POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amérique latine : Le Venezuela et le Guyana au bord du conflit armé
Publié dans Le Maghreb le 29 - 09 - 2015

Après des mois de très vives tensions qui ont abouti au déploiement de milliers de militaires de chaque côté de la frontière la semaine dernière, le Venezuela et le Guyana voisin ont annoncé dimanche à New York la reprise de leurs relations diplomatiques.
Le litige concerne un territoire toujours en réclamation, l'"Esequibo". Cette zone-tampon de 160 000 km² entre le Guyana (800 000 habitants) et le Venezuela (31 millions d'habitants) a appartenu à l'ancienne colonie britannique jusqu'au traité de Genève de 1966. Depuis cette date, l'ONU estime que l'Esequibo est officiellement "contrôlé" par le Guyana mais que "sa souveraineté est réclamée" par le Venezuela. Les deux pays ont depuis laissé la question en jachère, peu intéressés par cette immense parcelle de jungle inhospitalière qui recèle pourtant des trésors de minéraux, du pétrole à l'or en passant par les diamants, l'aluminium ou encore le coltan. Mais l'ambition d'ExxonMobil a changé la donne. En mai, la firme pétrolière américaine a annoncé avoir commencé à exploiter un gisement d'or noir au cœur de l'Esequibo, réveillant un conflit vieux d'un demi-siècle.
La compagnie a obtenu le feu vert du nouveau président guyanais, David Granger, un conservateur qui a fait une partie de ses études militaires aux Etats-Unis. Traité de "laquais de l'empire" par son homologue vénézuélien Nicolas Maduro, il est très offensif sur la question depuis son élection en mai. David Granger a rapidement obtenu le soutien du président américain Barack Obama et des ex-colonies anglaises de la Caricom (Communauté des Caraïbes) et poursuit son offensive. Le 15 septembre, en pleine crise diplomatique, il a autorisé la canadienne Guyana Goldfields à démarrer l'exploitation d'une immense mine d'or dans l'Esequibo. La même semaine, le Guyana demandait à Google de "retirer de son système certaines zones de l'Esequibo qui apparaissent comme territoire vénézuélien".

Une épine dans le pied de Maduro
Isolé sur la scène internationale depuis le rapprochement de Cuba avec les Etats-Unis, affaibli par la crise inflationniste et la grave pénurie qui touche son pays, englué dans son discours anti-impérialiste, le socialiste Nicolas Maduro dit vouloir répondre aux "provocations" du Guyana par des "solutions diplomatiques exclusivement". David Granger a annoncé de son côté vouloir résoudre le conflit juridiquement, devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) qui siège à La Haye (Pays-Bas). La réunion bilatérale de ce dimanche à New York, en présence du secrétaire général de l'ONU Ban-Ki-Moon, n'a rien changé au discours du président guyanais.
"Dans le contexte actuel, la question de l'Esequibo est une épine dans le pied de Nicolas Maduro, qui a davantage à faire avec ses problèmes internes", assure l'analyste Rafael Macquae, tandis que certains médias internationaux comme CNN ou France Inter préfèrent laisser à penser que le "Goliath" vénézuélien chercherait "une bonne petite guerre pour sauver le régime". D'après William Farinas, président de la Commission de défense de l'Assemblée nationale vénézuélienne, "des gens semblent souhaiter que nous attaquions la plateforme d'Exxon" pour ensuite justifier une intervention des Etats-Unis, du Royaume- Uni ou des Casques bleus de l'ONU.
Nicolas Maduro a essayé d'invoquer depuis plusieurs mois "l'unité nationale" face aux prétentions du Guyana, mais les principaux leaders d'opposition ont délaissé la main tendue en assurant que le dauphin du défunt leader Hugo Chavez cherchait à utiliser politiquement la dispute territoriale en vue des législatives du 6 décembre, les plus importantes de l'histoire de la révolution vénézuélienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.