Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Tebboune accuse !    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    La drôle de démarche d'un syndicat    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Libye dans l'impasse face au regain des violences à Tripoli et Benghazi
Publié dans Le Maghreb le 01 - 12 - 2014

La Libye est en proie à un regain des violences notamment autour de la capitale Tripoli, où des raids aériens ont visé ces derniers jours l'aéroport de Mitiga, soulevant les inquiétudes de la communauté internationale qui a appelé à une solution politique.
Trois ans après la chute du régime de Maâmmar El-Gueddafi en 2011 à l'issue d'un conflit de huit mois, les différentes milices l'ayant combattu imposent leur loi dans le pays plongé dans le chaos, et les autorités de transition n'ont pas réussi à former une armée et à asseoir leur autorité. Mardi, un nouveau raid aérien a visé l'aéroport de Mitiga, le seul en service à Tripoli, quelques heures seulement après une première attaque revendiquée par les forces loyales au général Haftar et au gouvernement reconnu par la communauté internationale. Selon une source à l'aéroport, le raid n'a pas causé de dégâts à l'infrastructure de l'aéroport, mais une maison à proximité a été gravement endommagée. Aucune victime n'a été signalée.
Contrôlée par les milices de "Fajr Libya", une coalition hétéroclite, la base militaire de Mitiga, dans l'est de la capitale, a été ouverte au trafic civil après que l'aéroport international a été gravement endommagé par les combats entre milices l'été dernier. Seules les compagnies libyennes y opèrent.

La Libye livrée aux milices
Tripoli est tombée en août aux mains de "Fajr Libya" qui en a chassé les milices rivales de Zentan qui à leur tour ont pris le contrôle de la localité de Kekla, une petite ville située à 120 km au sud-ouest de Tripoli, après plus d'un mois de combats meurtriers contre les éléments de Fajr Libya. Après s'être emparé de la capitale, Fajr Libya y a installé un gouvernement parallèle et a élargi ses opérations à l'ouest de la capitale. Les forces de Zentan avaient reçu il y a quelques semaines le soutien du gouvernement d'Abdallah al-Theni, qui affirmait que cette offensive sur Kekla était placée sous "commandement de l'armée" et visait à terme à "libérer Tripoli".
Ainsi, l'armée nationale libyenne a affiché sa détermination à reprendre Tripoli, appelant les populations à rester loin des cibles militaires qu'elle va attaquer au cours de l'opération de libération de la capitale.
Samedi, l'armée libyenne a déclaré que l'opération visant à reprendre Tripoli avait déjà commencé. Elle a mené récemment plusieurs batailles pour reprendre le contrôle de villes et villages perdus. Au cours des deux dernières semaines, de violents combats ont eu lieu à Benghazi (est), faisant au moins 356 morts.
Face aux violences, le gouvernement et le Parlement reconnus par la communauté internationale ont dû fuir dans l'est du pays. Le Premier ministre libyen al-Theni avait exprimé sa disposition au dialogue, mais à condition que ses rivaux reconnaissent la légitimité du parlement issu des élections de juin et de son gouvernement et se retirent de la capitale pour permettre le retour de son cabinet.

Inquiète, l'ONU appelle à la fin des hostilités
Face à la poursuite des violences en Libye, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit préoccupé par "la récente escalade de la violence en Libye, notamment après les frappes aériennes à Tripoli et à Benghazi et dans les montagnes de Nafousa dans l'ouest du pays", a indiqué son porte-parole dans un communiqué de presse.
M. Ban a appelé "toutes les parties prenantes à mettre fin à ces attaques et à prévenir toute nouvelle escalade", se disant convaincu que "la seule façon de résoudre la crise actuelle est par le dialogue".
Il a exprimé sa confiance en son représentant spécial, Bernardino Leon. Ce dernier avait appelé le chef du gouvernement reconnu par la communauté internationale, Abdallah al-Theni au dialogue avec ses rivaux. Mercredi lors d'une visite à Alger, le ministre britannique chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Tobbias Ellwood, a indiqué que son pays et l'Algérie étaient pour une "solution politique" à la crise en Libye. De son côté, l'ambassadeur américain à Alger, Mme Joan A. Polaschik a souligné la veille qu'"il n'y a pas de solution militaire à la question libyenne", affirmant dans ce contexte l'engagement des Etats Unis en faveur d'une solution politique à la crise qui secoue ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.