30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nationaux créent plus d'emplois
Investissements
Publié dans Le Maghreb le 12 - 03 - 2011

Qu'est-ce qui fait donc fuir les investisseurs étrangers ? Rien et tout en même temps. En dépit de toutes les facilités accordées par l'Etat algérien aux investisseurs étrangers, il faut compter un marché potentiel, un régime foncier allégé, un accès au crédit de financement simplifié, une légère baisse de la pression fiscale et bien d'autres mesures "d'assouplissement", rien n'est venu refléter tout cela. Bien au contraire, cela a même freiné les ardeurs des candidats potentiels, aussi étrangers que nationaux. Le bilan affiché, d'ailleurs, par l'Agence nationale de développement de l'investissement pour l'exercice 2010 est plus qu'édifiant. Il fait ressortir le net recul des investissements nationaux, créateurs d'emplois et n'annonce qu'un maigre chiffre des investissements étrangers. " Les investissements étrangers en Algérie ont amorcé une hausse, en 2010, s'établissant à 11 projets contre 4 en 2009, mais la reprise reste "prudente" ". Une " prudence " qui s'explique probablement par le climat des affaires dont les textes de loi " répulsifs ", le programme quinquennal bloqué des suites de la mise en place du nouveau code des marchés publics, par la baisse du niveau des commandes ainsi que de celle de la production, mais surtout par l'effritement du pouvoir d'achat. Selon l'Andi, les causes proviennent des " conséquences induites par la crise financière internationale de 2008 qui ont fortement contrarié l'acte d'investir ". Cette baisse est aussi due aux " répercussions des nouvelles mesures des lois complémentaires de finances pour 2009 et 2010 et du gel provisoire de certaines activités en voie de saturation (transport collectif) ", évoquant aussi " l'exigence préalable du registre de commerce et du certificat d'existence lors de la déclaration d'investissement, la convergence des petits projets vers d'autres dispositifs plus attractifs (Ansej et Cnac), ainsi que la convergence et réorientation des projets spécifiques (agriculture, mines et carrières, etc.) vers des fonds dédiés aux bénéficiaires par des aides conséquentes ". L'Andi associe cette baisse d'investissement à " la réorientation des investissements en accord avec le plan de relance 2010/2014 qui prévoit des investissements publics sur certains secteurs (santé, industries, sous-traitance mécanique, environnement ". Le bilan de l'Andi fait ressortir que des investissements enregistrés durant l'année écoulée, ni le volume, ni les emplois n'ont pu amorcer une avancée. Bien au contraire, les 11 projets d'investissements ne seraient capables de créer que quelque 2600 emplois.
Qu'est-ce qui empêche donc les investisseurs étrangers à venir chez nous ? Pourquoi les investissements nationaux ont-ils donc baissé de moitié ? En 2010 l'indice de confiance des chefs d'entreprises a baissé jusqu'à moins onze points. Les lois ne seraient-elles donc pas si favorables à l'investissement en Algérie ? Le privé algérien serait-il laissé pour compte au point où " les investissements initiés par des nationaux ont enregistré une baisse de presque de moitié (48%) à 9.488 projets contre 19.725 projets en 2009 " ? Pourtant, les chiffres avancés par l'agence indiquent que "le montant global des investissements nationaux et étrangers, déclarés éligibles aux avantages de l'Andi, s'est chiffré à 479,2 mds de DA, dont 420,3 mds de DA pour les nationaux et 58,9 mds de DA pour les investissements étrangers " et que" Les ratios en termes de nombre de projets représentent 99,88% pour les nationaux et seulement 0,12% pour les étrangers, alors que sur le plan financier ces derniers concourent pour près de 12% et les nationaux 88% ". Sur le plan de l'emploi ces derniers se sont avérés plus aptes à créer des postes de travail, et à en croire l'Andi " les investissements nationaux ont aidé à créer plus de 83.300 emplois directs (97%) alors que ceux en partenariat avec des étrangers ont généré 2.600 emplois directs, soit 3% sur l'ensemble ".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.