Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prévision à moyen terme du FMI : L'Algérie pourrait réaliser une croissance de 6% et réduire le chômage à 5%
Publié dans Le Financier le 12 - 03 - 2013

Les «potentialités énormes» que recèle l'Algérie sur plusieurs plans lui permettent d'atteindre, avec la réunion de certaines conditions, une croissance de 6% et de réduire le taux de chômage à 5% à moyen terme, a estimé mardi à Alger un expert du FMI.
Les «potentialités énormes» que recèle l'Algérie sur plusieurs plans lui permettent d'atteindre, avec la réunion de certaines conditions, une croissance de 6% et de réduire le taux de chômage à 5% à moyen terme, a estimé mardi à Alger un expert du FMI. «Vu la taille de son marché, celle de sa population et ses disponibilités financières, l'Algérie dispose d'un grand potentiel de croissance notamment dans le secteur de l'Agriculture et dans la pétrochimie, la pharmacie, le tourisme, les TIC et les services en général», a affirmé M. Zeine Ould Zeidane, conseiller au département Moyen Orient et Asie centrale du FMI. En plus, l'Algérie est «l'un des rares pays de la région où la gestion macro-économique saine a permis le renforcement de la stabilité économique, faisant d'elle un pays très peu vulnérable par rapport aux pays de la région», a-t-il relevé lors d'une conférence sur «la croissance et l'emploi en Algérie». Le représentant du FMI s'est également félicité de l'efficacité de la politique monétaire en Algérie, qui a conduit à «une inflation maîtrisée et un taux de change équilibré». La politique budgétaire n'est pas en reste pour M. Ould Zeidane qui a qualifié la loi de finances de 2013 de «très positive en matière de consolidation budgétaire». En dépit de la faible croissance du secteur des hydrocarbures, l'Algérie est ainsi capable de réaliser une croissance globale du PIB supérieure à 6% à moyen terme, contre 2,4% en 2012, mais à certaines conditions, selon lui. Il faudrait surtout, recommande cet expert international, «réduire la rigidité des marchés du travail et des biens et services, mettre la formation en adéquation avec l'emploi et travailler sur une croissance hors hydrocarbures inclusive».
Chômage préoccupant chez les jeunes
Si le taux de chômage a baissé à 10% en 2011, celui des jeunes reste élevé et atteint 20,4%, une situation qui «nécessite une attention particulière», selon le représentant du FMI. Le chômage chez les diplômés de l'Enseignement supérieur est aussi préoccupant, selon lui, puisqu'il est à 15,2% et montre surtout que ce département «n'est pas assez orienté vers le marché de l'emploi». Pour faire face à cette situation, M. Ould Zeidane a notamment préconisé d'assainir le climat des affaires en Algérie en renforçant le fonctionnement de l'Administration, combattre «clairement le secteur informel depuis ses sources» et augmenter la capitalisation boursière.
Il a proposé dans la même perspective de donner plus d'attention à la productivité et, évidemment, réduire au maximum la vulnérabilité envers les hydrocarbures en encourageant les exportations dans les autres secteurs. Appelant tout de même à pérenniser autant que possible les réserves des hydrocarbures en Algérie, il a estimé que la nouvelle loi sur les hydrocarbures «évolue dans la bonne direction».
Sur le plan budgétaire, il a été notamment recommandé de plafonner le recours annuel au FRR (Fonds de régulation des recettes) et de procéder à «plus d'affichage budgétaire» surtout en ce qui concerne les subventions indirectes. «Il faut qu'il y ait un message clair sur les dépenses fiscales de l'Etat», a-t-il préconisé en proposant en outre d'accompagner la loi de finances par les orientations budgétaires sur quatre ans. Revenant sur la législation régissant l'investissement en Algérie, l'expert du FMI a remis en cause l'application de la règle 51/49% depuis 2010. «Le Fonds a enquêté sur 88 pays et a pu constater qu'aucun d'entre eux n'appliquait cette règle de façon systématique, à part quelques exceptions pour les secteurs stratégiques», a-t-il argumenté. Sur le crédit à la consommation, interdit en Algérie depuis 2009, il a estimé que «d'autres mesures, loin de la suppression pure et simple, pouvaient être envisagées» en arguant qu'une telle interdiction «défavorisait surtout les industries locales».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.