Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    La loi sur l'investissement dynamisera davantage la diversification économique    "Tels des esprits affables qui murmurent", Smaïl Yabrir signe son premier recueil de nouvelles    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Real : Eden Hazard ne lâche pas l'affaire    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Nouveau code de l'investissement: Les délais de traitement des dossiers considérablement réduits    Voirie, réfection des trottoirs, éclairage public...: Opération d'aménagement sur l'axe de Ras El-Aïn    Es-Senia: Aménagement et embellissement extérieur à la zone d'activité    Pour accompagner les hôtes d'Oran aux Iles Habibas: Une soixantaine de jeunes en formation de guides touristiques    Une coopération heureuse et profitable    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Nora, Saliha et les harkis    Tirage au sort jeudi en ligne    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    La méthode Ankara    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    La gauche tente de nouveaux visages    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    31 décès et 1.511 blessés en une semaine    Les raisons de l'union patronale    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UE rêve du gaz iranien pour briser sa dépendance face à Moscou
Publié dans Le Maghreb le 04 - 05 - 2015

Avec la perspective d'un accord sur le nucléaire qui ouvrira la voie à une levée des sanctions contre Téhéran, les Européens se prennent à rêver au gaz iranien pour diversifier et sécuriser leurs approvisionne-ments face à la Russie, même si les experts préviennent que cela prendra beaucoup de temps.
L'Union européenne mise sur le Corridor Sud, un ensemble de gazoducs construits pour approvisionner les pays du sud de l'Union européenne, via la Turquie en gaz tiré des gisements d'Azerbaïdjan et d'autres pays du Moyen-Orient dont l'Iran.
C'est une de nos priorités, a rappelé mercredi le commissaire à l'Energie Miguel Arias Canete lors d'une réunion avec les ministres européens à Riga. Opérationnel en 2019, il devrait dans un premier temps acheminer 10 milliards de m3 de gaz par an vers la Bulgarie et la Grèce. Ce ne sera pas suffisant, reconnaît la Commission. Mais avec le gaz iranien une fois l'embargo international levé, la capacité peut être portée à 40 milliards de m3 de gaz par an et là ça devient conséquent, a confié vendredi un responsable européen. L'Europe cherche désespérément à diversifier ses sources, ses fournisseurs et ses routes d'approvisionnement.
Elle a importé 53% de sa consommation de gaz en 2014 pour un coût de 400 milliards d'euros. Elle achète 125 milliards de m3 par an au seul groupe russe Gazprom, dont la moitié est acheminée via les gazoducs de l'Ukraine, ce qui assure une source de revenus à ce pays.
Mais le transit par l'Ukraine est devenu de plus en plus aléatoire en raison des incessants contentieux financiers entre Gazprom et Naftogaz, la compagnie ukrainienne. Le conflit meurtrier dans l'est du pays a encore aggravé les tensions.
Le patron de Gazprom, Alexei Miller, menace de mettre fin au transit par l'Ukraine en 2019. Il misait sur le projet de gazoduc South Stream vers la Bulgarie, en passant sous la Mer Noire, pour contourner le pays. Mais ce projet a été abandonné, car Gazprom a refusé de se plier aux règles de la concurrence et des marchés publics de l'UE.

Pas tout miser sur l'Iran
Turkish Stream, lancé en décembre 2014 par le président russe Vladimir Poutine, doit le remplacer, avec une capacité annoncée de 63 milliards de m3. Soit exactement les volumes de gaz russe transitant chaque année par l'Ukraine. La livraison se fera en Turquie, à charge pour les Européens de construire les infrastructures pour acheminer leurs achats depuis ce pays.
La course est désormais engagée entre les deux gazoducs. La partie russe est convaincue que le projet européen ne sera jamais viable faute de gaz à acheminer.
L'UE veut se persuader que Turkish Stream ne verra jamais le jour. La Grèce s'est dite intéressée, mais rien n'a encore été signé, aucun contrat n'a été conclu, a commenté un porte-parole de la Commission européenne. Les investissements nécessaires seront considérables, a confié un responsable européen.
L'UE doit toutefois éviter de trop rêver au gaz iranien, avertissent les experts. L'Iran est évidemment une alternative, mais les Européens doivent éviter de mettre tous leurs œufs dans un même panier, met en garde Judy Dempsey, du groupe de réflexion Carnegie Europe.
Selon elle, l'Iran ne sera pas en mesure de satisfaire la totalité de besoins de l'UE. Cela va prendre beaucoup de temps avant que l'Iran ne puisse devenir une alternative solide à Gazprom et le gaz russe restera longtemps meilleur marché, estime pour sa part Daniel Gros, du Centre d'études de politiques européennes (CEPS).
Il n'est pas question d'abandonner le gaz russe, a reconnu le responsable européen. Mais la Norvège est au maximum de ses capacités. Quant à l'Algérie, riche en gaz, le cadre pour les investissements, notamment la fiscalité, pose problèmes, souligne-t-il.
La source de diversification majeure est le gaz naturel liquéfié, précise-t-il. Mais son prix restera toujours plus élevé que celui du gaz naturel russe, avertissent les experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.