BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libération de Palmyre du joug terroriste : Amère est la pilule pour Obama et Cameron ?
Publié dans Le Maghreb le 29 - 03 - 2016

Des médias ont reproché à Barack Obama et à David Cameron leur silence radio au sujet de la libération de Palmyre par l'armée syrienne.
Ainsi, la Grande Bretagne aurait pris la décision de ne pas se prononcer au sujet de la libération de Palmyre par l'armée syrienne, considérée actuellement comme la plus grande défaite de Daech depuis deux ans, s'offusque le quotidien britannique The Independent.
"Lorsque des bourreaux noirs ont quitté Palmyre ce week-end, M. Obama et M. Cameron ont gardé le silence", lit-on dans l'article de Robert Fisk. Des terroristes de Daech ont effectué récemment une série d'attaques à Bruxelles faisant, selon un dernier bilan, 28 victimes et plus de 300 blessés de 20 nationalités, a rappelé M. Fisk.
"Ne devrions-nous pas applaudir la plus importante défaite militaire de l'histoire de Daech?", demande le journaliste.
En outre, M. Fisk estime que si les forces syriennes, avec l'aide des militaires russes, prennent la ville de Raqqa, "capitale" de Daech, l'Occident gardera de nouveau le silence.
"Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire quand j'ai lu que le commandement des Etats-Unis avait fait rapport de deux frappes aériennes sur les positions des terroristes de Daech aux alentours de Palmyre, dans les jours précédant sa libération. C'est tout ce que vous deviez savoir sur la +guerre américaine contre le terrorisme+. Ils voulaient détruire Daech mais pas autant que ça", écrit Robert Fisk.
D'après plusieurs médias internationaux, pour le gouvernement syrien, la libération de Palmyre a une signification à la fois symbolique et stratégique.
Selon le Washington Post, la victoire à la cité antique de Palmyre, site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, est un événement historique pour le président syrien Bachar el-Assad.
L'armée syrienne a "apparemment surmonté une guerre civile dévastatrice qui s'est transformée en un dangereux conflit médiatisé". L'article note également que la présence militaire russe a "considérablement affaibli les groupes terroristes et renforcé les positions de Bachar el-Assad". "Cette bataille a encore une fois démontré comment l'intervention russe a modifié la position de Bachar el-Assad", rapporte le New York Times. Les terroristes de Daech occupaient Palmyre, en mai l'an dernier, mais ont reculé grâce aux Forces armées syriennes et à l'aviation russe.
D'après le quotidien américain, cette victoire cruciale confirme que le gouvernement du président syrien joue un rôle clé dans la lutte contre l'Etat Islamique.
Avis partagé par le journal britannique The Gardian, selon qui la libération de Palmyre, accompagnée par les frappes aériennes intensives de l'aviation russe, "augmente considérablement le moral" tant à Damas qu'à Moscou.
"Pour Bachar el-Assad, la libération de Palmyre a une importance symbolique et stratégique. Maintenant, ses troupes occupent des positions plus avantageuses en vue d'une avancée sur la capitale terroriste de Raqqa", souligne l'hebdomadaire allemand Die Zeit.
Le chef de l'Observatoire syrien des droits Rami Abdel Rahmane a déclaré que pour les djihadistes, la libération de Palmyre était devenue le plus grand échec depuis 2013, alors qu'ils déclaraient l'établissement du califat. Ayant perdu Palmyre, les terroristes "perdront automatiquement le contrôle de l'énorme désert syrien", souligne Die Welt, citant Rami Abdel Rahmane.
Les médias allemands prêtent une attention particulière à la restauration de la cité antique. Le spécialiste allemand de l'histoire de l'art Horst Bredekamp a appelé à entamer dès que possible les travaux de restauration des monuments de Palmyre.
"L'art de la reconstruction doit triompher des actions destructrices des terroristes", a-t-il souligné dans un article publié dans Tagesspiegel.

Poutine félicite Assad
Lors d'une conversation téléphonique, le président russe a pointé l'importance de la cité antique pour le patrimoine mondial. Le président russe Vladimir Poutine a félicité son homologue syrien Bachar el-Assad pour la libération de Palmyre du joug terroriste, a fait savoir dimanche Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. "Lors d'une conversation avec le président syrien, Vladimir Poutine a félicité son homologue pour la libération de la ville de Palmyre par les militaires syriens, notant l'importance de la préservation de cette ville historique unique en son genre pour la culture mondiale", a indiqué M. Peskov. "M. Poutine a de nouveau souligné que malgré le retrait du gros du contingent militaire russe de Syrie, les forces armées russes continueraient de soutenir les autorités syriennes dans leur lutte contre le terrorisme et pour la libération de leur terre contre les groupes extrémistes", a ajouté le porte-parole.
Et de préciser que "M. Assad a hautement apprécié l'aide que les Forces aérospatiales russes avaient apportée (à son pays, ndlr) et a noté que les succès, telle la libération de Palmyre, auraient été impossibles sans le soutien russe".
"Selon M. Assad, il est absolument évident que la lutte est menée pour le pétrole, mais, comme il l'a fait remarquer, il y a beaucoup de brut, mais Palmyre est seule et unique", a confié M. Peskov.

Vers un démantèlement total de Daech
Le commandement de l'armée syrienne est enthousiaste comme il ne l'a jamais été.
La victoire des forces armées syriennes sur le groupe terroriste Etat islamique à Palmyre (Daech, EI) a jeté les bases d'un démantèlement total du groupe terroriste, a déclaré le commandement de l'armée syrienne.
"La victoire est un énorme coup dur pour l'EI. Elle permettra de briser l'esprit de combat des mercenaires et ouvrira la voie à un démantèlement total et au retrait des terroristes", lit-on dans la déclaration citée par l'agence nationale syrienne SANA.
L'armée syrienne, avec l'appui de ses amis et alliés, a prouvé à Palmyre qu'elle restait la seule force capable d'affronter efficacement et d'éliminer le terrorisme.
Plus tôt dans la journée, on annonçait que l'armée syrienne et les milices avaient repris le contrôle total de Palmyre après en avoir chassé les djihadistes du groupe Etat islamique qui tenaient cette ville antique du centre de la Syrie depuis près d'un an. Le déminage de la localité est en cours.
La ville de Palmyre, dont les vestiges sont classés patrimoine mondial par l'Unesco, a une importance aussi bien historique que stratégique. Un désert s'étend au nord et au nord-ouest de Palmyre. La reprise de la ville a privé Daech du contrôle de 20% des territoires occupés. Le commandement des forces armées syriennes pourra ainsi entamer une progression vers la ville de Raqqa, "capitale" de Daech, et procéder au déblocage de Deir ez-Zor, assiégée par les terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.