ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Privatisation : les actifs publics ne seront plus cédés en totalité
Sidi Saïd affirme que le gouvernement a décidé de relancer le secteur public
Publié dans Le Maghreb le 14 - 09 - 2008


Le secteur public économique est en passe d'être relancé à l'avenir.C'est en ces termes que le secrétaire général de l'UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, a rassuré les travailleurs des entreprises publiques dans lesquelles il s'est rendu lors d'un périple qui l'a guidé hier dans la wilaya de Tizi Ouzou.Le patron de la Centrale syndicale s'est rendu, en premier, à Electro-Industrie, ex-Enel, et c'est à partir de là que Sidi Saïd, accompagné de Salah Djenouhat et de Abdelkader Malki, tous deux membres du secrétariat national, a expliqué les objectifs assignés à la nouvelle politique prônée par le gouvernement en matière de préservation du tissu économique étatique. D'emblée, le SG de l'UGTA a lancé aux travailleurs que, désormais, il n'y aura plus de cession totale des actifs publics, car, "le gouvernement a décidé de garder 51% du capital de toute entreprise qui sera appelée à être soumise à une opération de privatisation ou de partenariat, que ce soit avec un partenaire national ou étranger". Cependant, à travers sa nouvelle stratégie, le gouvernement, selon Sidi Saïd, ambitionne de consolider le secteur économique public et non pas son extinction."Des entreprises comme l'Enel ou l'Eniem, doivent constituer, à l'avenir, le maillon fort de la politique de développement économique du pays et jouer un des premiers rôles dans la politique de soutien à la croissance économique hors hydrocarbures"."Les entreprises de cette taille, dira encore le SG de l'UGTA, sont parmi les rares entités publiques ayant les capacités de relever les défis, de reprendre leur place sur le marché et de reprendre les emplois".Cette vision va de pair, en tout cas, avec les projections que le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, Abdelhamid Temmar, a tracées au chapitre de la stratégie de relancer le secteur public économique stratégique dans sa nouvelle stratégie industrielle. A l'Eniem, le premier responsable de la Centrale syndicale adoptera également un discours favorable au maintien de cette entreprise dans le giron du secteur public. Les deux entreprises, faut-il le rappeler, ont fait l'objet d'appels d'offres pour l'ouverture de leur capital mais ils se sont avérés infructueux. La seule proposition qui a été faite pour la reprise de l'Enel s'est avérée très en deçà des objectifs tracés par la SGP ; et pour ce qui est de l'Eniem, les candidats potentiels à sa reprise ont mis en avant des appréhensions quant au fardeau de l'endettement qu'elle traîne comme un boulet depuis le début des années 1990 et qui s'élève actuellement à quelque 15 milliards de dinars.Si ce n'est cette tache noire, le leader national de l'équipement électroménager confirme de plus en plus sa place sur le marché et, mieux encore, commence à se redéployer à l'international, puisqu'une convention vient d'être signée avec un partenaire malien pour l'exportation des produits de l'Eniem vers ce pays. La première opération d'exportation a été faite, d'ailleurs, et elle est d'un volume de 200 000 dollars, a déclaré le directeur de l'entreprise. Le secrétaire général de l'UGTA a visité également l'Enatb (Entreprise nationale d'ameublement et de transformation du bois). Pour les trois entreprises qui emploient plus de 4 000 travailleurs au total, le premier responsable de l'UGTA a promis de défendre leurs dossiers auprès des hautes instances, à l'instar de celui de l'Eniem qui vient d'être déposé au niveau du Trésor pour son assainissement financier. L'ex-Enel et l'Enatb nécessitent des investissements de grande taille pour leur relance.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.