La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Epidémie de Coronavirus: 573 091 décès dans le monde    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Risque de santé publique sur les fumeurs algériens : Plusieurs marques contrefaites inondent le marché
Publié dans Le Financier le 24 - 01 - 2010

Le marché du tabac en Algérie reste aux mains des réseaux maffieux. Dans le Grand Sud, des cargaisons importantes de cigarettes contrefaites sont saisies presque quotidiennement.
Nonobstant ces saisies, les contrebandiers inondent le marché algérien. Pas la moindre pénurie pour les marques acheminées depuis les frontières libyennes, maliennes, mauritaniennes et maliennes. Chez les buralistes algériens, si les marques de cigarettes se sont multipliées cette dernière décennie, les contrefaites sont nombreuses et constituent un vrai danger de santé publique, alertent les responsables. Pour les fumeurs algériens, même les grandes marques commercialisées dans le marché local restent différentes des autres qu'on trouve par exemple dans le marché européen. «Des Marlboro ou des Gauloises du marché algérien sont tout à fait différentes de leurs similaires européens. C'est un fait. Le goût des Marlboro du marché local est le plus corsé, fort de celles européennes», précisent les fumeurs oranais. En effet, dans le marché local, des Marlboro de contrebande sont plus chères que celles vendues localement ! De son côté, le responsable de sécurité pour la région du Moyen-Orient auprès du groupe Impérial Tobacco, Franck Escouvois, a déclaré que «des quantités importantes de cigarettes contrefaites sont commercialisées sous diverses marques sur le marché algérien».
D'après les chiffres officiels, la quantité du tabac contrefait saisi par les différents services de contrôle de l'Etat a atteint quelque 230.000 cartouches de cigarettes dont 105.000 ont été saisies par les services des Douanes et ce, durant les dix premiers mois de l'année 2009, a fait savoir hier le directeur central des renseignements de la DGD, Medjebar Bouanem. Ces cigarettes proviennent notamment de Chine, de Mauritanie, du Niger et de quelques pays européens, a-t-il précisé, ajoutant que celles importées frauduleusement par les contrebandiers sont généralement contrefaites. Pour remédier à la contrebande des cigarettes, la Direction générale des Douanes (DGD) et le Groupe Impérial Tobacco ont signé hier un protocole d'accord portant sur le renforcement de la coopération en matière de lutte contre la contrefaçon et le commerce illicite des produits de ce producteur international de tabac. Le document de cette réunion a été paraphé par la sous-directrice chargée de la lutte contre la contrefaçon au niveau de la DGD, Mme Fadila Ghodbane, et le responsable de la sécurité pour la région du Moyen-Orient auprès de ce groupe, Franck Escouvois.
Il faut savoir que c'est le troisième accord du genre conclu entre l'administration douanière et les propriétaires de marques de tabac, après ceux signés en 2007 avec British AmericanTobacco et Philip Morris international management, rappelle-t-on. Impérial Tobacco (siège au Royaume-Uni), commercialise en Algérie deux marques de cigarettes, selon M. Escouvois. Selon les clauses de cet accord, les Douanes algériennes s'engagent à assurer la surveillance des points d'entrée selon la procédure «alerte produits contrefaits» pour mettre fin à ces produits très néfastes pour la santé. Afin de rendre obligatoire le contrôle de ces produits, la DGD a demandé à Imperial Tobacco de formuler une «demande d'intervention» pour permettre aux services douaniers de procéder à la reconnaissance des produits authentiques de ceux contrefaits. A cet effet, l'accord prévoit également la formation de douaniers qui leur permet d'assurer la protection intellectuelle des marques concernées. A ce sujet, Medjebar Bouanem a souligné que l'accord conclu avec Imperial Tobacco, portant sur une «coopération opérationnelle» entre les deux parties, va aider les services des Douanes à se renseigner sur la provenance des cigarettes contrefaites et sur les expéditions à risque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.