Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Grand prix Assia-Djebar du roman: 29 titres retenus par le jury    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Le RND affiche son total soutien    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le DG de l'ALECSO salue la proposition de l'Algérie concernant le plan arabe d'éducation en temps de crises    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les cures de sable n'ont plus cours
Biskra
Publié dans Le Maghreb le 31 - 07 - 2007

Au sud du massif des Aurès, Biskra est l'une des plus belles oasis d'Algérie, vu ses palmeraies, ses mosquées, ses dunes de sable blanc et ses centres. En effet, les cures de sable ont disparu de la région de Biskra comme si elles n'avaient jamais existé.
L'oasis de Aïn Benoui était le lieu de prédilection des curistes du sable qui y affluaient des quatre coins du pays attirés par l'espoir de se soulager des maladies chroniques en enfouissant les parties malades de leurs corps sous le sable ardent du Sahara.
Des foules d'hommes et de femmes de tout âge envahissant à chaque été cette localité, les Ziban n'ont conservé cette année aucune trace même pas celles de leurs pas de la saison passée, effacées aussitôt par les ondulations incessantes des dunes.
Pourtant, au cours des dernières années, les premières chaleurs estivales drainaient vers Biskra des milliers de personnes convaincues des effets thérapeutiques des cures d'ensablement contre, notamment certaines maladies dermiques, les lombalgies (mal de dos) et les rhumatismes.
La technique de la cure consistait à enfouir la partie souffrante du corps sous le sable pendant 10 à 30 minutes selon la capacité du concerné à tolérer la chaleur. La séance était répétée plusieurs fois par jour et pendant une semaine et même plus. Le service était assuré par des hommes jouissant d'une bonne corpulence et d'une expérience dans la pratique de cette forme de médication populaire.
La plupart de ces hommes venaient de la commune d'El Hadjeb dont dépend la localité de Ain Benoui, toute proche de Biskra, en empruntant la RN 3 qui mène vers les autres wilayas du sud et de l'extrême sud-est.
Cette année, cet oasis située à une dizaine de kilomètres de la ville de Biskra est un désert trop silencieux. Les échoppes de fortune érigées par des commerçants pour "le business" saisonnier avec les curistes se sont comme évaporées.
La plaque placée sur la RN-46 pour indiquer aux automobilistes l'emplacement de Aïn Benoui a soudainement...disparu. Selon le président de l'Assemblée populaire communale d'El Hadjeb, les dramatiques incidents liés à l'usage de cette médication ont poussé les autorités publiques à proclamer l'interdiction catégorique de ces cures assortie de sanctions coercitives contre les contrevenants.
De leur côté, les autorités sanitaires ont lancé, à l'époque, des avis mettant en garde contre les risques encourus par les personnes s'adonnant à cette "pseudo-thérapie" qualifiée de "primitive" et de "dépourvue d'effet curatif". Pour rappel, 21 personnes avaient trouvé la mort pendant la pratique de ces cures durant l'été 1999 et quatre autres durant la saison estivale de l'année passée (2006).
Parmi les victimes, certaines étaient mortes de coups de soleil (insolation), alors que d'autres souffraient déjà de problèmes cardiovasculaires ou respiratoires. Sur l'économie locale, l'effet du désintérêt pour ces cures s'est fait rudement sentir.
Les ménages, qui tiraient une partie substantielle de leurs revenus des activités commerciales et de services gravitant autour de cette médication populaire, ont été obligées..."d'aller voir ailleurs". Pour les responsables locaux, l'oasis de Aïn Benoui n'a pas perdu pour autant tout son attrait et reste susceptible d'attirer des investissements touristiques qui mettraient en valeur ses étendues dorées de sable, couvrant les piémonts des majestueux massifs de l'Atlas saharien, lesquelles intéresseraient un jour un opérateur, ou pourquoi pas des opérateurs pour s'y installer là où les curistes prenaient place, défiant la nature et attendant de guérir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.