SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nationaux créent plus d'emplois
Investissements
Publié dans Le Maghreb le 12 - 03 - 2011

Qu'est-ce qui fait donc fuir les investisseurs étrangers ? Rien et tout en même temps. En dépit de toutes les facilités accordées par l'Etat algérien aux investisseurs étrangers, il faut compter un marché potentiel, un régime foncier allégé, un accès au crédit de financement simplifié, une légère baisse de la pression fiscale et bien d'autres mesures "d'assouplissement", rien n'est venu refléter tout cela. Bien au contraire, cela a même freiné les ardeurs des candidats potentiels, aussi étrangers que nationaux. Le bilan affiché, d'ailleurs, par l'Agence nationale de développement de l'investissement pour l'exercice 2010 est plus qu'édifiant. Il fait ressortir le net recul des investissements nationaux, créateurs d'emplois et n'annonce qu'un maigre chiffre des investissements étrangers. " Les investissements étrangers en Algérie ont amorcé une hausse, en 2010, s'établissant à 11 projets contre 4 en 2009, mais la reprise reste "prudente" ". Une " prudence " qui s'explique probablement par le climat des affaires dont les textes de loi " répulsifs ", le programme quinquennal bloqué des suites de la mise en place du nouveau code des marchés publics, par la baisse du niveau des commandes ainsi que de celle de la production, mais surtout par l'effritement du pouvoir d'achat. Selon l'Andi, les causes proviennent des " conséquences induites par la crise financière internationale de 2008 qui ont fortement contrarié l'acte d'investir ". Cette baisse est aussi due aux " répercussions des nouvelles mesures des lois complémentaires de finances pour 2009 et 2010 et du gel provisoire de certaines activités en voie de saturation (transport collectif) ", évoquant aussi " l'exigence préalable du registre de commerce et du certificat d'existence lors de la déclaration d'investissement, la convergence des petits projets vers d'autres dispositifs plus attractifs (Ansej et Cnac), ainsi que la convergence et réorientation des projets spécifiques (agriculture, mines et carrières, etc.) vers des fonds dédiés aux bénéficiaires par des aides conséquentes ". L'Andi associe cette baisse d'investissement à " la réorientation des investissements en accord avec le plan de relance 2010/2014 qui prévoit des investissements publics sur certains secteurs (santé, industries, sous-traitance mécanique, environnement ". Le bilan de l'Andi fait ressortir que des investissements enregistrés durant l'année écoulée, ni le volume, ni les emplois n'ont pu amorcer une avancée. Bien au contraire, les 11 projets d'investissements ne seraient capables de créer que quelque 2600 emplois.
Qu'est-ce qui empêche donc les investisseurs étrangers à venir chez nous ? Pourquoi les investissements nationaux ont-ils donc baissé de moitié ? En 2010 l'indice de confiance des chefs d'entreprises a baissé jusqu'à moins onze points. Les lois ne seraient-elles donc pas si favorables à l'investissement en Algérie ? Le privé algérien serait-il laissé pour compte au point où " les investissements initiés par des nationaux ont enregistré une baisse de presque de moitié (48%) à 9.488 projets contre 19.725 projets en 2009 " ? Pourtant, les chiffres avancés par l'agence indiquent que "le montant global des investissements nationaux et étrangers, déclarés éligibles aux avantages de l'Andi, s'est chiffré à 479,2 mds de DA, dont 420,3 mds de DA pour les nationaux et 58,9 mds de DA pour les investissements étrangers " et que" Les ratios en termes de nombre de projets représentent 99,88% pour les nationaux et seulement 0,12% pour les étrangers, alors que sur le plan financier ces derniers concourent pour près de 12% et les nationaux 88% ". Sur le plan de l'emploi ces derniers se sont avérés plus aptes à créer des postes de travail, et à en croire l'Andi " les investissements nationaux ont aidé à créer plus de 83.300 emplois directs (97%) alors que ceux en partenariat avec des étrangers ont généré 2.600 emplois directs, soit 3% sur l'ensemble ".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.