Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un spécial Afrique avec un hommage à Houria Aïchi
32e édition du Festival International de films de femmes de Créteil
Publié dans Le Maghreb le 06 - 04 - 2010

La 32ème édition du Festival International de films de femmes de Créteil s'est ouvert vendredi à la Maison des Arts de Créteil à Paris et se poursuivra jusqu'au 11 du mois en cours. Ce rendez-vous considéré comme étant un moment d'une grande cinéphilie universelle dédié à la femme, accueillera entre autres l'artiste aurésienne, Houria Aïchi, qui a été choisie pour figurer parmi les 7 dames méritant de recevoir un hommage auquel s'est associé l'Institut national de l'audiovisuel de France (INA). Cette rencontre accueillera bien entendu des réalisatrices, des actrices et autres artistes, faisant dans la promotion de la condition féminine. Cette année, le Festival a retenu le principe de rendre hommage aux femmes africaines " qui ont su mettre leur talent et leur ''voix'' au service de leur peuple ". Au côté de Houria Aïchi, il y aura un hommage posthume à Miriam Makeba (Afrique du Sud), Angélique Kidjo (Bénin), Sally Nyolo (Cameroun), Cesaria Evora (Cap-Vert), Rokia Traoré (Mali), Oumou Sangaré (Mali) et Malouma (Mauritanie).
Créé en 1979, ce festival accueille des réalisatrices du monde entier, avec près de 150 films qui défendent avec talent le regard des femmes sur leur société. Les deux autres invités d'honneur seront africains. Il s'agit de Aïssa Maïga et l'artiste Sotigui Kouyaté, un excellent comédien qu'on a vu dans le tout dernier film de Rachid Bouchareb, " London River". C'est ainsi que deux soirées de gala, en leur présence, présenteront leur filmographie avec la projection des principaux films ou documentaires. Diverses manifestations seront également proposées dont des soirées hommages, à Safi Faye, réalisatrice et ethnologue sénégalaise. Cette soirée qui a eu lieu samedi dernier, était une occasion de découvrir ou redécouvrir son film " Lettre paysanne ".
Une sélection de longs et courts métrages, fiction et documentaires permettra au public de découvrir l'Afrique par le regard de réalisatrices internationales.
Le Festival International de films de femmes c'est aussi une compétition longs et courts métrages fiction avec un jury composé, entre autres, de la journaliste Laure Adler et du comédien Jackie Berroyer. Cette année, la compétition s'ouvrira aux longs métrages documentaires avec le " Prix Anna Politkovskaïa ". Cette édition sera également, le moment de mettre en relation le festival de femmes avec la " 3e rencontre du Réseau des festivals de femmes WFFN (Women's Film Festival Network) ", l'occasion de participer aux ateliers métiers du cinéma et de proposer une programmation jeune public.
Selon Jackie Buet, directrice de ce festival, cette rencontre n'est pas tant la défense d'un cinéma " au féminin " qui nous occupe mais " bien de défendre des films, rarement soutenus par des productions importantes, souvent faits avec entêtement dans la marge, en auto-production. Ce sont les voix libres des femmes qui crient depuis longtemps pour être enfin entendues. Ce sont leurs histoires et leur place dans l'Histoire qui y sont mises en avant. " dira-t-elle. Deux ans après l'accueil des réalisatrices africaines à Créteil (en 1998), le Festival renoue avec les réalisatrices confirmées et soutient les nouveaux talents pour un voyage Trans-Europe-Afrique à travers 25 pays du continent. Cette édition se caractérisera par une grande diversité des sujets traités dont " Devoir de mémoire : les films retracent l'odyssée africaine, l'histoire des guerres d'indépendance (Côté Afrique et Europe) et des luttes internes, " Lutter contre le sida ", Raconter, écrire, filmer pour garder les traces et fixer le présent etc…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.