Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix de l'or noir : Le pétrole poursuit sa baisse en Asie
Publié dans Le Maghreb le 06 - 04 - 2016

Le pétrole poursuivait sa chute hier matin en Asie à mesure que s'amenuisaient les espoirs des marchés d'assister à un gel concerté de l'offre d'or noir.

Vers 03H30 GMT, le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai reculait de 15 cents à 35,55 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en juin cédait neuf cents, à 37,60 dollars. Les pays producteurs de brut --membres ou non de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep)-- doivent se réunir à Doha le 17 avril pour tenter de stabiliser la production et soutenir les prix du brut pilonnés par une surabondance de l'offre. En mars, les espoirs de voir cette réunion déboucher sur un gel de la production avaient poussé le baril à franchir le seuil des 40 dollars. Mais ces espoirs ont été douchés vendredi par l'Arabie saoudite, poids lourd de l'Opep, qui a dit que le royaume ne gèlerait le niveau de son offre que si les grands producteurs, en premier lieu l'Iran, faisaient de même. Le brut affronte des vents contraires, l'Arabie saoudite hésitant à s'engager sur un gel si l'Iran ne rejoint pas le camp du gel, a commenté Margaret Yang, analyste chez CMC Markets à Singapour. Cela assombrit les perspectives pour les investisseurs quant à ce qu'il faut attendre de la réunion de Doha. L'Iran ne veut pas limiter sa production au moment où il revient sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire. Il a annoncé dimanche que les exportations iraniennes avaient dépassé les deux millions de barils par jour. Les cours du brut ont plongé depuis juin 2014, quand le baril se négociait 100 dollars, à cause d'une offre excessive que ne parviennent plus à absorber des économies mondiales en plein ralentissement. La veille à la clôture, les cours du pétrole ont encore baissé à New York malgré des tentatives de stabilisation, dans un marché découragé par le manque de motivation manifesté par l'Arabie Saoudite, l'Iran et la Russie pour stabiliser une offre surabondante.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai a perdu 1,09 dollar à 35,70 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a perdu 98 cents à 37,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE). La baisse des cours, qui fait suite à une dégringolade vendredi, s'est accélérée en fin de séance, une fois enfoncé un niveau de résistance à 35,80 dollars identifié par Bill Baruch, chez iiTrader.com.
En cause: le pessimisme sur les résultats à attendre d'une réunion entre grands pays producteurs, membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, prévue dans moins de deux semaines.
Les attentes ont changé, l'optimisme relatif sur les chances d'un accord de gel de la production le 17 avril s'évanouit, (car) il est maintenant tout à fait patent que les Saoudiens ne seront pas prêts à s'y conformer seuls, et en tout état de cause sans que l'Iran fasse preuve de bonne volonté, a expliqué Bart Melek, chez TD Securities.
Or, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a déclaré dimanche que les exportations pétrolières de son pays dépassaient désormais les 2 millions de barils par jour (mb/j) grâce à la levée des sanctions internationales en janvier.
La Russie, également dans le peloton de tête des pays producteurs, n'a rien arrangé en annonçant que sa production avait atteint 10,91 millions de barils par jour en mars, un record depuis près de trente ans.
Comme les autres producteurs, les entreprises russes s'accommodent de prix bas en travaillant dur pour maintenir leurs volumes d'extraction, a analysé Tim Evans, chez Citi.
Comme c'est le cas depuis plus d'un an et demi, tout le monde veut que tous les autres coupent leur production, mais personne n'est prêt à le faire de soi-même, ironisait Matt Smith, de ClipperData.
Les attentes [d'un gel de production] sont en train de s'évanouir, et avec elles la remontée [des cours] qu'elles avaient provoquée, a ajouté M. Melek.
Les analystes de Commerzbank précisaient de leur côté que les investisseurs spéculatifs ayant parié sur une hausse des cours dans l'attente d'un accord, qui avaient joué un rôle essentiel pour faire monter les prix entre la mi-février et la mi-mars, vont probablement se retirer vu la situation actuelle.
Par ailleurs le recul du dollar semblait enrayé lundi, privant le marché d'un soutien. En effet tout recul du dollar bénéficie aux acheteurs de brut munis d'autres devises, les échanges étant libellés en billets verts.
Pour M. Baruch, le dollar a des chances de se renforcer dans les jours qui viennent, notamment après la publication mercredi des minutes de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed). Ce qui, combiné à l'annonce probable d'une nouvelle augmentation des stocks américains le même jour, devrait encore exercer une poussée supplémentaire sur les cours, potentiellement jusqu'à 32,5 dollars le baril, selon lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.