Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merzak Allouache rebondit
Troisième festival international du film de Doha au Qatar
Publié dans Le Maghreb le 02 - 11 - 2011

Longtemps décrié après son flop télévisuel, "Babor Dzair ", le cinéaste Merzak Allouache vient de rebondir avec "Normal ", un film qui a triomphé au festival international de Doha-Tribeca. Cette œuvre sur la situation et surtout la désillusion de la jeunesse algérienne recevait en début de semaine soit à la clôture de ce rendez-vous cinématographique, le prix du meilleur long métrage arabe. La valeur de ce trophée dont il a grand besoin, est de 100.000 dollars ! C'est le cinéaste syrien Mohammed Malas, président du jury, qui lui a remis ce prix en égard à "la lutte du peuple syrien". Tout un symbole ! Selon le jury, ce film a été choisi "pour sa capacité à exprimer avec courage ce qui se passe dans les pays arabes et à dévoiler la répression". Le film évoque, à travers l'histoire d'un jeune cinéaste et de son épouse, la désillusion de la jeunesse algérienne, en butte à la bureaucratie et la corruption. Le prix du meilleur réalisateur arabe a été attribué à Roshdy Zem pour "Omar m'a tuer", titre emblématique et phrase célèbre de l'affaire Raddad, dans laquelle un jardinier marocain fut condamné en France pour le meurtre de sa patronne puis gracié après sept années de prison. Sorti dans les salles françaises en juin dernier, ce film coproduit par le Maroc et la France vient d'être désigné par le Centre cinématographique marocain pour postuler aux sélections des meilleurs longs métrages en langue étrangère aux Oscars 2012. Selon Relax News, la sélection des cinq films sera dévoilée le 24 janvier prochain. La 84e Cérémonie des Oscars se tiendra le 26 février prochain. Une performance pour Rachid Bouchareb (producteur de ce film) qui a déjà présenté lors de la dernière édition, son ambigu, " Hors-la-loi " qui représentait alors l'Algérie. Le prix du meilleur documentaire arabe est allé à "La Vierge, les Coptes et Moi" du réalisateur franco-égyptien Namir Abdel Messeeh. Le prix du meilleur réalisateur de documentaire arabe est allé à la Libanaise Rania Stephan pour "Les trois disparitions de Souad Hosni", un hommage à l'actrice égyptienne tragiquement disparue en 2001. Ouvert mardi dernier, ce festival s'était amorcé avec " Or noir " du réalisateur français Jean-Jacques Annaud, en partie tourné au Qatar, qui raconte la saga de la découverte du pétrole. Plusieurs stars étaient présentes au cours de ce festival, dont Antonio Banderas, qui a jouté dans "Or Noir", ainsi que Freida Pinto et Omar Sharif. Le festival de Tribeca, fondé par Robert De Niro pour revitaliser la vie culturelle à Manhattan après les attaques du 11 Septembre, a organisé l'édition de Doha pour la troisième année consécutive, avec les autorités du Qatar. Le Qatar dépense sans compter pour s'imposer comme un pôle culturel dans le Golfe, où les festivals de cinéma se font concurrence : celui d'Abou Dhabi s'est achevé le 21 octobre alors que celui de Dubaï doit se tenir du 7 au 14 décembre. Les festivals du Golfe se sont imposés cette année parmi les principaux festivals du monde arabe, ceux plus établis du Caire et de Damas ayant été annulés en raison des bouleversements dans ces pays.
"Harragas ", Palmier d'or en 2009
D'une actualité brûlante non seulement ici mais dans tout le continent africain, " Harragas " de Merzak Allouache avait remporté en 2009 le Palmier d'Or à la 30e édition de la Mostra de Valence (Espagne) consacrée au cinéma méditerranéen. Le réalisateur du mémorable " Omar Guatlatou " empochait à la faveur d'une réception, un chèque de 40.000 euros dont est doté ce trophée. " Harragas " ou les brûleurs, était en compétition aux côtés de plus de 12 films de 13 pays méditerranéens. Déjà très bien accueilli par le public lors de sa projection, ce film raconte l'odyssée de la traversée clandestine de la Méditerranée d'un groupe de jeunes à bord d'une pastera avec l'espoir d'atteindre les côtes espagnoles, à partir d'une vision collective et austère proche du documentaire. "J'ai voulu parler d'un phénomène général, un drame qui touche beaucoup les jeunes des pays du Maghreb et de l'Afrique subsaharienne. Je ne parle pas des motivations de la traversée mais de la traversée elle-même", avait-il souligné lors d'une conférence de presse, en présence des protagonistes de son film. Encore tout neuf, "Harragas " de Merzak Allouache qui venait à peine d'être mis en boite, participait à la 66ème édition du festival de la Mostra de Venise qui avait eu lieu le 12 septembre dernier. Ce long métrage tourné en grande partie en Algérie, ne sortira apparemment pas de sitôt en salle, puisque comme le veut la tradition, il fera le tour de quelques festivals du monde. " Harragas " ou "brûleurs ", ces jeunes qui flambent leur vie après tout pas si amusante que ça, commence à être l'un des thèmes qu'explorent de plus en plus écrivains, journalistes et cinéastes, mais sans pour autant proposer de façon concrète des solutions, à ces nouveaux " boat people". Tous, s'en tiennent à l'observation, au sentimentalisme et à une narration simple des faits. Après son flop de téléfilm, " Babor Dzair " à propos duquel un réalisateur algérien a dit qu'avec "une caméra de surveillance on aurait fait beaucoup mieux", Allouache revient sur un sujet certes très actuel mais encore abordé de façon frileuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.