Le Brent près de 72 dollars le baril à Londres    Le procès de Kamel Chikhi et de 12 fonctionnaires renvoyé au 19 juin prochain    Taleb appelle à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution    Confusion devant le bureau du président de l'APN    Communauté universitaire et avocats dans la rue à Béjaïa    «Sans aucune ambition politique, notre objectif est de servir notre pays»    Smail Chergui dénonce une guerre par procuration en Libye    Bientôt une assemblée des actionnaires pour dénouer la crise    Une croissance de +9,1% du nombre de passagers aériens en Avril    Real : Vers une prolongation de Nacho    La contrebande de psychotropes bat son plein    Un parti marocain de gauche solidaire    Un jeune palestinien blessé par les forces israélienne    La facture en évolution continue    Tout savoir sur les nouvelles finitions du Volkswagen Caddy    Les Soudanais préparent la désobéissance civile    L'Iran reprend un stock d'uranium faiblement enrichi    Les souscripteurs organisent une marche de protestation à Jijel    Le ministre du Tourisme donne ses instructions    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Fin de saison pour Demane    "Bien sûr que je veux jouer la Coupe d'Afrique"    Vers le dénouement de la crise    L'ECA persiste et soutient les «principes de la réforme»    Libérer Issad Rebrab et mettre fin à l'insécurité juridique    Le ministère promet un bac sécurisé    Concombre en persillade    800 interventions depuis janvier dernier à Jijel    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Saisie de pièces archéologiques romaines    Classée prochainement monument historique national    «De nombreux lobbies infiltrés au sein des institutions du pays»    La mobilisation des étudiants se poursuit : Jusqu'au bout !    USTHB : Iftar collectif au profit des étudiants    «Non à la mascarade électorale du 4 juillet 2019»    Accusé de mauvaise gestion : Le DJS de Bouira limogé    Al Qods occupée : Riyad, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux saints    10 demandes d'investissement déposées    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    Les démocrates, furieux contre Trump, débattent d'une destitution    Dans ma tête un rond-point !    Le premier bilan de Haftar    Plus de 4 800 oiseaux d'eau nicheurs recensés à Ghardaïa    Zakat El Fitr fixée cette année à 120 DA    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MOB: Bejaïa crie au scandale et accuse Arab !
Publié dans Le Buteur le 23 - 04 - 2019

Depuis le début de la saison, le MOB a été plusieurs fois victime de l'arbitrage. La dernière fois, c'était avant-hier, face à l'ASAM. L'arbitre Arab a tout fait pour détruire la volonté des jeune Béjaouis et avantager l'ASAM. Multipliant les coups de sifflet dans une seule direction, en seconde période, l'arbitre de la rencontre aura annoncé la couleur dès le début de la deuxième manche, et lorsqu'il a essayé de déstabiliser les joueurs, on aura tout de suite compris les intentions du referee, qui avait déjà choisi honteusement son camp. La partie était bel et bien ficelée à l'avance, car durant cette période, l'homme en noir a dû sortir le grand jeu pour expulser trois joueurs béjaouis, quelques minutes avant la fin du match.
L'arbitre a tout fait pour déstabiliser l'équipe en seconde période
Pis encore, c'est à ce moment que l'arbitre a reçu des chapelets et des remontrances de la part des joueurs, dirigeants et staff technique qui n'y sont pas allés de mainmorte. Tous les Béjaouis sont unanimes pour dire que l'arbitre et ses deux assistants ont faussé la partie par leurs interventions inappropriées et intempestives. Selon l'entourage du MOB, des fautes graves ont été passées sous silence par cet arbitre qui n'hésitait pas à casser le jeu et à se montrer tatillon à chaque fois que le MOB était en position d'attaquer. Mais ce qui a le plus irrité les Béjaouis, c'est que cet arbitre voulait vraiment déstabiliser les Béjaouis juste après l'ouverture du score par Bessan.
Les craintes des dirigeants se sont avérées fondées
Avant le coup d'envoi, et comme nous l'avions rapporté dans ces mêmes colonnes, les dirigeants béjaouis redoutaient terriblement cet arbitre qui a déjà fait la même chose avec d'autres équipes. Les craintes des dirigeants et des joueurs béjaouis se sont avérées fondées sur le terrain où l'homme en noir aura malheureusement faussé les débats. La frustration des camarades de Kadri était perceptible en fin de match dans les vestiaires béjaouis, mais aussi durant toute la soirée d'après-match où l'on n'arrivait pas à comprendre le parti-pris de l'arbitre dans ce match.
La direction introduit un recours à la Ligue
En effet, les responsables du club sont montés au créneau et ne comptent pas en rester là puisque, selon eux, un rapport bien détaillé sera envoyé dans les prochaines heures à la Ligue de football professionnel, et ce, dans le but de dénoncer l'arbitrage d'Arab qui aurait privé les Béjaouis d'au moins le nul, pour ne pas dire la victoire. Les Béjaouis estiment qu'ils ont été victimes d'un arbitrage catastrophique. Les responsables du MOB ne comptent donc pas se taire et envisagent d'aller loin dans cette affaire qui fait couler beaucoup d'encre en ce moment. En tout cas, selon les dirigeants, cet arbitre n'officiera plus de matches du MOB.

