Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après le gaz et les énergies renouvelables
Les tensions gagnent le marché européen de l'électricité
Publié dans Le Maghreb le 19 - 05 - 2011


La Commission de régulation de l'énergie (CRE) n'entérine pas le tarif arrêté par les pouvoirs publics pour la vente de l'électricité nucléaire d'EDF à ses concurrents et propose un prix moins élevé, ont affirmé, hier, des sources proches du dossier. Le gouvernement a choisi de fixer ce prix à 40 euros au 1er juillet puis à 42 euros le mégawatt-heure (MWh) au 1er janvier 2012, s'alignant ainsi sur les demandes d'EDF, alors que ses concurrents réclamaient un prix de 35 euros/MWh dans le cadre de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (dite loi NOME). Mais l'autorité de régulation de l'énergie estime que ce tarif est trop élevé et propose une fourchette allant de 36 à 39 euros le MWh, selon les mêmes sources. Il a été fait état également d'une délibération de la CRE dans laquelle cette dernière indique avoir établi "la méthode d'identification et de comptabilisation des coûts pour refléter les conditions économiques de production de l'électricité nucléaire historique". Elle reconnaît que le gouvernement entend anticiper "les investissements indispensables à la mise en sécurité des centrales nucléaires", mais souligne que "ces coûts ne sont pas connus à ce jour, et la CRE n'est donc pas en mesure de les apprécier". L'autorité préconise donc "que les effets éventuels sur les coûts de production des audits diligentés sur l'ensemble du parc nucléaire français ne soient évalués qu'à mesure qu'ils se matérialiseront dans les comptes d'EDF et qu'ils soient alors intégralement intégrés au prix de l'accès régulé à l'électricité nucléaire historique". Votée sous la pression de la Commission européenne, la loi Nome avait pour objectif de doper la concurrence sur le marché français de l'électricité. Pour rappel, réagissant à des informations révélant en mars dernier le souhait du groupe français EDF de voir augmenter les prix de l'électricité de plus de 5 % par an, le ministre de l'énergie, Eric Besson, a assuré que le gouvernement n'étudiait aucune hausse importante des tarifs et notamment que le prix de l'électricité n'augmenterait que légèrement cet été. "A l'été, pas avant l'été, il y aura une légère augmentation des tarifs de l'électricité. Légère, légère, rien à voir avec ce que vous évoquez", a dit Eric Besson lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. "Le gouvernement s'attachera à la protection du pouvoir d'achat des Français. Nous n'avons que deux préoccupations : la compétitivité de notre industrie, le pouvoir d'achat des Français", a-t-il ajouté. "Le gouvernement n'étudie aucune hausse importante des tarifs de l'électricité." L'EDF, contrôlée par l'Etat, voudrait que les pouvoirs publics décident d'augmentations annuelles du prix de l'électricité comprises entre 5,1 % et 6,5 % jusqu'en 2015, inflation comprise. Le quotidien, qui ne précise pas ses sources, relève que cela déboucherait sur une hausse totale d'environ 30 % en cinq ans, et marquerait une nette rupture avec les précédentes hausses décidées par l'Etat, oscillant depuis 2007 entre 1 et 3 %. Mais EDF a démenti mercredi, par la voix d'un porte-parole, avoir fait une demande formelle au gouvernement d'augmentation des tarifs de l'électricité sur cinq ans. La facture d'électricité des Français, qui est une des plus basses d'Europe, a augmenté de 3 % le 15 août 2010 et à nouveau de 3 % au 1er janvier 2011. De nouvelles hausses de prix ont d'ores et déjà été annoncées pour assurer le développement des énergies renouvelables, en particulier de l'énergie solaire, financées par une taxe sur l'électricité (la contribution au service public de l'électricité).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.