Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Rivière asséchée !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salim Dada, Secrétaire d'Etat en charge de la Production culturelle : " Nous nous attachons à casser l'image dégradante de l'artiste pauvre et ...
Publié dans Le Maghreb le 09 - 06 - 2020

Il faut aider à casser cette malheureuse image de l'artiste " pauvre et sans-abri ", en lui créant pour cela les conditions qui lui permettent de rester concentré sur son art et en lui facilitant, l'accès aux outils universels d'expression. Pour aider le monde de l'expression artistique à se libérer du marasme latent qui l'a caractérisé de longues années durant, le Secrétaire d'État en charge de la Production culturelle rappelle qu'un vaste programme avait été lancé, dès 2002, se traduisant, dit-il, par " plusieurs acquis ".
Intervenant, hier, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, M. Salim Dada signale qu'au travers de la création du Secrétariat d'État qu'il dirige et de celui en charge de l'Industrie cinématographique, on s'est, déclare-t-il, projeté dans une vision économique de la culture à laquelle l'artiste est devenu partie prenante. Ce dernier indique qu'un Conseil consultatif auprès du ministère de la Culture a été créé pour prendre en charge toutes les problématiques liées à la situation morale, sociale et professionnelle des artistes. Il considère à ce propos que l'on soit artiste, auteur littéraire ou de production culturelle, il convient de " passer outre la condition sociale " pour aller vers la reconnaissance des métiers de l'Art et de celle de " l'intégrité de l'œuvre artistique ". En matière de protection du monde de la Culture en général, l'invité assure à titre d'exemple qu'un texte de loi se propose de régler " tous les problèmes " relatifs aux droits d'auteur et droits voisins. Pour ce qui est des droits sociaux, poursuit-il, un décret publié en 2014 accorde à l'artiste et l'auteur de faire partie des cotisants de la CNAS, ce qui est selon lui " un acquis énorme ". Il relève, d'autre part, la question, " posant problème ", liée à la reconnaissance juridique du métier de producteur d'œuvres artistiques, en raison de l'absence de textes juridiques, y compris dans la loi du Travail, pour la prendre en charge. Il annonce à cet effet, que son ministère planche actuellement sur l'élaboration d'une loi-cadre prenant en considération les conditions de travail dans le milieu artistique, ainsi que la résolution des conflits opposant les artistes aux producteurs, organisateurs ou programmateurs de spectacles, des situations qu'il impute à l'absence de contrats moraux entre ces divers intervenants.
M. Salim Dada rappelle que lors d'un travail consacré à l'organisation d'un système de rémunération à leur profit, il a été découvert la totale absence d'une liste des métiers artistiques dans la nomenclature nationale des professions. À partir de ce constat, indique celui-ci, il a commencé à être procédé au regroupement des grandes familles du monde des artistes : musique, art visuel, audiovisuel et cinéma, littérature, théâtre, danse et art du spectacle, mais également de l'ensemble des métiers d'accompagnement de ces spécialités. Après neuf mois de travail et au terme de l'année 2019, le long travail effectué à cet effet a permis, annonce le ministre de la Production culturelle, d'élaborer une liste de 179 métiers artistiques permettant désormais de donner une identification fiscale pour permettre aux personnes travaillant dans le monde des arts d'exercer leurs activités, vendre et exporter les produits de leur création.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.