Barça : Messi reprend l'entrainement avec le groupe    Bonnes perspectives en gaz et électricité    DIALOGUE NATIONAL : Le panel s'engage à rencontrer la société civile    «Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    «L'investissement est ouvert au privé»    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Guterres profondément préoccupé par la situation dans le Nord-Ouest    Jeux militaires de Russie : l'Algérie décroche la 6e place    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    Sept personnes arrêtées dans plusieurs wilayas    SAISON ESTIVALE : 17 morts par noyade à Mostaganem    PELERINAGE 2019 : 22 Algériens décédés depuis le début du Hadj    Crime odieux sur un jeune homme à El Matmar    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    "La mission du panel est de diviser le hirak"    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    La hantise des conducteurs    L'armée face à une situation sécuritaire de plus en plus préoccupante    Farès opéré avec succès    Une jeune fille fait une chute du 5e étage à Haï Essalem    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Trop de questions (2)    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Bensalah réitère son appel au dialogue    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    Tébessa, El-Tarf: De nouveau des routes coupées à cause de l'eau    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    ZLECAF : Nécessité de saisir les opportunités au profit de l'économie nationale    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après le gaz et les énergies renouvelables
Les tensions gagnent le marché européen de l'électricité
Publié dans Le Maghreb le 19 - 05 - 2011


La Commission de régulation de l'énergie (CRE) n'entérine pas le tarif arrêté par les pouvoirs publics pour la vente de l'électricité nucléaire d'EDF à ses concurrents et propose un prix moins élevé, ont affirmé, hier, des sources proches du dossier. Le gouvernement a choisi de fixer ce prix à 40 euros au 1er juillet puis à 42 euros le mégawatt-heure (MWh) au 1er janvier 2012, s'alignant ainsi sur les demandes d'EDF, alors que ses concurrents réclamaient un prix de 35 euros/MWh dans le cadre de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (dite loi NOME). Mais l'autorité de régulation de l'énergie estime que ce tarif est trop élevé et propose une fourchette allant de 36 à 39 euros le MWh, selon les mêmes sources. Il a été fait état également d'une délibération de la CRE dans laquelle cette dernière indique avoir établi "la méthode d'identification et de comptabilisation des coûts pour refléter les conditions économiques de production de l'électricité nucléaire historique". Elle reconnaît que le gouvernement entend anticiper "les investissements indispensables à la mise en sécurité des centrales nucléaires", mais souligne que "ces coûts ne sont pas connus à ce jour, et la CRE n'est donc pas en mesure de les apprécier". L'autorité préconise donc "que les effets éventuels sur les coûts de production des audits diligentés sur l'ensemble du parc nucléaire français ne soient évalués qu'à mesure qu'ils se matérialiseront dans les comptes d'EDF et qu'ils soient alors intégralement intégrés au prix de l'accès régulé à l'électricité nucléaire historique". Votée sous la pression de la Commission européenne, la loi Nome avait pour objectif de doper la concurrence sur le marché français de l'électricité. Pour rappel, réagissant à des informations révélant en mars dernier le souhait du groupe français EDF de voir augmenter les prix de l'électricité de plus de 5 % par an, le ministre de l'énergie, Eric Besson, a assuré que le gouvernement n'étudiait aucune hausse importante des tarifs et notamment que le prix de l'électricité n'augmenterait que légèrement cet été. "A l'été, pas avant l'été, il y aura une légère augmentation des tarifs de l'électricité. Légère, légère, rien à voir avec ce que vous évoquez", a dit Eric Besson lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "Le gouvernement s'attachera à la protection du pouvoir d'achat des Français. Nous n'avons que deux préoccupations : la compétitivité de notre industrie, le pouvoir d'achat des Français", a-t-il ajouté. "Le gouvernement n'étudie aucune hausse importante des tarifs de l'électricité." L'EDF, contrôlée par l'Etat, voudrait que les pouvoirs publics décident d'augmentations annuelles du prix de l'électricité comprises entre 5,1 % et 6,5 % jusqu'en 2015, inflation comprise. Le quotidien, qui ne précise pas ses sources, relève que cela déboucherait sur une hausse totale d'environ 30 % en cinq ans, et marquerait une nette rupture avec les précédentes hausses décidées par l'Etat, oscillant depuis 2007 entre 1 et 3 %. Mais EDF a démenti mercredi, par la voix d'un porte-parole, avoir fait une demande formelle au gouvernement d'augmentation des tarifs de l'électricité sur cinq ans. La facture d'électricité des Français, qui est une des plus basses d'Europe, a augmenté de 3 % le 15 août 2010 et à nouveau de 3 % au 1er janvier 2011. De nouvelles hausses de prix ont d'ores et déjà été annoncées pour assurer le développement des énergies renouvelables, en particulier de l'énergie solaire, financées par une taxe sur l'électricité (la contribution au service public de l'électricité).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.