Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monopoles, compétitivité et guerre des prix
Un décret pour fixer les marges bénéficiaires
Publié dans Le Maghreb le 08 - 03 - 2011

Entre l'entente sur les prix, qui est un acte interdit par la loi sur la concurrence, et l'imposition de la règle de la compétitivité par la fixation des marges bénéficiaires, c'est un dilemme. La dernière crise du sucre et de l'huile végétale a montré les imites de certains opérateurs. Beaucoup de ces producteurs avaient montré leurs " difficultés " à relever les défis de l'heure : maintenir la stabilité des prix. Une incapacité avérée qui a généré la protestation faisant gronder la rue. La décision gouvernementale imposant la réduction des prix a mis ces producteurs dans l'impossibilité de suivre les cours et faire face à la concurrence. Cela avait surtout permis de "projeter" Cevital en pôle position et faire de lui un opérateur dominant. Cela avait alors déplu à ses concurrents qui avaient dénoncé ce "monopole".
Le consensus fait, lors des quatre derniers Conseils interministériels, par les opérateurs économiques présents à ces conclaves, autour des marges bénéficiaires, peut emmener à faire émerger le même producteur en position dominante et qui risque, comme par le passé, d'être assimilé à une position monopolistique, chose que la loi interdit, permettant à peine la prise de parts de marché à hauteur de 40%.
De ce consensus, un décret fixant le plafonnement de ces prix et les marges bénéficiaires du sucre et des huiles alimentaires, imminemment attendu, avait été retenu. Il viendra aussi réactiver le Conseil de la concurrence, imposer la facturation et réorganiser les circuits de distribution pour évacuer l'informel.
Cependant que la loi basique du marché qui est soumise à l'offre et la demande est "bafouée", ne risque-t-on pas de revivre le même scénario, celui où Cevital a été montrée du doigt et rappelée à l'ordre par le ministère du Commerce qui s'est ensuite rétracté en déclarant "inexistant le cas de monopole par le groupe de Issad Rebrab" ? Ce dernier producteur est, d'ailleurs, le seul opérateur à avoir réfuté ce projet de plafonnement et tourner le dos à l'idée consensuelle. Le patron de Cevital préfère, lui, laisser le marché soumis à l'offre et à la demande. C'est d'ailleurs la position affichée par ce producteur lors d'une récente rencontre entre le ministère du Commerce et les opérateurs économiques. Rebrab estime que "seule l'offre et la demande devraient définir les prix en proposant de maintenir leur plafonnement mais de laisser libres les marges bénéficiaires".
Si ce décret favorise les consommateurs en stabilisant les prix au profit du citoyen et en fermant la porte aux spéculateurs, il contient, en contrepartie, le risque d'embarrasser certains opérateurs souhaitant dégager du cash flow leur permettant de réinvestir et lancer une course effrénée entre opérateurs à la réduction des coûts et par ricochet déclenchera une guerre de prix. Ce qui n'arrange sûrement pas les affaires des producteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.