Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un spécial Afrique avec un hommage à Houria Aïchi
32e édition du Festival International de films de femmes de Créteil
Publié dans Le Maghreb le 06 - 04 - 2010

La 32ème édition du Festival International de films de femmes de Créteil s'est ouvert vendredi à la Maison des Arts de Créteil à Paris et se poursuivra jusqu'au 11 du mois en cours. Ce rendez-vous considéré comme étant un moment d'une grande cinéphilie universelle dédié à la femme, accueillera entre autres l'artiste aurésienne, Houria Aïchi, qui a été choisie pour figurer parmi les 7 dames méritant de recevoir un hommage auquel s'est associé l'Institut national de l'audiovisuel de France (INA). Cette rencontre accueillera bien entendu des réalisatrices, des actrices et autres artistes, faisant dans la promotion de la condition féminine. Cette année, le Festival a retenu le principe de rendre hommage aux femmes africaines " qui ont su mettre leur talent et leur ''voix'' au service de leur peuple ". Au côté de Houria Aïchi, il y aura un hommage posthume à Miriam Makeba (Afrique du Sud), Angélique Kidjo (Bénin), Sally Nyolo (Cameroun), Cesaria Evora (Cap-Vert), Rokia Traoré (Mali), Oumou Sangaré (Mali) et Malouma (Mauritanie).
Créé en 1979, ce festival accueille des réalisatrices du monde entier, avec près de 150 films qui défendent avec talent le regard des femmes sur leur société. Les deux autres invités d'honneur seront africains. Il s'agit de Aïssa Maïga et l'artiste Sotigui Kouyaté, un excellent comédien qu'on a vu dans le tout dernier film de Rachid Bouchareb, " London River". C'est ainsi que deux soirées de gala, en leur présence, présenteront leur filmographie avec la projection des principaux films ou documentaires. Diverses manifestations seront également proposées dont des soirées hommages, à Safi Faye, réalisatrice et ethnologue sénégalaise. Cette soirée qui a eu lieu samedi dernier, était une occasion de découvrir ou redécouvrir son film " Lettre paysanne ".
Une sélection de longs et courts métrages, fiction et documentaires permettra au public de découvrir l'Afrique par le regard de réalisatrices internationales.
Le Festival International de films de femmes c'est aussi une compétition longs et courts métrages fiction avec un jury composé, entre autres, de la journaliste Laure Adler et du comédien Jackie Berroyer. Cette année, la compétition s'ouvrira aux longs métrages documentaires avec le " Prix Anna Politkovskaïa ". Cette édition sera également, le moment de mettre en relation le festival de femmes avec la " 3e rencontre du Réseau des festivals de femmes WFFN (Women's Film Festival Network) ", l'occasion de participer aux ateliers métiers du cinéma et de proposer une programmation jeune public.
Selon Jackie Buet, directrice de ce festival, cette rencontre n'est pas tant la défense d'un cinéma " au féminin " qui nous occupe mais " bien de défendre des films, rarement soutenus par des productions importantes, souvent faits avec entêtement dans la marge, en auto-production. Ce sont les voix libres des femmes qui crient depuis longtemps pour être enfin entendues. Ce sont leurs histoires et leur place dans l'Histoire qui y sont mises en avant. " dira-t-elle. Deux ans après l'accueil des réalisatrices africaines à Créteil (en 1998), le Festival renoue avec les réalisatrices confirmées et soutient les nouveaux talents pour un voyage Trans-Europe-Afrique à travers 25 pays du continent. Cette édition se caractérisera par une grande diversité des sujets traités dont " Devoir de mémoire : les films retracent l'odyssée africaine, l'histoire des guerres d'indépendance (Côté Afrique et Europe) et des luttes internes, " Lutter contre le sida ", Raconter, écrire, filmer pour garder les traces et fixer le présent etc…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.