Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Crainte de la propagation de l'épidémie: Des parents d'élèves pour la fermeture des écoles    Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher    Biskra: Vingt millions d'unités pyrotechniques saisies    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    Djaballeh appelle au boycott des produits français    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Mohamed Islam Bakir en renfort    Convalescence    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    La passion retrouvée    Et l'ennui naquit à l'université !    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Découverte : Faouzi Ghoulam (AS Saint-Etienne) : «Jouer pour l'Algérie est un devoir pour moi !»
Publié dans Le Buteur le 18 - 12 - 2010

"Celui qui n'a pas l'Algérie dans son cœur, il vaut mieux qu'il aille voir ailleurs."
Il n'est pas encore connu en Algérie, mais il ne tardera sans doute pas à le devenir très rapidement, puisque le sélectionneur de l'Equipe olympique est déjà entré en contact avec lui. Il s'appelle Faouzi Ghoulam, mesure 1, 86 m et ne fêtera ses 20 ans qu'en février de l'année prochaine. Depuis qu'il a fait sa première apparition en Ligue avec l'ASSE à Valenciennes (1-1), cet Algérien attire bien des convoitises. Fidèle à sa tradition, Le Buteur a pris contact avec cet excellent gaucher qui peut évoluer tant comme milieu du terrain que latéral, histoire de le présenter au public. Son rêve ? Bien évidemment celui de jouer pour le pays de son cœur, «en première intention !» comme il a tenu à nous le préciser.
Pour votre première interview en Algérie, une petite présentation s'impose. Quel est votre itinéraire ?
Je suis né le 1/02/1991 à Saint-Etienne. J'ai commencé ma première année de football dans un petit club local avant de rejoindre 8 mois plus tard l'ASSE chez qui j'ai fait toutes mes classes pendant 12 ans, jusqu'à mon intégration en début de cette saison dans l'équipe première. Je suis latéral gauche de formation, mais je joue également aisément en milieu du terrain. J'occupe, en fait, le flanc gauche. J'ai joué mon premier match en Ligue 1 à Valenciennes et j'espère que je vais pouvoir enchaîner d'autres apparitions à l'avenir.
Quelles sensations aviez-vous eues en foulant la pelouse comme titulaire avec l'ASSE ?
C'était pour moi un immense bonheur de pouvoir enfin être titularisé sous le maillot des Verts. Vous savez, j'ai toujours été supporteur de Saint-Etienne. J'ai même été ramasseur de balles, comme tous les gamins de cet âge. C'est donc une grande fierté de pouvoir défendre le maillot de mon club. J'ai senti un réel plaisir d'être enfin sur le terrain, car j'avais attendu près de 8 matchs sur le banc des remplaçants en espérant avoir ma chance. Maintenant que c'est fait, j'en attends d'autres avec beaucoup d'impatience.
Pourriez-vous nous raconter comment vous avez vécu la semaine du match ?
En fait, je n'ai su que mardi, lors de la mise en place, que je pouvais entrer à Valenciennes. Mais je n'étais pas encore sûr, même si le coach m'avait mis dans l'équipe des titulaires. Ce n'est que le jour du match, vers 17h, qu'on m'a dit que j'allais être titulaire. Je ne vous dis pas mon bonheur.
Quelles ont été les sensations sur le terrain ?
Au début, j'ai eu un peu de mal à trouver mes repères, puis, avec l'aide de mes coéquipiers, je me suis senti de plus en plus à l'aise, au fil des minutes. Je tiens à remercier tous mes coéquipiers pour leur soutien. Tout le monde m'a aidé dans mon intégration. Leurs conseils ont été précieux, en particulier Blaise Matuidi.
Que vous a-t-on dit dans le vestiaire à la fin du match ?
Ils sont tous venus me féliciter, que ce soit le coach et son staff, les joueurs ou le président. Franchement, ça m'a fait beaucoup plaisir. C'est très important d'être mis en confiance après cette première apparition. Ce fut tout simplement extraordinaire !
Comment définiriez-vous votre style de jeu ?
En latéral gauche, je dirai que mon jeu s'apparente un peu à celui de Nadir Belhadj, car je monte beaucoup en attaque. Je suis assez rugueux sur l'homme. En milieu du terrain, j'occupe également le flanc gauche et je me sens aussi à l'aise que comme latéral.
Quelles sont vos points forts et vos points faibles ?
