a récemment été rendu, à Oran, au grand dramaturge et homme de théâtre algérien Abdelkader Alloula, tragiquement disparu sous les balles assassines de l'obscurantisme en 1994 au Théâtre régional d'Oran, qui porte le nom du regretté disparu.
Cet hommage, initié par la Fondation Abdelkader-Alloula a été rendu notamment à travers la représentation de la pièce théâtrale Kessas Nessin, devant un public nombreux et en présence de Raja Alloula, veuve du dramaturge et présidente de la fondation, rapporte l'APS.
La pièce, adaptée du texte de Alloula et inspirée de l'œuvre du romancier turc Aziz Nesin, se compose de deux nouvelles intitulées El Wajib el Watani (le devoir national) et El Wissam (la médaille ou la récompense).
Il est à noter que la Fondation Abdelkader-Alloula œuvre, depuis sa création en 1999, à soutenir les projets de création de jeunes troupes théâtrales tout en mettant son fonds documentaire à la disposition des universitaires et des chercheurs. Elle a créé dans ce cadre un centre de documentation et d'archives théâtrales qui compte plus de 800 ouvrages spécialisés dans le théâtre, les arts et la culture ainsi qu'un fonds audiovisuel sur l'expérience de Alloula. La présidente de la Fondation, a annoncé que l'œuvre, le parcours et la dimension humaine de ce grand nom du 4e art algérien seront également mis en relief lors d'un colloque international prévu à Oran en mars 2014, date coïncidant avec la 20e année de sa disparition. Pour rappel, Abdelkader Alloula est né le 8 juillet 1939 à Ghazaouet. Après des études secondaires à Oran, il débute au théâtre en 1956 avec la troupe Echabab.
En 1962, il met en scène Les Captifs de Plaute avec l'Ensemble théâtral oranais.
Il est appelé en 1963 à faire partie de la troupe naissante du Théâtre national algérien (TNA) et participe à de nombreux spectacles. Il est également acteur de cinéma. Il met en scène entre 1964 et 1968 plusieurs textes d'auteurs contemporains, dont Rouiched, Tewfik
El Hakim, Gorki et Cervantès.
Il écrit et se met en scène pour le théâtre, entre autres dans El Aleg (Les Sangsues) en 1969, El Khobza (Le Pain) en 1970, Homq Salim adapté du Journal d'un fou de Gogol en 1972, Lagouel (Les Dires) en 1980, El Ajouad (Les Généreux) en 1985, El Lithem (Le Voile) en 1989, Arlequin valet de deux maîtres en 1993 (adaptation de Carlo Goldoni) et Etteffah (Les Pommes) en 1994, devenant ainsi, l'un des auteurs majeurs de sa génération en Algérie.
Abdelkader Alloula a été assassiné le 10 mars 1994 à Oran, à la sortie de son domicile par un soir de Ramadhan, rue Mohamed-Boudiaf (ex-de Mostaganem).
Au delà de sa disparition, le grand du théâtre a su transmettre la passion du 4e art à toute une génération d'artistes qui ont fait des planches une tribune d'engagement pour le rayonnement de la culture et la transmission des valeurs humaines.
Ainsi, cet hommage était d'autant plus émouvant, que Kessas Nessin (nouvelles de Nessin) a été interprétée par de jeunes comédiens sous la direction de Jamil Benhamamouch neveu de Alloula, assisté de Rihab Alloula, la propre fille du regretté disparu, qui perpétue l'œuvre de son père au-delà de la tragédie qui a marqué sa famille et tout le monde artistique.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.