«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix des œufs invariablement soumis à la loi de l'offre et la demande
Bordj Bou Arreridj
Publié dans Le Maghreb le 26 - 09 - 2009


L'œuf reste un des rares produits, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, à "dépendre uniquement" de la loi de l'offre et de la demande, notent de nombreux aviculteurs de la région des Biban. La production mensuelle d'œufs est estimée à 34 millions d'unités par mois au niveau des 566 poulaillers repartis sur les 34 communes de la wilaya, avec toutefois une concentration dans les daïras de Ras El oued, de Bir Kasdali, de Ain Tagrout et de Medjana. Cette production, "largement suffisante pour répondre aux besoins de toute la wilaya de Bordj Bou Arreridj, est également écoulée dans les grandes villes comme Alger, Sétif, Constantine et Blida, où la consommation d'œufs est importante", estiment de leur côté les services agricoles. En été, où le prix de la plaquette de 30 œufs chute à Bordj Bou Arreridj et ses environs de 300 à 150 DA, une grande partie de la production est acheminée vers les villes côtières, principalement à Alger, tandis qu'en hiver, l'œuf connaît une hausse sensible qui voit la plaquette écoulée à 200 DA en moyenne, ajoute-t-on à la DSA. Un accroissement de la consommation d'œufs est observé, d'une manière générale, lors d'événements comme le Ramadhan où la plaquette "grimpe jusqu'à 260 DA", assure-t-on de même source. "Savez-vous que l'œuf est le seul produit agricole qui ne soit pas stocké dans les chambres froides car sa conservation n'est pas économiquement rentable et les fluctuations de prix, notamment les chutes imprévisibles de prix en fonction de la production des autres wilayas limitrophes, empêche l'aviculteur de spéculer sur le marché, sauf dans les grandes villes où les grossistes jouent parfois sur les prix", indiquent pour leur part des commerçants spécialisés. Sur le marché, tout le monde s'accorde à reconnaître que l'œuf est l'un des rares, sinon l'unique produit de consommation courante qui échappe à la spéculation effrénée, tout au moins dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Au niveau de la DSA, on reconnaît que l'Algérien "n'est pas un grand consommateur d'œufs par rapport aux pays développés, soit à peine 80 à 100 œufs par habitant et par an contre 300 à 350 en Europe par exemple". Selon la même source, les ménages algériens consomment moins d'œufs qu'il y a une décennie. Au début des années 1990, l'Algérien consommait une moyenne de 120 œufs par an alors qu'actuellement la moyenne de consommation est descendue à environ 80 œufs par habitant et par an. Par ailleurs, l'œuf est rarement introduit dans la cuisine algérienne sauf dans la pâtisserie et, occasionnellement, lors des fêtes traditionnelles. C'est valable dans tout le pays, note un aviculteur, mais "c'est surtout visible à Bordj Bou Arreridj". "Il est rare qu'un client demande une omelette comme entrée dans mon restaurant", note par exemple le patron du restaurant "Reski", l'un des établissements les plus fréquentés du centre-ville de Bordj Bou Arreridj. Selon lui, même la fameuse "omelette-frites" est globalement boudée chez les restaurateurs des Biban, la clientèle locale étant surtout portée sur les "plats à sauces", contrairement aux grandes villes où l'omelette-frites est "reine". C'est dire, estime encore ce restaurateur, que l'œuf de Bordj Bou Arreridj "a encore du chemin à faire pour entrer dans les traditions culinaires locales" et continuera longtemps à être écoulé, malgré une production abondante, sur les marchés des grandes villes du centre du pays. R.R

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.