"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mauvaise année pour les candidats à l'émigration
OIM
Publié dans Le Maghreb le 03 - 01 - 2009


L'année 2008 aura été particulièrement désastreuse pour les Africains tentant d'émigrer vers les autres pays à la recherche d'une vie meilleure. Tel est le constat établi par l'OIM (Organisation internationale pour les migrations), qui cite à l'appui les cas de nombreux migrants ayant péri durant leur voyage, ou de ceux qui, ayant survécus à une périlleuse traversée, sont soumis à toutes sortes d'abus dans les pays d'accueil, " les flux migratoires clandestins, notamment vers l'Europe, se sont réorientés essentiellement vers l'île italienne de Lampedusa où, cette année, on a eu à peu près 31 000 arrivées au détriment des filières migratoires clandestines notamment vers l'archipel des Canaries ", explique Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'Organisation des migrations internationales. Selon M. Chauzy, on a également noté une amplification du phénomène dans la Corne de l'Afrique du fait de la situation en Somalie, qui force de nombreuses personnes à tenter de gagner le Yémen dans l'espoir d'atteindre les pays du Golfe ou ceux d'Europe. Rappelant les violences xénophobes qu'a connues l'Afrique du Sud en 2008, le porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations internationales a fait remarquer que : " Les flux migratoires ne sont pas uniquement des flux Sud-Nord, mais également des flux Sud-Sud ". Une fermeture par les pays développés de leurs portes à l'immigration légale ou une réduction de leur aide au développement auraient des conséquences désastreuses sur les pays du Sud, a averti Jean-Philippe Chauzy. A cet effet, l'OIM recommande que les gouvernements doivent prendre conscience du rôle positif que les migrants peuvent jouer dans la croissance et le redressement économique et ne doivent pas céder à la tentation de fermer leurs portes aux migrants en période de ralentissement économique. " Même si la crise économique n'a pas encore révélé toute son ampleur dont il nous reste encore à déterminer la portée réelle, il serait contre, productif pour les gouvernements des pays développés de fermer leurs portes aux migrants. Nombre d'entre eux sont nécessaires dans les secteurs dont les citoyens des pays industrialisés ne peuvent pas ou ne souhaitent pas occuper les emplois ", explique M. Chauzy. " La fermeture des frontières incitera sans aucun doute les migrants à recourir aux solutions proposées par les passeurs et les trafiquants que sont les voies d'entrées illégales dans les pays de destination, mettant en péril et s'exposant aux risques d'abus et d'exploitation. Point également important, une telle politique risque d'aggraver les divisions sociales et d'exacerber la xénophobie à l'égard des migrants déjà installés dans ces pays en perpétuant le mythe du migrant voleur de travail ", fait encore savoir M. Chauzy. En outre, il ne faut pas se servir de la crise économique pour exploiter les migrants du secteur informel en leur réservant des bas salaires, voire en ne les payant pas du tout, des types d'abus auxquels les migrants sans papiers, en particulier, se trouvent régulièrement exposés. Le migrant, par sa capacité constante à rapatrier des fonds joue un rôle crucial dans la lutte contre la pauvreté dans son pays d'origine au bénéfice de ces fonds, dans la mesure où les familles sont souvent dépendantes de ces entrées d'argent pour satisfaire des besoins élémentaires tels que l'alimentation, le logement, la santé et l'éducation. On constate dans le monde entier que des familles pâtissent déjà des conséquences de la baisse du rapatriement des fonds et affrontent un avenir incertain. Il ne faudrait pas que la crise économique débouche sur une crise de migrants. Si l'on garde à l'esprit le fait que les migrants font partie intégrante des solutions qui s'offrent aux pays d'origine et de destination, la sortie de cette crise pourrait avoir lieu plus tôt que prévu, déclare M. Chauzy. B. Chellali

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.