PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    Bouregaa refuse de répondre au juge !    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Rabehi met en garde contre les "fake news"    Tottenham: Pochettino réagit aux critiques    FC Barcelone: Umtiti se blesse à l'entraînement    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    Les étudiants soutiennent les détenus d'opinion    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion    Gica lance la production à Aïn El-Kebira    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Choc de mal classés à Mohammadia    Maya    La trêve turco-américaine expire ce soir    Plus de 2 300 interventions chirurgicales effectuées    Election des nouveaux représentants    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    "Dans mon film, je partage les émotions vécues avec les migrants"    Les nouveautés au Sila    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Saâdani nargue le gouvernement    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gâteaux sur commande dans les fêtes : Le malheur des uns, fait le bonheur des autres
Publié dans Le Maghreb le 17 - 08 - 2016

Organiser un mariage ce n'est guère facile, surtout si on veut quelque chose de luxe. Le budget reste le nerf de la guerre. Louer la salle, acheter ou bien coudre les tenues de la mariée, trousseau, les bijoux….
Les familles algériennes doivent mettre le paquet pour réussir le plus beau jour de leurs enfants. Même si la situation économique n'est pas facile, les Algériens recourent à tous les moyens pour s'offrir un beau mariage aux yeux des invités. En plus de ces éléments, il
y a un élément essentiel qui manque et sans lui le mariage n'en n'est plus un: les gâteaux.
Baklaoua, Dziriyat, knidlat, ainsi que les fruits et d'autres délices traditionnels ou bien modernes, sans oublier les gâteaux secs, s'invitent dans de telles occasions, peu importe la situation de la famille, riche ou pauvre, la nécessité de présenter ces gâteaux oblige les concernés à prendre certaines mesures, parfois à s'endetter. Au fil des années, la société algérienne a changé d'habitudes et de traditions, notamment dans les fêtes.
Cela est dû essentiellement à la modernité ainsi qu'au facteur du temps, la situation économique des concernés sans oublier la nature des relations familiales qui se dégradent de plus en plus, tout cela sont des facteurs qui influent sur la façon dont les gâteaux vont être préparés.
Avant, le mariage était une occasion de réunion et d'union, ou toutes les femmes de la même famille ainsi que les voisines et les amies se réunissent pour préparer toutes sortes de gâteaux, la joie remplissait le climat et le charme de la fête s'imposait. En addition, les dépenses diminuaient car la main d'œuvre est gratuite, par contre maintenant, les temps ont changé, et les habitudes aussi. En ce temps-là cette habitude commence à disparaître, et ce à cause des facteurs cités plus haut, ce qui a contribué à créer un nouveau commerce : la préparation des gâteaux sur
commande.
Dans certaines familles, avant de fixer la date du mariage, des enquêtes sont faites par les mamans des deux côtés ou bien par les concernés eux-mêmes sur les adresses des confectionneuses de gâteaux traditionnels sur commande. Le goût, la décoration et parfois même le nom de celle qui va se charger de la mission, sont chez quelques femmes des critères essentiels pour faire une commande, après vient le prix, ce cas-là est chez les familles riches qui ne s'intéressent pas beaucoup au prix mais beaucoup plus au prestige. Par contre, chez les familles moyennes le classement est différent, le prix passe avant tout. Interrogées sur les catégories de gâteaux les plus commandés en cette période, la majorité des femmes qui travaillent dans ce domaine ont indiqué que les gâteaux traditionnels à base d'amande sont les plus demandés.
En ce qui concerne les prix, il arrive qu'une pièce de fruit coûte entre 80DA jusqu'à 100DA, parfois elle atteint les 150DA, tout dépend de l'endroit et de la personne qui la prépare, tandis que les gâteaux secs, qui varient entre les 20 DA et les 40 DA, sont les plus commandés dans d'autre occasions telles que l'Aïd. S'ajoutant aux critères sur lesquels le prix de la pièce se fixe, les amandes jouent un très grand rôle, car les prix des gâteaux préparés à base de ce fruit sec, sont liés à son prix.
" Parfois y a des femmes qui ne peuvent pas assurer la réussite des gâteaux si elles les préparent à la maison alors, elles préfèrent les donner à une professionnelle comme ça elle sera tranquille en plus elle s'occupera d'autre chose " a déclaré une des femmes qui activent dans ce domaine.
" Je me suis mariée cette année, je faisais une formation dans le domaine, j'ai confié à ma maîtresse cette mission, partant des salés en arrivant jusqu'aux gâteaux servis avec le thé, pour 250 boîtes, ça m'a coûté 120 000DA " indique Samia d'Alger.
Si ces gens-là ont décidé de charger d'autre personnes à s'occuper de cette tâche, pour n'importe quelle cause, d'autres n'ont pas pu ou bien n'ont pas voulus.
Les gâteaux faits maison, plus économiques
Questionnées sur l'avantage de préparer ses gâteaux à la maison, les avis étaient diversifiés, mais elles étaient tous d'accord sur le même point : ça revient moins cher. " Personnellement, j'aime préparer le gâteau avec mes propres mains, dans n'importe quelle occasion même si c'est un mariage, je ne peux pas faire confiance à une autre personne, car je ne sais pas la façon dont elle va le préparer avec ", indique l'une, tandis que l'autre préfère le préparer à la maison pour une autre cause "chez nous c'est honteux de confier aux étrangers la préparation des gâteaux du mariage, on est une famille nombreuse, on se réunit et on s'aide, c'est ça le charme de la fête ".
Rappelons que la main-d'œuvre joue un très grand rôle, car selon elle le budget consacré aux gâteaux en dépend.
Les cacahuètes une roue de secours
Vu le prix instable des amandes, qui dépasse parfois les 1 500DA, une catégorie de la société ne peut pas se permettre cet élément, alors elle cherche un remplaçant qui va avec son budget : les cacahuètes.
Avec quelques astuces de grand-mère, quelques femmes ont trouvé la solution, dépenser moins et faire quelque chose de bon.
" L'an dernier on avait un mariage d'un proche, et on a préparé 3 types de gâteaux à la maison, on n'avait pas la possibilité d'acheter les amandes alors on les a remplacés par les cacahuètes, ça nous a couté 20 000 DA, pour 250 boîtes ", a-t-on déclaré.
Il est à rappeler que les prix de ce fruit sec sont actuellement fixés à 400DA, ce qui aide beaucoup de gens.
Ce métier ne se limite pas chez les femmes qui n'ont pas de niveau, mais aussi sur celles qui ont terminé leurs études. Diplômées dans le domaine ou non, ce n'est pas du tout important, il suffit seulement d'aimer et de réussir ce travail.
Même si la plupart des femmes qui fonctionnent dans ce domaine ont été obligées à cause de leur mauvaise situation économique, d'autres fonctionnaires ont indiqué avoir choisi ce domaine par amour et par plaisir seulement. Mis à part si le gâteau est commandé ou bien préparé à la maison, l'objectif doit être atteint, passer une excellente après-midi, et garder une belle image chez ses invités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.