Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole finit en hausse à New York
Publié dans Le Maghreb le 30 - 01 - 2016

Les cours du pétrole ont nettement monté jeudi, poursuivant leur hausse du début de semaine, dans l'idée d'un accord entre Moscou et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour baisser leur production, même si beaucoup d'observateurs restaient sceptiques.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars a pris 92 cents à 33,22 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après avoir gagné quelque deux dollars lors des deux précédentes séances.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a avancé de 79 cents à 33,89 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), ralentissement toutefois nettement après avoir dépassé les 35 dollars.
"Je pense que tout se résume à ces gros titres selon lesquels un accord se prépare entre la Russie et l'Arabie saoudite et pourrait les conduire à réduire de 5% leur production", a mis en avant Bart Melek, de TD Securities. "Cela conduirait à un déficit de pétrole sur le marché au second semestre."
Alors que le marché avait récemment chuté au plus bas depuis 2003 face à l'absence de lueur d'espoir quant à la surabondance actuelle, la Russie a annoncé jeudi, par la voix de son ministre de l'Energie, être prête à discuter avec l'Opep d'une possible baisse de production, évoquant explicitement ce chiffre de 5%.
Le ministre, Alexander Novak, a précisé que les pays du cartel tablaient sur une réunion en février avec les pays extérieurs, auxquels appartient la Russie, mais les observateurs du marché restaient très prudents, en premier en ce qui concerne l'attitude du membre dominant de l'Opep, l'Arabie saoudite.
"Pour le moment, les ministres du pétrole de l'Opep n'ont pas été en mesure de confirmer cette réunion, dont la tenue dépendra peut-être de la motivation saoudienne à changer d'attitude", a prévenu Tim Evans, de Citi, tout en estimant que Ryad pourrait s'adoucir face au pas en avant de la Russie.

"Utopique"
Au-delà des spéculations sur l'attitude saoudienne, les analystes énuméraient surtout différents aspects actuels du marché qui laissent difficilement croire à une inflexion aussi marquée qu'une baisse de 5% de l'offre.
"Le fait que la production augmente en Irak et en Iran risque de bloquer tout accord", a ainsi estimé M. Evans. "Il faut aussi noter que la production russe a atteint en janvier un nouveau record à 10,89 millions de barils par jour (bj), ce qui témoigne de la résistance des producteurs extérieurs à l'Opep face au bas niveau des prix."
Aux Etats-Unis, troisième grand acteur du marché pétrolier avec l'Opep et la Russie, la production donne également peu de signe de déclin, même si elle vient d'enregistrer son premier recul hebdomadaire depuis près de deux mois.
"Même si on s'amuse autour de cette idée d'une baisse de 5%, la différence entre cette éventualité et la réalité d'un accord (...) dépasse l'entendement", a renchéri Matt Smith, de ClipperData.
"Dans le Golfe, les chargements dépassent actuellement de 7% leur niveau de janvier dernier, comme l'Iran et l'Arabie saoudite les accélèrent", a-t-il remarqué.
Pour Christopher Dembik, de Saxo Banque, les investisseurs ont surtout pris conscience que la récente chute des cours avait été trop rapide.
"Les rumeurs de la part de la Russie ont servi d'excuse pour un rééquilibrage", a-t-il ajouté, jugeant lui aussi "utopique" le scénario d'une réunion de tous les pays producteurs afin de débattre d'une baisse de 5% de la production.
"Il n'y a aucune chance pour que les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie Saoudite et l'Iran s'assoient autour d'une même table pour discuter des quotas", a-t-il insisté.
En Asie, les cours du pétrole repartaient à la baisse dans les échanges matinaux, assommés par le bond des stocks de brut américains, qui vient aggraver les inquiétudes sur l'excès de l'offre mondiale d'or noir.
Dans les échanges électroniques, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars cédait 41 cents, à 31,89 dollars, aux environs de 03h15 GMT.
Le baril de Brent de la mer du Nord, la référence européenne du brut, pour livraison à même échéance, reculait quant à lui de 33 cents, à 32,77 dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.