Adrar «Croyez-moi, cette fois, la direction ne fermera pas les yeux»

A l'issue de cette rencontre, le président Akli Adrar a tenu à dénoncer l'arbitrage, qui a été scandaleux à ses yeux : « C'est scandaleux ! Croyez-moi, cette fois, la direction ne va pas fermer les yeux. Cet homme pourrait tout faire sauf être arbitre. Ce n'est pas la première fois que notre club se trouve pénalisé par des décisions pareilles, il faut vraiment que cela s'arrête et nous ferons tout pour ça. Nous, nous tenons à dénoncer cet arbitrage catastrophique de la rencontre à la commission d'arbitrage. Il nous a privés d'un but avant de nous faire sortir trois joueurs à la fois, et à cause de lui on a perdu ».
« Il n'y a pas à chercher pourquoi notre football est en régression constante, l'arbitrage est scandaleux ! »
Pointant du doigt l'arbitre Arab, le président béjaoui accuse le corps arbitral d'être derrière le marasme dans lequel se retrouve le football national en déclarant : « Il n'y a pas à chercher pourquoi notre football est en régression constante, l'arbitrage est médiocre. L'arbitre Arab est indigne, comment a-t-il pu avantager l'équipe adverse alors qu'on méritait aussi un but valable et il ne l'a pas fait. Il n'a pas sécurisé les joueurs, il a attendu la 90' pour brandir trois cartons rouges sur la même action, et cela veut tout dire, à mon avis ».
« Aucune équipe ne peut sortir indemne dans des conditions pareilles »
Le MOB était loin d'imaginer le traquenard dans lequel sont tombés joueurs, dirigeants et supporters. D'ailleurs, Adrar a été lâchement agressé par des intrus : « Ce qu'on a vécu sur le terrain à Aïn M'lila n'honore pas le football et le sport en général dans cette ville. C'était à la limite de l'hystérie. Je ne comprends pas cette haine contre notre équipe. Pourtant, on les a bien reçus lors du match aller, où Ils ont passé un séjour touristique. Le football, c'est juste un sport, ce n'est pas la guerre ».
« On exige les mêmes sanctions que celles infligées au NC Magra »
Accusant ouvertement l'arbitre d'avoir saboté son équipe, Adrar adresse un message fort aux responsables de la Ligue pour prendre les mesures adéquates. « Apparemment, on est devenu une cible privilégiée des arbitres et s'ils veulent notre relégation qu'ils nous le disent et ça y est ! Ce qui s'est passé, dimanche dernier, est très grave. C'est la même chose que ce qui s'est produit à Magra. Alors on exige les mêmes sanctions à l'encontre de cette équipe de Aïn M'lila, qui nous a manqué de respect après l'agression de notre staff et nos dirigeants. »
« Tant que le championnat n'est pas terminé, on continuera à se battre »
Malgré cette situation, Adrar ne veut pas perdre espoir. Il exhorte donc son groupe à faire plus de sacrifices et se battre jusqu'à l'ultime journée : « Je sais qu'on est toujours à la 15e place. La situation est compliquée. La seule solution est le travail, c'est tout. On ne doit pas se décourager pour autant. Il reste encore 12 points en jeu et je pense qu'on doit redoubler d'efforts afin de récolter le maximum de points en ne cédant aucun sur notre terrain. C'est difficile mais on ne doit pas baisser les bras, la lutte continuera jusqu'au bout ».

Kadri «Des arbitres comme Arab devraient disparaitre du monde du football»
Mehdi Kadri fulminait à la fin du match et n'a que très difficilement admis cette défaite face à Aïn M'lila, qui fut pour lui injuste, en raison des décisions prises par l'arbitre, pas toujours à la hauteur. Entretien !
Tout d'abord, un commentaire sur cette défaite…
Ce fut une défaite très frustrante pour nous. On ne méritait pas de perdre ce match, tant on a bien joué et maîtrisé les débats. Comme on s'y attendait, la rencontre n'a pas été facile pour nous.
Comment expliquer alors ce revers ?
Je n'ai pas d'explication à vous donner si ce n'est vous dire que le match ne s'est pas déroulé du tout comme on le souhaitait. On était sur une bonne dynamique mais on a perdu nos repères à cause de l'arbitre, qui a mis son grain de sel en faussant la partie, car il nous a tout simplement lésés sinon comment expliquer les cartons rouges qu'il nous a sortis en fin de match.
Comment ça ?
Il nous a énervés, c'était franchement inconcevable de constater que le directeur de jeu sifflait continuellement en notre défaveur. Moi je peux vous dire que c'est à cause de cet arbitre qu'on a perdu. Il a offert un cadeau à l'équipe adverse. En somme, il a eu raison de notre concentration par ses coups de sifflet à tort et à travers. C'est dommage que des décisions comme celles qu'a prises cet arbitre puissent influer sur l'issue finale d'une rencontre.
Il y avait la possibilité de ramener au moins un nul de Aïn M'lila, n'est-ce pas ?
Oui, bien évidemment. On a bien joué et mis en difficultés cette équipe de l'ASAM qui ne savait plus quoi faire. On aurait pu marquer plus d'un but, mais malheureusement, on n'a pas eu beaucoup de réussite devant aussi.
Vous gardez donc de ce match un profond sentiment de frustration...
Après le match, aucun de nous n'a dîné, et nous avons passé ensuite une très mauvaise nuit. Nous gardions en tête ce grand sentiment d'injustice. Ce n'est pas normal, l'arbitre a cédé à la pression en seconde période. Il a choisi son camp, donc il a tout fait pour que l'ASAM gagne ce match. Des arbitres comme lui devraient être radiés du monde du football.
Désormais, comment voyez-vous la suite ?
C'est vrai qu'il est toujours très difficile de s'en remettre après une défaite subie dans les toutes dernières minutes, mais je peux vous dire qu'on a un bon groupe qui peut gérer ces moments difficiles et se ressaisir le plus tôt possible. Aujourd'hui, on a perdu trois points, donc on fera de notre mieux pour en récolter d'autres lors des prochaines journées, à commencer par notre prochaine rencontre à domicile contre le PAC.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.