L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Plus de peur que de mal pour Aribi    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pouvoirs publics s'intéressent de plus en plus à la diaspora
Avec les enjeux de transfert de devises et d'expertise
Publié dans Le Maghreb le 04 - 08 - 2008

Le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale établie à l'étranger a entamé la préparation du projet de création d'un conseil supérieur de la communauté algérienne à l'étranger, a déclaré M. Ould Abbès lors d'une audience, à Alger, accordée aux compétences algériennes établies à l'étranger.
Il s'agit d'un nouveau programme d'action pour la préservation des droits de la communauté algérienne à l'étranger. Cet intérêt manifesté par les autorités publiques vis-à-vis de cette communauté qui constitue 5 millions d'Algériens établis à l'étranger, est expliqué, selon certains observateurs, par le fait que cette communauté est perçue comme un gisement inépuisable en expérience et une source de devises pour le Trésor public. D'ailleurs, le ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale établie à l'étranger, n'a pas caché cet intérêt en soulignant que cette communauté représente une richesse importante qu'il faut encourager et associer au développement du pays. Il a affirmé que le programme vise aussi à tirer profit de l'expérience de l'élite algérienne à l'étranger dans les différents domaines de développement. A souligner que quelque 900 000 Algériens vivant à l'étranger sont attendus en Algérie pour la saison estivale 2008 et pour lesquels 19 espaces d'accueil et d'accompagnement ont été aménagés au niveau des ports et aéroports pour les accueillir. Un programme, d'un montant global de 100 millions de DA, intitulé "bienvenue au pays", a été également lancé.Il faut dire qu'en dehors de l'expérience et du savoir, le volet finances accapare, à lui seul, une part non négligeable du débat engagé en Algérie et qui revient à la surface ces derniers mois. Cependant, et comparativement à d'autres pays, les migrants algériens ne rapatrient pas les sommes réellement générées. A titre d'exemple, les Algériens résidant en France ont transféré de 2001 à 2004 des sommes variant entre 282 et 287 millions d'euros annuellement, selon une estimation de la Banque européenne d'investissement (BEI), au moment où des spécialistes évoquent des sommes beaucoup plus importantes transférées ces dernières années informellement. Le colloque sur la communauté algérienne établie à l'étranger, tenu récemment à Alger, a dévoilé l'augmentation importante des sommes transférées. Les données fournies par la Banque mondiale, en 2007, confirment cette hausse. A ce titre, on note qu'entre 1976-1986 , il a été enregistré des transferts faibles et stables, puis, entre 1987 et 2000, il y a eu une légère hausse, et depuis 2001, la Banque mondiale a enregistré une hausse accélérée. Ce qui s'explique en partie par l'augmentation du nombre de migrants -1,3 million d'Algériens uniquement en France - mais aussi par l'amélioration de la situation de la communauté ces dernières années. On parle de quelque 2,8 milliards de dollars transférés chaque année par notre communauté. Lors de ce colloque, le sujet de l'apport financier des migrants algériens a refait surface. A ce titre, M. Saïb Musette, expert des phénomènes migratoires, a expliqué que "le canal informel reste la voie privilégiée des migrants algériens pour les transferts avant le retour". Dans une enquête réalisée en France par le cabinet HEC Junior Conseil, il a dévoilé que l'investissement est un moyen qui lie la communauté au pays d'origine, effectué à travers des transferts d'argent pour 22% des interrogés.
Si 40% des répondants sont déjà propriétaires de biens immobiliers dans leur pays d'origine, affirme l'enquête, 32% ont l'intention d'en acquérir. Ce qui conforte l'idée selon laquelle le transfert d'argent et l'immobilier constituent toujours la principale forme d'investissement. L'Algérie qui cherche toujours à booster l'investissement, peut trouver en sa diaspora des acteurs qui pourront jouer un rôle dans la nouvelle dynamisation de développement économique du pays. D'autant que la communauté d'affaires établie à l'étranger est estimée à quelque 95 000 chefs d'entreprise et plusieurs d'entre eux ont manifesté le désir de contribuer au développement du pays. Parmi eux, il est recensé de grandes compétences managériales dans des secteurs de pointe et de haute technologie dont a besoin précisément le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.