De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Riadh El feth célèbre le cinéma africain
Deuxième Festival panafricain
Publié dans Le Maghreb le 08 - 07 - 2009


Même si dans les rues d'Alger, il n'y a pas grande trace de l'ouverture du deuxième Panaf samedi soir, il reste tout de même çà et là des enseignes publicitaires ainsi que des fresques toutes neuves aux couleurs de l'Afrique collées aux murs du côté du Boulevard des martyrs, exactement devant la Télé et la Radio où la procession des artistes africains ne s'arrêt pas. Après les spectacles inauguraux et populaires des rues, ou comme on dit, c'était le folklore qui est allé chez les gens et non pas l'inverse, place maintenant aux activités moins populaires qui seront programmées jusqu'au 20 juillet dans les espaces " fermés " de la capitale et même en dehors de la capitale. La ministre de la Culture, Khalida Toumi, l'a dit à maintes reprises : "Au Panaf, y en a pour tous les goûts !". Du théâtre, du cinéma, de la littérature, du patrimoine, des expo, des galas….bref tout ce qui touche à la vie culturelle de l'Afrique se défilera sous nos yeux pas toujours habitués à voir autant de spectacles en si peu de temps. Alors, faut choisir, sélectionner son programme en fonction de ses goûts, comme çà se fait ailleurs lors de grands rendez- vous artistiques. En ce moment, à Riadh El feth, l'espace qui a été investi lourdement depuis le premier jour notamment avec le mémorable concert de Safy Boutella qui a récemment fêté ses 30 ans de carrière, le festival international du cinéma, bat son plein. On dit souvent que le cinéma africain n'existe pas à cause surtout du manque de salles et du manque d'aide à la production, mais des films africains existent tout de même. Rien qu'avec çà on peut faire un festival en rassemblant des gens du 7ème art, en projetant des films venus d'Afrique en les discutant par la suite en réservant le chapitre de l'état des lieux de ce cinéma pour la fin. Qu'en est-il de ce festival qui a débuté lundi dernier et qui se clôture le 19 juillet avec un pic entre le 10 et le 11 juillet qui concernera un colloque international sur le cinéma africain ? Au coeur de cet événement qui est dans l'événement du Panaf, on annonce d'ores et déjà la tenue en 2010 à Alger des assises du cinéma africain. Côté algérien, on a sélectionné les œuvres de Lakhdar Hamina, (une fierté comme tout le monde le dit), le cinéaste qui a raflé la palme d'or à Cannes avec " chronique des années de braises " en 75, soit une décennie à peine après l'indépendance de l'Algérie, revient au devant de la scène, même si depuis, il n'a pas tourné grand-chose. Tout un symbole. Souveraineté d'un artiste indépendant. Aux cotés de Lakhdar Hamina, " le héros " de l'ancienne génaration, il y aura Khaled Benaissa, le " héros " de la nouvelle génération qui a fait un court- métrage très discutable, " Sektou " et qui est devenu la coqueluche des milieux culturells et le talent avéré d'un 7ème art algérien aux abois. Finalement, " Sektou" ainsi que le " Vent des Aurès" de Hamina étaient diffusés en séance inaugurale de ce festival où il sera également question de projeter les meilleurs jus du Fepaco, le rendez- vous cinématographique continental qui se maintient malgré tous les orages depuis maintenant une quarantaine d'années. De l'argent a été donné à quelques cinéastes pour produire en cette occasion quelques films et ces films là, seront également projetés à Riadh El Feth en plus d'un projet de documentaire qui sera réalisé sur le 2e panafricain comme c'était le cas durant le Panaf de 69. Une aide destinée à soutenir la coproduction de quatre longs- métrages de fiction et de quatre courts- métrages est également envisagée à l'occasion de ce festival. L'aide pour le long -métrage est de 100.000 euros et celle pour le court est de 25.000 euros. Reste juste à souhaiter que le public retrouve le chemin perdu des salles qui n'existe qu'en petit nombre depuis l'indépendance. Un problème récurrent en Afrique. Par Yasmine Ben

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.