Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise du lait refait surface
La colère gagne de nouveau les producteurs privés
Publié dans Le Maghreb le 01 - 08 - 2007

Après une stabilité, quoique précaire et qui a duré quelques semaines seulement, les perturbations, qui caractérisent le marché du lait, risquent d'enregistrer de nouveaux rebondissements dans les jours à venir.
Les producteurs privés, en effet, s'apprêtent à revenir à la charge en brandissant à nouveau la menace de grève suite aux difficultés qui ont repris le dessus. Ces derniers jours, lors d'une réunion de la Confédération algérienne du patronat (CAP) à laquelle ils sont affiliés, tenue avant-hier, les propriétaires des laiteries privées se sont donnés un délai d'une semaine pour suspendre la production si la situation actuelle continue à persister. Selon le communiqué émanant de la Confédération, la réapparition du vent de contestation parmi les producteurs privés de lait est due aux nouvelles flambées que la poudre de lait vient d'enregistrer à nouveau sur le marché mondial. Selon l'organisation patronale, le prix de cette matière première a atteint ces derniers jours les 420 dinars le kilogramme sur le marché local, tandis que sur le marché international la tonne de poudre dépasse la barre des 570 dollars. De ce fait, les producteurs privés protestent contre la subvention promise par l'Etat et qui tarde encore à se concrétiser. Les retards touchent notamment les subventions concernant la production des mois de juin et juillet, selon la confédération. Pour les trois premiers mois, mars, avril et mai, l'Etat a remboursé les producteurs privés à hauteur de 15 dinars pour chaque litre de lait produit. Dans la loi de finances complémentaire pour l'année 2007, le département de Karim Djoudi, rappelle-t-on, a procédé, à l'effet d'un réajustement budgétaire, à la mobilisation de quelque 43 milliards de dinars destinés à la couverture de charges supplémentaires dont la subvention et l'appui des producteurs de lait. Dans leur récente déclaration, les responsables du ministère des Finances ont expliqué que le retard pris par le transfert des subventions n'est qu'une question technique relative à l'étude des dossiers avant le versement des sommes définies pour chaque producteur. En tout cas, cette crise, qui persiste depuis le mois de mars dernier, a fini par affecter, en plus du lait pasteurisé, la production des produits laitiers dérivés. C'est ainsi que des produits comme des fromages constamment touchés par des pénuries et des augmentations des prix.
Ces produits ont commencé à manquer avec la rupture du cycle de production au niveau des unités du groupe public Giplait qui, durant plusieurs semaines, se sont consacrées exclusivement à la production du lait pasteurisé. Le lait en poudre, sur lequel les ménages se sont rabattus ces derniers temps, a connu, à son tour, d'exceptionnelles hausses de prix et ceci n'a pas manqué de se répercuter lourdement sur le pouvoir d'achat des familles algériennes, particulièrement celles ayant un faible revenu.
Une boîte de lait en poudre dépasse, ainsi, le seuil des 200 dinars sur le marché de détail. D'ailleurs, la CAP vient de mettre au point une étude sur le pouvoir d'achat en estimant qu'une famille de cinq membres dépense mensuellement 2 000 dinars au minimum dans la consommation du lait et du pain.
Depuis que les flambées des prix ont commencé à toucher la fameuse poudre sur le marché mondial, la facture d'importation des produits laitiers de l'Algérie ne fait que s'alourdir dépassant le cap des 80 milliards de dollars en l'espace de quelques mois seulement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.