Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc : Toujours le premier producteur mondial de cannabis
Publié dans Le Maghreb le 25 - 06 - 2016

Selon le rapport 2016 de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) publié jeudi, le Maroc est resté en 2014 premier producteur mondial de résine de cannabis.

Les rapports provenant des Etats membres sur les pays producteurs de résine de cannabis "suggèrent que le Maroc continue d'être le plus grand producteur mondial de résine de cannabis, suivi par l'Afghanistan et, dans une moindre mesure, le Liban, l'Inde et le Pakistan", souligne l'ONUDC dans son rapport 2016 sur les drogues, basé sur des données disponibles jusqu'à 2014. Le rapport note que "l'Europe, l'Afrique du Nord, ainsi que le Proche et le Moyen-Orient demeurent les principaux marchés de la résine de cannabis, toujours produite en majeure partie au Maroc et en Afghanistan, comme le montrent les informations concernant la provenance de la résine saisie". Selon les chiffres fournis par l'ONUDC, le Maroc a produit en 2013 quelques 700.000 tonnes de cannabis. La surface cultivée en cannabis avait alors atteint 47.196 hectares. Le Maroc a continué en 2014 à alimenter l'Europe et les pays de l'Afrique du Nord en Cannabis. L'essentiel de cette production a été acheminée via des réseaux de contrebande, alors que l'Afghanistan a été le principal pourvoyeur pour les pays voisins comme le Pakistan et l'Iran, selon le rapport. Ayant été signalée par 129 pays au cours de la période 2009- 2014, la culture du cannabis est restée la plus répandue des cultures de plantes servant à produire des drogues, suivie par celles du pavot à opium, puis de la coca, précise le document de l'ONUDC. En 2014, du cannabis sous diverses formes avait été intercepté dans 95 % des pays ayant fourni des données sur ce trafic et a représenté plus de la moitié des 2,2 millions de saisies de drogues signalées à l'ONUDC cette même année, suivaient les stimulants de type amphétamine, les opioïdes et les substances dérivées de la coca. "S'il y a eu une forte hausse des saisies de drogues de synthèse, le cannabis reste la drogue dont le trafic est le plus répandu dans le monde", note l'ONUDC dans son rapport.
L'Office onusien estime, par ailleurs, qu'un adulte sur 20 a consommé au moins une drogue en 2014. Cela représente 250 millions de personnes âgées de 15 à 64 ans, chiffre équivalant approximativement aux populations de l'Allemagne, de la France, de l'Italie et du Royaume-Uni réunies. L'ONUDC avance que plus de 29 millions de consommateurs de drogues souffriraient de troubles liés à cet usage, que 12 millions d'entre eux pratiqueraient l'injection et que 14,0 % vivraient avec le VIH sida. Selon les mêmes estimations, 207.400 décès, ou 43,5 décès par million d'habitants âgés de 15 à 64 ans, auraient été liés à la drogue en 2014. "Si ce nombre est également stable, il n'en témoigne pas moins d'une situation inacceptable qui pourrait être évitée", s'inquiète l'ONUDC. L'ONDC précise, par ailleurs que le problème mondial de la drogue est étroitement lié à tous les aspects du développement durable, en expliquant que le développement économique peut rendre les agriculteurs moins susceptibles de participer à la culture et à la production illicites de ces drogues.
Il ajoute que les mesures prises pour éliminer les cultures illicites n'auront de résultats positifs que lorsqu'elles incluent des dispositifs visant à garantir des moyens de subsistance de remplacement pour ces agriculteurs et à rétablir la sécurité et l'Etat de droit.
L'Office cite à ce titre les mesures prises en Colombie ou au Pérou qui ont montré que les programmes de développement alternatifs peuvent contribuer à "affaiblir les liens de la population avec les groupes armés et le trafic de drogues".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.