Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc : Le Royaume dispose de 50 milliards de barils des réserves en schistes bitumineux
Publié dans Le Maghreb le 11 - 04 - 2013

Dans un récent entretien publié par le quotidien francophone "Le Matin", la directrice générale de l'Office marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, a annoncé que le Maroc se place au 6e rang mondial en disposant de 50 milliards de barils des réserves en schistes bitumineux.
Elle a précisé que le Maroc n'est pas encore arrivé à la phase d'exploitation industrielle, à cause de la caractéristique des schistes bitumineux et leur complexité en termes de valorisation.
"L'ONHYM a mis en place depuis 2005 une stratégie pour le développement des schistes bitumineux axée principalement sur le partenariat avec les sociétés pétrolières et les sociétés détentrices de procédés", a noté Amina Benkhadra, rappelant qu'entre 2006 et 2007, la compagnie britannique Shell a fait des essais, mais ils n'ont pas mûri sur le plan industriel, ajoutant qu'aujourd'hui, "trois sociétés dans la région de Tarfaya (sud du Maroc) vont faire des essais pilotes pour tester les résultats obtenus, alors que l'ONHYM entretient des négociations avec deux partenaires sur Timehdit pour leur accorder des zones où ils vont faire également des essais". "Nous allons développer la production électrique à partir des schistes bitumineux avec une première centrale-pilote qui nous permettra d'évaluer les paramètres techniques et économiques de l'utilisation de ces schistes", a souligné Mme Benkhadra.
Pour les gaz de schistes, le Maroc est au début du processus, a-t-elle expliqué. "On a signé des accords avec trois sociétés qui ont des autorisations de reconnaissance".
Dans cette phase d'exploration, certains partenaires vont faire des forages et ils peuvent à travers l'analyse des premières couches (300 m) obtenir des informations concrètes", a-t-elle ajouté. D'après des connaissances géologiques, le Maroc posséderait des gisements potentiellement importants. Les principaux gisements sont le gisement de Timehdit qui se situe dans la chaîne du Moyen Atlas à une altitude variant entre 1700 m et 2300 m. il est localisé à 240 km environ à l'est / sud-est de Rabat et à 35 km au Sud d'Azrou (Centre du Maroc).
Les 76 sondages carottés exécutés sur le gisement de Timehdit ont permis de déterminer des réserves qui s'élèvent à 42 milliards de tonnes de schistes bitumineux avec une teneur moyenne de 61.5 l/t, soit 15 milliards de barils d'huile en place. Le deuxième gisement est celui de Tarfaya qui s'étend sur une superficie d'environ 2500 km² à l'est de la ville de Tarfaya, le long de la côte atlantique, à 1200 km au sud de Rabat. La série de roches bitumineuses est composée d'une alternance de niveaux sombres et clairs de calcaires crayeux.
Quelque 137 sondages au total ont été exécutés sur le gisement de Tarfaya. Les réserves sont estimées à 80 milliards de tonnes de schistes bitumineux renfermant 22 milliards de barils d'huile en place.
Par ailleurs, le bloc Doukkala (Centre du pays), qui couvre 1.997 km² le long de la côte Atlantique, à environ 125 km de Casablanca (80 km au sud-ouest de Rabat), a été attribué à la compagnie canadienne East West Petroleum à hauteur de 75%, le solde des participations revenant à la compagnie marocaine ONHYM.
Dans les domaines des hydrocarbures, la responsable a annoncé que l'Office a des accords avec 31 sociétés, soit à travers des contrats de reconnaissance soit des permis d'exploration. "Le Maroc dispose d'un potentiel, où des découvertes de gaz ont été faites au large de Tanger-Larache (Nord) et à l'est du pays", a conclu Mme Benkhadra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.