Les étudiants perturbent une réunion du panel    Contestation en Algérie : «Le pouvoir est aux abois»    Les Algérois infatigables    L'ex-wali de Tipasa Ghelaï Moussa en détention provisoire    Des administrateurs pour assurer la gestion    Huawei-Algérie espionnait des personnalités de l'opposition    Hausse de 13% des touristes algériens    Les souscripteurs au programme 300 logements AADL dénoncent    Le rappeur Enima rentre en Algérie    Emploi, pas de quoi rassurer les Algériens    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Sarko and co    Les monarchies du Golfe « arrosent» le Maroc !    La Russie propose un moratoire aux Etats-Unis    Les Algériennes en stage à Blida    Le labyrinthe    Youcef Atal reprend les entraînements    Bouldjloud et Tiab tentent de raisonner les joueurs    55 accidents de la route durant le mois de juillet    L'éternel frein des tarifs prohibitifs    Bakbouka algéroise    L'ombre du passé    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    20 août 1956 : «La primauté du civil», comme testament de Abane    NAHD 0 - JSK 0 : Ennuyeux !    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Belaïli de retour à Angers ?    Editions Casbah. La Nuit des assassins, de Djillali Khellas : Quand la fiction dépasse la réalité    Jijel : Les corps des deux disparus en mer repêchés    Un jeune fauché par un train    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Lutte contre la corruption: Zeghmati insiste sur la récupération des fonds détournés    Skikda: Naftal renforce ses capacités de stockage    Foncier à Oran: Plusieurs arrestations, dont l'ex-chef de la Sûreté de wilaya et le frère de Hamel    NC Magra: Une grande première pour le Nedjm    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    El tarf: Le CET récupère les peaux de moutons    DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES    Le frère de Abdelghani Hamel arrêté à Oran    Une série de projets de loi et de décrets exécutifs    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    Le Maroc tente d'induire en erreur l'opinion publique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix des œufs invariablement soumis à la loi de l'offre et la demande
Bordj Bou Arreridj
Publié dans Le Maghreb le 26 - 09 - 2009


L'œuf reste un des rares produits, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, à "dépendre uniquement" de la loi de l'offre et de la demande, notent de nombreux aviculteurs de la région des Biban. La production mensuelle d'œufs est estimée à 34 millions d'unités par mois au niveau des 566 poulaillers repartis sur les 34 communes de la wilaya, avec toutefois une concentration dans les daïras de Ras El oued, de Bir Kasdali, de Ain Tagrout et de Medjana. Cette production, "largement suffisante pour répondre aux besoins de toute la wilaya de Bordj Bou Arreridj, est également écoulée dans les grandes villes comme Alger, Sétif, Constantine et Blida, où la consommation d'œufs est importante", estiment de leur côté les services agricoles. En été, où le prix de la plaquette de 30 œufs chute à Bordj Bou Arreridj et ses environs de 300 à 150 DA, une grande partie de la production est acheminée vers les villes côtières, principalement à Alger, tandis qu'en hiver, l'œuf connaît une hausse sensible qui voit la plaquette écoulée à 200 DA en moyenne, ajoute-t-on à la DSA. Un accroissement de la consommation d'œufs est observé, d'une manière générale, lors d'événements comme le Ramadhan où la plaquette "grimpe jusqu'à 260 DA", assure-t-on de même source. "Savez-vous que l'œuf est le seul produit agricole qui ne soit pas stocké dans les chambres froides car sa conservation n'est pas économiquement rentable et les fluctuations de prix, notamment les chutes imprévisibles de prix en fonction de la production des autres wilayas limitrophes, empêche l'aviculteur de spéculer sur le marché, sauf dans les grandes villes où les grossistes jouent parfois sur les prix", indiquent pour leur part des commerçants spécialisés. Sur le marché, tout le monde s'accorde à reconnaître que l'œuf est l'un des rares, sinon l'unique produit de consommation courante qui échappe à la spéculation effrénée, tout au moins dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj. Au niveau de la DSA, on reconnaît que l'Algérien "n'est pas un grand consommateur d'œufs par rapport aux pays développés, soit à peine 80 à 100 œufs par habitant et par an contre 300 à 350 en Europe par exemple". Selon la même source, les ménages algériens consomment moins d'œufs qu'il y a une décennie. Au début des années 1990, l'Algérien consommait une moyenne de 120 œufs par an alors qu'actuellement la moyenne de consommation est descendue à environ 80 œufs par habitant et par an. Par ailleurs, l'œuf est rarement introduit dans la cuisine algérienne sauf dans la pâtisserie et, occasionnellement, lors des fêtes traditionnelles. C'est valable dans tout le pays, note un aviculteur, mais "c'est surtout visible à Bordj Bou Arreridj". "Il est rare qu'un client demande une omelette comme entrée dans mon restaurant", note par exemple le patron du restaurant "Reski", l'un des établissements les plus fréquentés du centre-ville de Bordj Bou Arreridj. Selon lui, même la fameuse "omelette-frites" est globalement boudée chez les restaurateurs des Biban, la clientèle locale étant surtout portée sur les "plats à sauces", contrairement aux grandes villes où l'omelette-frites est "reine". C'est dire, estime encore ce restaurateur, que l'œuf de Bordj Bou Arreridj "a encore du chemin à faire pour entrer dans les traditions culinaires locales" et continuera longtemps à être écoulé, malgré une production abondante, sur les marchés des grandes villes du centre du pays. R.R

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.