TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED (ALGER) : Lourde peine pour le journaliste Khaled Drarni    ACCIDENT SPECTACULAIRE DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : Six blessés dont 2 dans un état grave à Fornaka    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de drogues à Saint Pierre    Le président Tebboune reçoit le ministre espagnol de l'Intérieur    M.Tebboune exige de profondes réformes des œuvres universitaires et l'ouverture du cursus post graduation    Oran: soulagement des cafetiers et restaurateurs à la veille de la reprise graduelle    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Démission de la ministre de l'Information libanaise    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    D'anciens responsables de la gendarmerie arrêtés    Véhicules neufs: présentation avant la fin de semaine du nouveau cahier des charges    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Les détails de la réouverture    Le professeur Belhocine appelle à la vigilance    Les révélations glaçantes de sa famille    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Une "bande criminelle" démantelée    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Aéroport de Francfort : 3000 à 4000 emplois supprimés    Sahara Occidental occupé : L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la francophonie à Dakhla    La presse, le pouvoir et l'argent    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Protocole d'entente algéro-américain sur la protection des biens culturels : Préservation commune du patrimoine    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise du lait refait surface
La colère gagne de nouveau les producteurs privés
Publié dans Le Maghreb le 01 - 08 - 2007

Après une stabilité, quoique précaire et qui a duré quelques semaines seulement, les perturbations, qui caractérisent le marché du lait, risquent d'enregistrer de nouveaux rebondissements dans les jours à venir.
Les producteurs privés, en effet, s'apprêtent à revenir à la charge en brandissant à nouveau la menace de grève suite aux difficultés qui ont repris le dessus. Ces derniers jours, lors d'une réunion de la Confédération algérienne du patronat (CAP) à laquelle ils sont affiliés, tenue avant-hier, les propriétaires des laiteries privées se sont donnés un délai d'une semaine pour suspendre la production si la situation actuelle continue à persister. Selon le communiqué émanant de la Confédération, la réapparition du vent de contestation parmi les producteurs privés de lait est due aux nouvelles flambées que la poudre de lait vient d'enregistrer à nouveau sur le marché mondial. Selon l'organisation patronale, le prix de cette matière première a atteint ces derniers jours les 420 dinars le kilogramme sur le marché local, tandis que sur le marché international la tonne de poudre dépasse la barre des 570 dollars. De ce fait, les producteurs privés protestent contre la subvention promise par l'Etat et qui tarde encore à se concrétiser. Les retards touchent notamment les subventions concernant la production des mois de juin et juillet, selon la confédération. Pour les trois premiers mois, mars, avril et mai, l'Etat a remboursé les producteurs privés à hauteur de 15 dinars pour chaque litre de lait produit. Dans la loi de finances complémentaire pour l'année 2007, le département de Karim Djoudi, rappelle-t-on, a procédé, à l'effet d'un réajustement budgétaire, à la mobilisation de quelque 43 milliards de dinars destinés à la couverture de charges supplémentaires dont la subvention et l'appui des producteurs de lait. Dans leur récente déclaration, les responsables du ministère des Finances ont expliqué que le retard pris par le transfert des subventions n'est qu'une question technique relative à l'étude des dossiers avant le versement des sommes définies pour chaque producteur. En tout cas, cette crise, qui persiste depuis le mois de mars dernier, a fini par affecter, en plus du lait pasteurisé, la production des produits laitiers dérivés. C'est ainsi que des produits comme des fromages constamment touchés par des pénuries et des augmentations des prix.
Ces produits ont commencé à manquer avec la rupture du cycle de production au niveau des unités du groupe public Giplait qui, durant plusieurs semaines, se sont consacrées exclusivement à la production du lait pasteurisé. Le lait en poudre, sur lequel les ménages se sont rabattus ces derniers temps, a connu, à son tour, d'exceptionnelles hausses de prix et ceci n'a pas manqué de se répercuter lourdement sur le pouvoir d'achat des familles algériennes, particulièrement celles ayant un faible revenu.
Une boîte de lait en poudre dépasse, ainsi, le seuil des 200 dinars sur le marché de détail. D'ailleurs, la CAP vient de mettre au point une étude sur le pouvoir d'achat en estimant qu'une famille de cinq membres dépense mensuellement 2 000 dinars au minimum dans la consommation du lait et du pain.
Depuis que les flambées des prix ont commencé à toucher la fameuse poudre sur le marché mondial, la facture d'importation des produits laitiers de l'Algérie ne fait que s'alourdir dépassant le cap des 80 milliards de dollars en l'espace de quelques mois seulement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.