Je pense être assez bon techniquement, j'ai de l'endurance et de la puissance dans mon jeu. Pour ce qui est des points faibles, je dirai qu'il me reste à améliorer un peu mon positionnement défensif, car entre les deux postes que j'occupe, je n'ai pas encore huilé la machine, si j'ose dire.
Quelles sont vos ambitions professionnelles ?
Je ne suis en fait qu'à mes premiers pas en Ligue 1. Je dois surtout me battre pour gagner ma place au sein de l'ASSE et rien d'autre.
Vous avez des penchants pour l'Equipe d'Algérie ?
Je n'ai pas que des penchants. Je suis totalement acquis pour l'Algérie. Chez moi, la question ne se pose même pas. Aujourd'hui, je suis encore jeune et je viens tout juste de faire ma première apparition en Ligue 1. Je ne prétends pas encore postuler chez les A. Mais si j'arrive à enchaîner les matchs comme titulaires avec l'ASSE, c'est sûr que je me positionnerai à jouer en sélection d'Algérie.
Et si le coach de l'Equipe olympique vous faisait appel, quelle serait votre réponse ?
Je répondrai à l'appel de l'Algérie avec un immense bonheur. Jouer pour l'Algérie a toujours été un rêve pour moi. S'il m'appelle, j'irai en courant en sélection olympique. Il n'y a aucun doute à cela.
Vous semblez très attaché à l'Algérie. Quelle est votre région d'origine ?
Mon père est de Batna et ma mère d'Annaba. Mes parents nous parlent en arabe tout le temps. Je comprends très bien, même si je dois encore parfaire mon arabe. Nous avons été élevés dans les traditions du bled et dans la religion musulmane. Pour moi, jouer pour l'Algérie est comme un devoir. Je ne me pose même pas de question. Je vais en première intention ! Pas besoin de me forcer pour cela. Je suis trop fier d'être Algérien pour hésiter. Ce serait un grand honneur de défendre les couleurs de mon pays.
Et la France dans tout cela ?
Je suis né en France et j'y ai passé toute ma vie. Je ne renie pas mon côté français. Je ne crache pas dans la soupe. Quand l'Equipe de France joue, j'aime bien la voir gagner, car c'est également mon pays. Mais quand je vois un match de l'Algérie, je dois avouer que ça ne me fait pas le même effet. Voir l'Algérie jouer est nettement plus puissant, car cela incarne, à mes yeux, la famille et les sensations merveilleuses du bled. C'est plus fort que moi. Je n'y peux rien.
Vous avez déjà été en Algérie ?
Oui, j'y étais même en juin dernier et avant cela en décembre. On est très attachés au bled dans ma famille.
Vous êtes combien chez vous ?
Avec mes parents, on est 8 frères et
2 sœurs. On est pratiquement tous sportifs. Il y en a qui ont joué au foot et d'autres comme mon frère Nabil qui a été un athlète de demi-fond. Il a participé même aux championnats du monde avec l'Equipe de France.
Quel serait le cadeau idéal de fin d'année pour vous ?
Rejouer encore avec l'ASSE comme titulaire et recevoir une convocation de la part du sélectionneur national olympique. Ce serait vraiment les plus beaux cadeaux.
On est épaté de vous voir enchanté de rejoindre l'Equipe d'Algérie, contrairement à d'autres qui hésitent encore…
Vous savez, quand on veut jouer pour l'Algérie, il vaut mieux le faire en première intention. C'est le cœur qui doit parler avant tout. Il y a deux ans de cela, mon ami Lounis Lanseur, qui jouait avec moi à l'ASSE, m'a dit beaucoup de bien de la sélection des Espoirs. J'avais tant voulu être avec lui en sélection. Je brûlais d'envie d'y aller. Il m'a dit qu'il avait même parlé de moi au coach, mais j'ai été déçu de ne pas être appelé. Mais je pense que cela était dû à mon très jeune âge. Aujourd'hui, je me sens prêt à défendre l'autre maillot des Verts, celui de l'Algérie.
Qu'est-ce que cela vous fait-il de pouvoir jouer pour l'Algérie ?
L'Algérie, c'est le cœur. Quand on joue pour son pays, on n'a pas le droit de ne pas se donner totalement. Celui qui n'a pas l'Algérie dans son cœur, il vaut mieux qu'il aille voir ailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.