Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les négociateurs laissent la porte ouverte jusqu'au 7 juillet: Le chef de l'AIEA à Téhéran aujourd'hui
Publié dans Le Maghreb le 02 - 07 - 2015

Le chef de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) Yukiya Amano doit se rendre aujourd'hui à Téhéran, au moment où les grandes puissances et l'Iran tentent de conclure à Vienne un accord historique sur le nucléaire iranien, a-t-on appris hier de sources diplomatiques.
L'AIEA est appelée à jouer un rôle majeur de contrôle et de vérification en cas d'accord entre Téhéran et les grandes puissances. Cet accord verrait le programme nucléaire iranien placé sous étroit contrôle international, en échange d'une levée des sanctions contre Téhéran.
M. Amano a quitté Vienne hier et aura des entretiens aujourd'hui avec les autorités iraniennes, selon ces sources diplomatiques proches des négociations. Le diplomate japonais aura des entretiens avec le président Hassan Rohani et le président du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Shamkhani, a indiqué de son côté l'agence iranienne Irna. M. Amano a été invité pour discuter notamment des activités passées, autrement dit la PMD (possible dimension militaire) du programme nucléaire iranien, a précisé Irna.
La PMD est un des aspects les plus délicats des négociations. L'AIEA soupçonne Téhéran d'avoir mené des recherches au moins jusqu'en 2003 pour se doter de la bombe atomique, et cherche à avoir accès aux scientifiques impliqués, ainsi qu'aux documents et sites qui pourraient avoir abrité ces recherches.
Téhéran a toujours démenti avoir voulu ou vouloir se constituer un arsenal militaire nucléaire, affirmant que les documents sur lesquels se base l'AIEA sont des faux. Le but du voyage de M. Amano est de parler des activités passées et d'entendre les propositions iraniennes pour résoudre les différends, a ajouté Irna, citant une source proche des négociations.

Jusqu'au 7 juillet
Les grandes puissances et l'Iran, engagés à Vienne dans des négociations incroyablement complexes, ont laissé la porte ouverte jusqu'au 7 juillet au moins pour parvenir à un accord historique sur le nucléaire iranien. Un temps espéré pour le 30 juin, ce compromis historique encore introuvable bien qu'à portée de main, selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, fait l'objet d'un marathon diplomatique depuis plus de vingt mois. Les discussions sans précédent entre Téhéran et le P5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, et Allemagne) ont donné lieu en novembre 2013 à un accord intérimaire, renouvelé deux fois, et servant de cadre aux discussions.
Ce Plan d'action conjoint, qui permet une suspension partielle des sanctions internationales contre l'Iran, en échange du gel d'une partie de son programme nucléaire, expirait le 30 juin au soir. Les pays du 5+1 et l'Iran ont décidé de prolonger jusqu'au 7 juillet les mesures prises dans le cadre du Plan d'action conjoint afin de donner plus de temps aux négociations pour parvenir à une solution à long terme dans le dossier nucléaire iranien, a déclaré mardi une porte-parole américaine à Vienne, officialisant la prolongation des négociations. Cette dernière ne signifie pas nécessairement que les négociations se prolongeront jusqu'au 7 juillet, ni qu'elles s'achèveront le 7, a précisé la porte-parole, Marie Harf. Un peu auparavant, l'Union européenne avait aussi annoncé qu'elle prolongeait d'une semaine le gel de certaines de ses sanctions contre l'Iran afin de donner plus de temps aux négociations.

Reprise du ballet diplomatique viennois
La communauté internationale veut s'assurer que le programme nucléaire iranien, révélé au début des années 2000, est à vocation strictement civile et que Téhéran ne cherche pas à se doter de la bombe atomique, en échange d'une levée des sanctions internationales qui étranglent son économie. Mais, après plus de vingt moins de tractations, les négociateurs butent toujours sur des points cruciaux. Les bilatérales et entretiens croisés ont repris mardi suivant une orchestration désormais coutumière. Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, revenu mardi à Vienne après avoir consulté pendant 24 heures à Téhéran, s'est longuement entretenu avec son homologue américain John Kerry. Il a également rencontré Yukiya Amano, le chef de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), appelée à jouer un rôle crucial de vérification en cas d'accord. M. Zarif a aussi vu son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier et devait s'entretenir avec Sergueï Lavrov, arrivé mardi dans la capitale autrichienne. Les négociations sont arrivées à un point sensible. Le seul accord que la nation iranienne acceptera est un accord juste, équilibré (respectant) la grandeur nationale et les droits du peuple iranien, avait déclaré M. Zarif dans la matinée.
Toujours les mêmes points de blocage
Les discussions avancent lentement, a reconnu mardi une source iranienne. L'inspection des sites suspects iraniens par l'AIEA constitue un des points cruciaux de la négociation. L'agence a certes déjà accès aux sites nucléaires iraniens déclarés, mais voudrait avoir la possibilité d'élargir son périmètre d'inspections, y compris à des sites militaires. Une demande à laquelle le Guide suprême iranien Ali Khamenei, décisionnaire ultime sur le dossier nucléaire, s'est catégoriquement opposée à plusieurs reprises. D'autres questions clés restent à régler, comme la durée d'un accord. La communauté internationale veut brider le programme nucléaire iranien pendant au moins dix ans, mais l'ayatollah Khamenei s'est élevé la semaine dernière contre une limitation trop longue dans le temps des capacités iraniennes.
La levée des sanctions constitue aussi un nœud de première importance, Téhéran souhaitant des mesures immédiates, quand le P5+1 veut une levée progressive et sous condition de ces sanctions. Un accord définitif aurait des répercussions internationales importantes, ouvrant la voie à un rapprochement déjà entamé entre les Etats-Unis et l'Iran, et marquerait le retour de la République islamique chiite sur les scènes régionale et internationale. Au grand dam d'Israël et des régimes sunnites de la région. Un accord serait une énorme erreur, a lancé mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. C'est un danger. Un danger pour Israël, pour l'Italie, pour l'Europe, pour les Etats-Unis, pour le monde, a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.